×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Nombres 9
Bible Annotée (interlinéaire)

1 Et l’Éternel parla à Moïse, dans le désert de Sinaï, la seconde année après leur sortie du pays d’Égypte, le premier mois, en disant :
1 à 14 Célébration de la Pâque et institution d’une Pâque supplémentaire

On aurait pu penser, d’après Exode qu’après la première Pâque en Égypte les Israélites ne devaient plus célébrer cette fête qu’après leur arrivée en Canaan, arrivée qui ne paraissait pas alors devoir tarder longtemps. De là l’ordre que Dieu donne maintenant à Moïse. Il est possible que ce récit ait été placé ici à cause de l’ordonnance relative à la Pâque supplémentaire donnée verset 6 et suivants au sujet de ceux qui ne purent la célébrer qu’un mois plus tard.

1 à 5 L’ordre de Dieu
2 Que les fils d’Israël fassent la Pâque au temps fixé.

Que les fils d’Israël fassent… La forme un peu insolite du verbe hébreu semblerait indiquer que ces mots faisaient suite à d’autres et que, par conséquent, nous n’avons ici qu’un fragment d’un plus long discours.

3 Vous la ferez au temps fixé, le quatorzième jour, de ce mois, dans la soirée ; vous la ferez selon tous les statuts et toutes les ordonnances qui la concernent.

Selon tous les statuts … : tout le rituel ordonné Exode 12. Le texte ne dit pas si l’agneau pascal fut encore immolé dans les tentes ou déjà devant l’autel du sanctuaire. Il est probable que l’on ne célébra pas d’autres Pâques jusqu’à la fin du voyage dans le désert, puisque la circoncision elle-même fut, négligée (Josué 5.5 ; comparez Amos 5.25). La Pâque racontée Josué 5.10 fut immédiatement précédée de la circoncision de tout le peuple.

4 Et Moïse parla aux fils d’Israël, afin qu’ils fissent la Pâque. 5 Et ils firent la Pâque, le premier mois, le quatorzième jour du mois, dans la soirée, au désert de Sinaï ; selon tout ce que l’Éternel avait ordonné à Moïse, ainsi firent les fils d’Israël. 6 Et il y eut des hommes qui se trouvaient souillés à cause d’un cadavre et qui ne purent faire la Pâque ce jour-là ; et ils se présentèrent devant Moïse et devant Aaron en ce même jour ;
6 à 12 L’autorisation de renvoi

À cause d’un cadavre… Ceci suppose que ces hommes savaient que le contact d’un cadavre empêchait de manger l’agneau pascal. Cela résultait de Lévitique 7.21 ; la loi plus spéciale n’est rapportée que tard (Nombres 19).

7 et ces hommes lui dirent : Nous sommes souillés à cause d’un cadavre ; pourquoi serions-nous privés de présenter l’offrande de l’Éternel au temps fixé, au milieu des fils d’Israël ?

Pourquoi serions-nous privés… Cette souillure causée par le contact inattendu d’un cadavre ou par l’accomplissement d’un devoir de famille n’avait rien de coupable ; on comprend que ces hommes se plaignissent d’être exclus pour ce motif du droit de présenter leurs offrandes à l’Éternel. Cette réclamation prouve qu’ils envisageaient l’obligation de célébrer la Pâque non comme une charge mais comme un privilège.

8 Et Moïse leur dit : Restez là et j’entendrai ce que l’Éternel ordonnera à votre égard. 9 Et l’Éternel parla à Moïse en disant : 10 Parle aux fils d’Israël en disant : Si quelqu’un d’entre vous se trouve souillé à cause d’un cadavre, ou en voyage au loin, qu’il soit l’un d’entre vous ou de vos descendants, il fera la Pâque en l’honneur de l’Éternel.

En voyage au loin. Cette loi ne dit rien des autres souillures qui pouvaient empêcher de célébrer la Pâque ; elle se borne à ajouter au cas de souillure pour un cadavre l’empêchement résultant d’un voyage lointain, d’où il était impossible de revenir à temps au sanctuaire central (Deutéronome 16.2).

11 C’est au second mois, le quatorzième jour, dans la soirée, qu’ils la feront ; ils la mangeront avec des pains sans levain et des herbes amères.

C’est au second mois. La Pâque sera célébrée par ces personnes un mois plus tard, exactement d’après le même rituel. Comparez 2 Chroniques 30.1-3

Des pains sans levain… Il faut conclure de cette prescription que, à côté de la manne, les Israélites avaient assez de farine pour qu’au moins le soir du repas pascal on pût manger des pains sans levain.

