×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Ecclésiaste 3.13

Ecclésiaste 3.13 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Ecclésiaste 3.13  mais que, si un homme mange et boit et jouit du bien-être au milieu de tout son travail, c’est là un don de Dieu.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Ecclésiaste 3.13  mais, si un homme mange, boit et jouit du bien-être au milieu de tout son travail, c’est là un don de Dieu.

Segond 21

Ecclésiaste 3.13  et que, si un homme mange, boit et prend du plaisir dans tout son travail, c’est un cadeau de Dieu.

Les autres versions

Bible Annotée

Ecclésiaste 3.13  Et même, qu’un homme mange bien et jouisse du bien-être au milieu de tout son labeur, cela aussi est un don de Dieu.

John Nelson Darby

Ecclésiaste 3.13  et aussi que tout homme mange et boive, et qu’il jouisse du bien-être dans tout son travail : cela, c’est un don de Dieu.

David Martin

Ecclésiaste 3.13  Et même, que chacun mange et boive, et qu’il jouisse du bien de tout son travail, c’est un don de Dieu.

Ostervald

Ecclésiaste 3.13  Et même, que chacun mange et boive, et jouisse du bien-être au milieu de tout son travail, c’est un don de Dieu.

Lausanne

Ecclésiaste 3.13  chaque fois qu’un homme mange, boit et goûte de bien-être au milieu de tout son labeur, c’est un don de Dieu.

Vigouroux

Ecclésiaste 3.13  car tout homme qui mange et qui boit, et qui retire du (voit le) bien de son travail, a cela par un don de Dieu.[3.13 Voit le bien ; hébraïsme, pour éprouver le bien, jouir du bien. C’est encore faussement que quelques incrédules prétendent trouver la morale d’Epicure dans ce verset, dont le sens tout naturel est que celui-là agit sagement qui, après avoir amassé quelques biens par son travail, en jouit modérément, comme d’autant de présents du ciel. Or, il n’y a rien là qui ressemble le moins du monde à l’épicurisme. Comparer à Proverbes, 2, 24.]

Auguste Crampon

Ecclésiaste 3.13  et en même temps que si un homme mange et boit, et jouit du bien-être au milieu de son travail, c’est là un don de Dieu.

Lemaistre de Sacy

Ecclésiaste 3.13  Car tout homme qui mange et qui boit, et qui retire du bien de son travail, reçoit cela par un don de Dieu.

Zadoc Kahn

Ecclésiaste 3.13  Et toutes les fois que l’homme mange et boit, jouissant du bien-être qu’il doit à son labeur, c’est là un don de Dieu.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Ecclésiaste 3.13  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Ecclésiaste 3.13  וְגַ֤ם כָּל־הָאָדָם֙ שֶׁיֹּאכַ֣ל וְשָׁתָ֔ה וְרָאָ֥ה טֹ֖וב בְּכָל־עֲמָלֹ֑ו מַתַּ֥ת אֱלֹהִ֖ים הִֽיא׃

La Vulgate

Ecclésiaste 3.13  omnis enim homo qui comedit et bibit et videt bonum de labore suo hoc donum Dei est