×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
1 Rois 17.17

1 Rois 17.17 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

1 Rois 17.17  Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut si violente qu’il ne resta plus en lui de respiration.

Segond Nouvelle Édition de Genève

1 Rois 17.17  Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut si violente qu’il ne resta plus en lui de respiration.

Segond 21

1 Rois 17.17  Après ces événements, le fils de cette maîtresse de maison tomba malade. Sa maladie fut si violente qu’il cessa de respirer.

Les autres versions

Bible Annotée

1 Rois 17.17  Et il arriva, après ces choses, que le fils de la femme, maîtresse de la maison, tomba malade, et sa maladie s’aggrava tellement qu’il ne resta plus de souffle en lui.

John Nelson Darby

1 Rois 17.17  Et il arriva, après ces choses, que le fils de la femme, maîtresse de la maison, tomba malade ; et sa maladie devint très-forte, de sorte qu’il ne resta plus de souffle en lui.

David Martin

1 Rois 17.17  Après ces choses il arriva que le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade ; et la maladie fut si forte, qu’il expira.

Ostervald

1 Rois 17.17  Après ces choses, il arriva que le fils de la maîtresse de la maison tomba malade ; et la maladie s’aggrava tellement qu’il ne resta plus de souffle en lui.

Lausanne

1 Rois 17.17  Et il arriva, après ces choses, que le fils de la femme, maîtresse de la maison, fut malade ; et sa maladie devint très forte, jusque-là qu’il ne resta plus en lui de respiration.

Vigouroux

1 Rois 17.17  (Or) Il arriva ensuite que le fils de cette femme mère de famille devint malade, et sa maladie fut si violente qu’il ne resta plus en lui de respiration.

Auguste Crampon

1 Rois 17.17  Après ces événements, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut très violente, au point qu’il ne resta plus de souffle en lui.

Lemaistre de Sacy

1 Rois 17.17  Il arriva ensuite que le fils de cette femme, mère de famille, devint malade d’une maladie si violente, qu’il rendit enfin le dernier soupir.

Zadoc Kahn

1 Rois 17.17  Quelque temps après, le fils de cette femme, de la maîtresse du logis, tomba malade, et sa maladie s’aggrava au point qu’il ne lui resta plus de souffle.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

1 Rois 17.17  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

1 Rois 17.17  וַיְהִ֗י אַחַר֙ הַדְּבָרִ֣ים הָאֵ֔לֶּה חָלָ֕ה בֶּן־הָאִשָּׁ֖ה בַּעֲלַ֣ת הַבָּ֑יִת וַיְהִ֤י חָלְיֹו֙ חָזָ֣ק מְאֹ֔ד עַ֛ד אֲשֶׁ֥ר לֹא־נֹֽותְרָה־בֹּ֖ו נְשָׁמָֽה׃

La Vulgate

1 Rois 17.17  factum est autem post verba haec aegrotavit filius mulieris matris familiae et erat languor fortis nimis ita ut non remaneret in eo halitus