×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Ecclésiaste 2.24

Ecclésiaste 2.24 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail ; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

Segond dite « à la Colombe »

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a de bon pour l’homme que de manger et de boire, et de voir pour lui-même le bon côté de sa peine ; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

Nouvelle Bible Segond

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a de bon pour l’être humain que de manger, de boire et de voir le bonheur dans son travail ; moi, je l’ai vu, cela vient de Dieu.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail ; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

Segond 21

Ecclésiaste 2.24  Le seul bonheur, pour l’homme, consiste à manger, à boire et à se donner du plaisir dans son travail, mais cela aussi, je l’ai bien vu moi-même, dépend de Dieu.

Les autres versions

Bible du Semeur

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a donc rien de mieux à faire pour l’homme que de manger, de boire et de jouir du bonheur au milieu de son labeur. Mais j’ai constaté que cela aussi dépend de Dieu.

Traduction œcuménique de la Bible

Ecclésiaste 2.24  Rien de bon pour l’homme, sinon de manger et de boire,
de goûter le bonheur dans son travail.
J’ai vu, moi, que cela aussi vient de la main de Dieu.

Bible de Jérusalem

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a de bonheur pour l’homme que dans le manger et le boire et dans le bonheur qu’il trouve dans son travail, et je vois que cela aussi vient de la main de Dieu,

Bible Annotée

Ecclésiaste 2.24  Ce n’est point un bien qui dépende de l’homme que de manger, de boire et de réjouir son âme du fruit de ses peines. J’ai vu que cela aussi dépend de Dieu.

John Nelson Darby

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a rien de bon pour l’homme que de manger et de boire, et de faire jouir son âme du bien-être dans son travail. Et j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

David Martin

Ecclésiaste 2.24  N’est-ce donc pas un bien pour l’homme de manger, et de boire, et de faire que son âme jouisse du bien dans son travail ? J’ai vu aussi que cela vient de la main de Dieu.

Osterwald

Ecclésiaste 2.24  Ne vaut-il pas mieux pour l’homme, manger et boire, et faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail ? J’ai vu aussi que cela vient de la main de Dieu.

Auguste Crampon

Ecclésiaste 2.24  Il n’y a rien de meilleur pour l’homme que de manger et de boire, et de faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail ; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

Lemaistre de Sacy

Ecclésiaste 2.24  Ne vaut-il pas mieux manger et boire, et faire du bien à son âme du fruit de ses travaux ? Et ceci vient de la main de Dieu.

André Chouraqui

Ecclésiaste 2.24  Nul bien pour l’humain autre que de manger, de boire, de faire voir à son être le bien dans son labeur. Cela aussi, je le vois, moi, oui, c’est de la main d’Elohîms.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Ecclésiaste 2.24  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Ecclésiaste 2.24  אֵֽין־טֹ֤וב בָּאָדָם֙ שֶׁיֹּאכַ֣ל וְשָׁתָ֔ה וְהֶרְאָ֧ה אֶת־נַפְשֹׁ֛ו טֹ֖וב בַּעֲמָלֹ֑ו גַּם־זֹה֙ רָאִ֣יתִי אָ֔נִי כִּ֛י מִיַּ֥ד הָאֱלֹהִ֖ים הִֽיא׃

Versions étrangères

New Living Translation

Ecclésiaste 2.24  So I decided there is nothing better than to enjoy food and drink and to find satisfaction in work. Then I realized that this pleasure is from the hand of God.