×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Jérémie 14.18

Jérémie 14.18 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Jérémie 14.18  Si je vais dans les champs, voici des hommes que le glaive a percés ; Si j’entre dans la ville, voici des êtres que consume la faim ; le prophète même et le sacrificateur parcourent le pays, Sans savoir où ils vont.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Jérémie 14.18  Si je vais dans les champs, voici des hommes que le glaive a percés ; Si j’entre dans la ville, voici des êtres que consume la faim ; Le prophète même et le sacrificateur parcourent le pays, Sans savoir où ils vont.

Segond 21

Jérémie 14.18  Si je sors dans la campagne, je vois des hommes tués par l’épée. Si j’entre dans la ville, je vois des hommes torturés par la faim. Même le prophète et le prêtre parcourent le pays sans comprendre. › »

Les autres versions

Bible Annotée

Jérémie 14.18  Si je vais dans les champs, voici des hommes percés par l’épée ; si j’entre dans la ville, voilà des gens malades de faim. Car même le prophète, même le sacrificateur, vont mendier dans un pays, et ils ne savent pas lequel.

John Nelson Darby

Jérémie 14.18  Si je sors aux champs, voici des gens tués par l’épée, et si j’entre dans la ville, voici des gens alanguis par la faim ; car prophète et sacrificateur s’en iront dans un pays qu’ils ne connaissent pas.

David Martin

Jérémie 14.18  Si je sors aux champs, voici les gens morts par l’épée ; et si j’entre en la ville, voici les langueurs de la faim ; même le Prophète et le Sacrificateur ont couru par le pays, et ils ne savent où ils en sont.

Ostervald

Jérémie 14.18  Si je sors aux champs, voici des gens percés de l’épée, et si j’entre dans la ville, voici des gens qui meurent de faim. Le prophète même et le sacrificateur courent par le pays, sans savoir où ils vont.

Lausanne

Jérémie 14.18  Si je sors aux champs, voici des gens tués par l’épée ; si j’entre dans la ville, voici les misères de la famine. Oui, tant le prophète que le sacrificateur s’en vont dans une terre qu’ils ne connaissent pas.

Vigouroux

Jérémie 14.18  Si je sors dans les champs, voici des hommes transpercés par le glaive, et si j’entre dans la ville, j’en vois d’autres que consume la famine. Le prophète même et le prêtre sont allés dans une terre qu’ils ne connaissaient pas.

Auguste Crampon

Jérémie 14.18  Si je vais dans les champs, voici des hommes que le glaive a percés ; si j’entre dans la ville, voilà les douleurs de la faim. Le prophète lui-même et le prêtre sont errants, vers un pays qu’ils ne connaissaient pas.

Lemaistre de Sacy

Jérémie 14.18  Si je sors à la campagne, je trouve des gens que l’épée a transpercés ; si j’entre dans la ville, j’en vois d’autres qui sont consumés par la famine. Les prophètes mêmes et les prêtres ont été emmenés en une terre qui leur était inconnue.

Zadoc Kahn

Jérémie 14.18  Si je sors dans les champs, voilà ceux qui sont tombés victimes du glaive; si j’entre dans la ville, voici ceux que torture la faim; oui, tant prophètes que prêtres, ils errent sans but dans le pays. ”

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Jérémie 14.18  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Jérémie 14.18  אִם־יָצָ֣אתִי הַשָּׂדֶ֗ה וְהִנֵּה֙ חַלְלֵי־חֶ֔רֶב וְאִם֙ בָּ֣אתִי הָעִ֔יר וְהִנֵּ֖ה תַּחֲלוּאֵ֣י רָעָ֑ב כִּֽי־גַם־נָבִ֧יא גַם־כֹּהֵ֛ן סָחֲר֥וּ אֶל־אֶ֖רֶץ וְלֹ֥א יָדָֽעוּ׃ ס

La Vulgate

Jérémie 14.18  si egressus fuero ad agros ecce occisi gladio et si introiero in civitatem ecce adtenuati fame propheta quoque et sacerdos abierunt in terram quam ignorabant