×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esaïe 13.1

Esaïe 13.1 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esaïe 13.1  Oracle sur Babylone, révélé à Ésaïe, fils d’Amots.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esaïe 13.1  Oracle sur Babylone, révélé à Ésaïe, fils d’Amots.

Segond 21

Esaïe 13.1  Message sur Babylone dont Ésaïe, fils d’Amots, a eu la vision.

Les autres versions

King James en Français

Esaïe 13.1  La charge de Babylone, qu’Ésaïe, fils d’Amots, a vue.

Bible Annotée

Esaïe 13.1  Sentence de Babel, révélée à Ésaïe, fils d’Amots.

John Nelson Darby

Esaïe 13.1  L’oracle touchant Babylone, qu’a vu Ésaïe, fils d’Amots.

David Martin

Esaïe 13.1  La charge de Babylone, qu’Ésaïe fils d’Amots a vue.

Ostervald

Esaïe 13.1  Prophétie sur Babylone, révélée à Ésaïe, fils d’Amots.

Lausanne

Esaïe 13.1  Oracle sur Babylone, qu’a vu Esaïe, fils d’Amots.

Vigouroux

Esaïe 13.1  Prophétie contre (Malheur accablant de) Babylone, révélé(e) à Isaïe, fils d’Amos.[13.1 et suivants. IIIe groupe&bsp;: Collection des prophéties contres les nations étrangères, du chapitre 13 au chapitre 27. ― Les oracles contre les nations étrangères sont groupés ensemble dans Isaïe, du chapitre 13 au chapitre 27, comme dans Jérémie, du chapitre 46 au chapitre 51, et dans Ezéchiel, du chapitre 25 au chapitre 32. Seulement, dans Jérémie, ils forment, séparés de leur introduction, chapitre 25, la conclusion du livre, et dans Ezéchiel, ils remplissent l’intervalle compris entre les visions qu’il eut sur les bords du Chaboras et celles qui regardent Jérusalem, tandis que dans Isaïe, ils forment comme le complément de la prophétie d’Emmanuel, en nous prédisant la ruine de tous les ennemis du peuple de Dieu, et sont probablement, la plupart du moins, de la même époque que les chapitres 7 à 12. ― Le commencement d’une nouvelle section nous est indiqué, chapitre 13, verset 1, par les mots : Malheur accablant, etc. Les prophéties contre les nations étrangères, contenues dans les chapitres 13 à 27, forment donc le troisième groupe des prophéties de la première partie d’Isaïe. Elles portent un nom particulier, celui de massâh, en hébreu, onus en latin, traduit ici par malheur accablant. Ce mot peut signifier simplement prophétie ; mais dans Isaïe, il est toujours pris en mauvaise part, dans le sens de prédiction menaçante. ― Les prophéties contre les nations étrangères embrassent à peu près tous les peuples connus des Hébreux, et sont au nombre de quatorze : 1° Contre les Chaldéens, héritiers des Assyriens, du chapitre 13 au chapitre 14, verset 23. ― 2° Contre les Assyriens, chapitre 14, versets 24 à 27. ― 3° Contre les Philistins, chapitre 14, versets 28 à 32. ― 4° Contre les Moabites, chapitres 15 et 16. ― 5° Contre Damas et Israël, chapitre 17. ― 6° Sur l’Ethiopie, maîtresse de l’Egypte du temps d’Isaïe, chapitre 18. ― 7° Contre l’Egypte, chapitres 19 et 20 (deux prophéties d’époques différentes). ― 8° Contre Babylone, chapitre 21, versets 1 à 10. ― 9° Contre Duma (voir Genèse, 25, 14 ; 1 Paralipomènes, 1, 30), versets 11 et 12. ― 10° Contre l’Arabie, versets 13 à 17. ― 11° Contre Jérusalem, chapitre 22, versets 1 à 14. ― 12° Contre Sobna, préposé du temple, versets 15 à 25. ― 13° Contre et en faveur de Tyr, chapitre 23. ― 14° A ses prophéties contres les païens, Isaïe a joint ses oracles eschatologiques, c’est-à-dire les prophéties concernant la fin du monde, du chapitre 24 au chapitre 27. ― Le cycle de ces prophéties s’ouvre par Babylone, qui devait être l’héritière de la puissance de Ninive et l’ennemi le plus redoutable de Juda, du chapitre 13 au chapitre 14, verset 27 ; viennent ensuite les plus proches voisins des Juifs, les Philistins à l’ouest, chapitre 14, verset 28 à 32 ; les Moabites à l’est, chapitres 15 et 16 ; le royaume schismatique d’Israël au nord, avec son confédéré, le royaume syrien de Damas, chapitre 17 ; de là Isaïe passe aux plus peuples plus éloignés, à l’Egypte et à l’Ethiopie, au sud-ouest, du chapitre 18 au chapitre 20 ; à Babylone, siège de l’idolâtrie, à l’est, chapitre 21, versets 1 à 10 ; il se rapproche alors de nouveau de Jérusalem et, passant par l’Idumée, versets 11 et 12, et l’Arabie, versets 13 à 17, arrive jusqu’à cette capitale, chapitre 22, versets 1 à 14 ; là, il poursuit de ses menaces prophétiques Sobna, préposé du temple, et lui annonce qu’il aura pour successeur Eliacim, versets 15 à 25 ; enfin ses regards s’arrêtent sur Tyr, la ville insulaire de la Méditerranée, chapitre 23, pour tout clore par la prophétie sur la fin des temps, du chapitre 24 au chapitre 27. ― Toutes les prophéties concernant les peuples païens ont été littéralement accomplies. Leur sort est la figure de celui qui attend les ennemis du peuple de Dieu, sort qui nous est révélé dans la conclusion de cette section des prophéties d’Isaïe.] [13.1 Malheur accablant ; littéralement charge, fardeau (onus) ; c’est selon la remarque de saint Jérôme, le mot dont se servent les prophètes, lorsqu’ils annoncent des malheurs, des calamités. Ainsi le sens de ce mot est ici prophétie de malheur (voir Isaïe, 15, 1 ; 17, 1  ; 19, 1 ; Ezéchiel, 12, 10 ; Habacuc, 1, 1 ; Zacharie, 9, 1). ― Babylone, dans le langage figuré des prophètes, représente le monde idolâtre, le monde ennemi de Jésus-Christ. De là vient que saint Pierre, dans sa Ire Epître (voir 1 Pierre, 5, 13), et saint Jean dans Apocalypse, 17, 5 désignent Rome païenne sous le nom de Babylone.]

Auguste Crampon

Esaïe 13.1  Oracle sur Babylone, révélé à Isaïe, fils d’Amots.

Lemaistre de Sacy

Esaïe 13.1  Prophétie contre Babylone, qui a été révélée à Isaïe, fils d’Amos.

Zadoc Kahn

Esaïe 13.1  Oracle contre Babylone, que prononça Isaïe, fils d’Amoç.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esaïe 13.1  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esaïe 13.1  מַשָּׂ֖א בָּבֶ֑ל אֲשֶׁ֣ר חָזָ֔ה יְשַׁעְיָ֖הוּ בֶּן־אָמֹֽוץ׃

La Vulgate

Esaïe 13.1  onus Babylonis quod vidit Isaias filius Amos

La Septante

Esaïe 13.1  ὅρασις ἣν εἶδεν Ησαιας υἱὸς Αμως κατὰ Βαβυλῶνος.