12 Ils n’en laisseront rien jusqu’au matin, et n’en briseront aucun os. Ils la feront selon tous les statuts de la Pâque. 13 Et pour celui qui est pur et qui n’est pas en voyage, s’il s’abstient de faire la Pâque, cet homme sera retranché de son peuple, parce qu’il n’a pas présenté l’offrande à l’Éternel au temps fixé, cet homme portera son péché.
13 et 14 Gravité de l’infraction

Retranché de son peuple : voir Lévitique 7.20, note. Cette pénalité ne se trouve pas encore dans la loi de l’Exode sur la Pâque. Il fallait éviter que l’exception prévue dans les versets précédents favorisât la négligence.

14 Si un étranger habite avec vous et fait la Pâque de l’Éternel, il la fera selon le statut de la Pâque et son ordonnance. Il y aura une seule loi pour vous, pour l’étranger comme pour l’indigène.

Si un étranger… : il devra auparavant se faire circoncire (Exode 12.48).

Une seule loi : voir Exode 12.49, note.

Indigène. Comparez Nombres 15.30 : Celui qui est né d’entre les fils d’Israël.

15 Et au jour où l’on dressa la Demeure, la nuée couvrit la Demeure, qui sert de tente au témoignage ; et au soir, il y eut comme un feu au-dessus de la Demeure, jusqu’au matin.
9.15 à 10.10 Les signaux du voyage

Au moment où le peuple va quitter le mont Sinaï, nous trouvons l’indication des signaux employés dans le voyage. C’était la nuée, qui, en s’élevant ou s’abaissant, faisait savoir quand le camp devait être levé ou dressé (versets 15 à 23) ; puis c’était le son des trompettes, par lequel l’assemblée était convoquée (Nombres 10.1-10).

15 à 23 La nuée

Ce qui est ici raconté s’était déjà passé le premier jour de la seconde année (Exode 40.17 ; Exode 40.34) et avait été raconté dans ce même chapitre de l’Exode, versets 36 à 38. Le rédacteur le répète ici au moment du départ avec l’intention de le développer avec plus de détail (versets 18 à 23).

Qui sert de tente au témoignage. Les expressions d’arche du témoignage (Exode 25.16), de voile du témoignage (Lévitique 24.3), de Demeure du témoignage (Nombres 1.50), montrent quelle était l’importance capitale des deux tables de la loi, qui étaient envisagées comme le centre auquel se rapportaient toutes les parties du sanctuaire. C’est ce qui explique l’expression étrange de notre verset, que nous avons cru rendre exactement en disant : la Demeure servant de tente (et comme d’abri) au témoignage.

Comme un feu. La nuée, sans être un feu, en avait l’éclat.

16 Il en fut ainsi continuellement : la nuée couvrait la Demeure, et la nuit elle ressemblait à un feu.

Continuellement. Pendant, tout le voyage.

17 Chaque fois, après que la nuée s’était élevée de dessus la Tente, les fils d’Israël levaient le camp ; et, à l’endroit où s’arrêtait la nuée, les fils d’Israël dressaient le camp.

La nuée indiquait donc le moment du départ et de l’arrivée, la direction à suivre et le lieu de chaque station.

18 Au signal de l’Éternel, les fils d’Israël levaient le camp, et au signal de l’Éternel ils le dressaient ; tant que la nuée demeurait sur la Demeure, ils restaient campés ;

Au signal, littéralement : sur la bouche. Quand la nuée se mettait en mouvement, c’était comme un ordre sortant de la bouche de Dieu.

19 et si [même] la nuée se tenait longtemps arrêtée sur la Demeure, les fils d’Israël observaient ce que l’Éternel prescrivait et ne levaient point le camp.
19 à 22

Cette longue énumération : longtemps, ce qui peut s’étendre à des années entières, peu de jours (verset 20), une nuit, un jour et une nuit (verset 21), deux jours ou un mois, etc, (verset 22), a pour but de montrer avec quelle exactitude les Israélites avaient à suivre, sans consulter leurs convenances, les ordres de l’Éternel dans leurs marches.

20 Et si la nuée ne s’arrêtait que peu de jours, sur la Demeure, au signal de l’Éternel ils dressaient le camp, et au signal de l’Éternel ils le levaient. 21 Et si la nuée s’arrêtait du soir au matin, et s’élevait le matin, ils levaient le camp ; ou si, après un jour et une nuit, la nuée s’élevait, ils levaient le camp. 22 Ou si la nuée s’arrêtait sur la Demeure deux jours, ou un mois, ou un temps plus long, les fils d’Israël restaient campés, et ne levaient point le camp ; quand elle s’élevait, ils levaient le camp. 23 Au signal de l’Éternel ils dressaient le camp, et au signal de l’Éternel ils levaient le camp ; ils observaient ce que l’Éternel prescrivait, conformément à l’ordre de l’Éternel transmis par Moïse.

Transmis par Moïse. Nous ne trouvons nulle part l’ordre auquel il est ici fait allusion et par lequel Moïse avait fait connaître aux Israélites les signaux donnés par la nuée.