×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Juges 2
Bible Annotée (interlinéaire) Bible annotée Bible annotée double colonne

1 Et l’ange de l’Éternel monta de Guilgal à Bokim et dit : Je vous ai fait monter hors d’Égypte et je vous ai amenés dans le pays que j’ai promis par serment à vos pères. Et j’avais dit : Jamais je ne romprai mon alliance avec vous ;

L’ange de l’Éternel. Ce terme ne peut désigner que cet envoyé suprême qui était apparu, en dernier lieu, à Josué sous les murs de Jéricho comme le chef des armées de l’Éternel et qui lui avait ouvert le pays de Canaan. Au moment où le peuple se relâche dans la conquête qu’il aurait dû achever, cet ange apparaît comme un juge. Voir sur l’ange de l’Éternel Genèse, l’appendice à la fin du chapitre 21.

Monta de Guilgal à Bokim. Guilgal avait été sous Josué le grand lieu de rassemblement du peuple (Josué 9.6 ; Josué 10.6-7 ; Josué 10.15 ; Josué 10.43 ; Josué 14.6) : il le demeura dans les temps qui suivirent, si du moins c’est bien à ce Guilgal et non à celui qui était situé près de Jéricho qu’il faut appliquer ce qui est dit des assises annuelles que Samuel tenait pour le peuple (1 Samuel 7.16). C’était l’endroit central d’Éphraïm, comme Éphraïm lui-même était le centre du peuple. Peut-être est-ce là la raison pour laquelle l’ange apparaît en ce lieu et monte visiblement à Bokim, nom qui ne fut donné que plus tard à cet endroit mais qui désigne un lieu situé dans le voisinage de Guilgal et où probablement le peuple était rassemblé pour une fête. Il y a dans les indications géographiques de ce verset quelque chose d’insuffisant qui montre que nous avons affaire à un extrait ou fragment et que l’auteur de notre livre était avant tout préoccupé du côté spirituel du fait rapporté. Sous quelle forme apparut l’ange ? Il n’est pas probable que ce fût sous une forme humaine comme lorsqu’il s’entretenait avec Josué. mais plutôt dans une nuée, comme au désert. Comment sa voix se fit-elle entendre du peuple ? Peut-être par l’intermédiaire du grand sacrificateur qui fut appelé à recevoir cette communication divine.

Je vous ai fait monter. L’ange ne dit pas : Ainsi a dit l’Éternel : Je vous ai fait monter. C’est l’Éternel lui-même qui parle par sa bouche.

Et j’avais dit. Ce n’est pas l’Éternel qui a failli en ne mettant pas sur le champ et complètement le peuple en possession du pays. C’est Israël qui, une fois établi, a manqué aux conditions de l’alliance et a perdu ses droits aux bienfaits qu’elle lui assurait ; comparez Exode 23.32 ; Exode 34.12 et suivants ; Deutéronome 7.2 et suivants ; Josué 23.12.

2 et vous, vous ne traiterez pas alliance avec les habitants de ce pays-là ; vous renverserez leurs autels. Et vous n’avez pas obéi à ma voix. Pourquoi avez-vous fait cela ? 3 Et moi aussi j’ai dit : Je ne les chasserai pas devant vous ; ils seront à vos côtés et leurs dieux vous seront en piège.

Et moi aussi j’ai dit. Les Cananéens étaient mûrs pour l’extermination ; Israël ne les a pas détruits ; ils vivront donc, et Israël en pâtira. Leurs faux cultes célébrés au milieu des tribus seront un piège auquel il leur sera bien difficile de ne pas se laisser prendre.

À vos côtés, comme des aiguillons à vos flancs et comme des verges ; comparez Nombres 33.55 et Josué 23.13.

4 Et comme l’ange de l’Éternel disait ces paroles à tous les enfants d’Israël, le peuple éleva sa voix et pleura.

Et pleura. Pleurs stériles, arrachées par la crainte du châtiment plutôt que par une véritable repentance ; car celle-ci aurait produit une énergique résolution, dont l’histoire n’offre aucune trace.

5 Ils donnèrent à ce lieu le nom de Bokim et ils y offrirent des sacrifices à l’Éternel.

Bokim. Le peuple s’était rassemblé pour une fête joyeuse ; elle finit dans les larmes, et le nom de Bokim (ceux qui pleurent), donné à cet endroit, a perpétué le souvenir de cette douloureuse scène, prélude de trois siècles de malheurs.

Offrirent des sacrifices : sans doute dans le but de détourner si possible la colère de Dieu. Dieu avait expressément autorisé l’élévation d’un autel et l’offrande de sacrifices partout où il manifesterait son nom par une apparition (Exode 20.24).

6 Et Josué renvoya le peuple, et les fils d’Israël allèrent chacun dans son territoire pour prendre possession du pays.
2.6 à 3.6 coup d’œil anticipé sur l’histoire qui va suivre

Au coup d’œil rétrospectif sur les fautes commises par le peuple à la suite de la conquête sommaire du pays, et à l’apparition menaçante de l’ange, succède un morceau dans lequel l’auteur jette un coup d’œil sur toute l’histoire du temps des Juges, histoire qui sera la conséquence de ces fautes et l’accomplissement de cette menace. Elle paraît tourner et retourner toujours dans le même cercle. Infidélité, punition, délivrance, rechute : tel en est le rythme douloureux, jusqu’au moment où enfin, sous l’action d’un fidèle et puissant serviteur de Dieu, Samuel, le peuple se réveille véritablement et entre dans une voie nouvelle. L’auteur rappelle d’abord la fidélité relative d’Israël sous Josué et dans les premiers temps qui suivirent sa mort (versets 6 à 10) ; puis il décrit l’infidélité constamment renouvelée d’Israël à la suite de ces premiers temps (versets 11 à 13), ainsi que l’inutilité des châtiments dont Dieu le frappait et de l’envoi des Juges qui le délivraient pour un temps (versets 14 à 19) ; il expose ensuite le dessein de Dieu, qui était d’éprouver et de châtier le peuple infidèle (versets 20 à 23), et il termine par l’énumération des nations conservées par l’Éternel dans ce but et par le tableau de la position qu’Israël prit vis-à-vis d’elles.

6 à 10

Ce passage se rattache immédiatement au tableau de la dernière assemblée convoquée par Josué, à la fin du livre de Josué (Josué 24.28-31). De ces cinq versets, les quatre premiers sont empruntés littéralement au livre de Josué, quoique ils reparaissent dans un ordre différent ; le verset 10 seulement contient quelque chose de nouveau et forme la transition au coup d’œil historique sur le temps des Juges.

Et Josué renvoya. Il y a ici retour en arrière, puisque le livre a commencé par les mots : Après la mort de Josué ; les versets suivants ont donc pour l’auteur la valeur de plus-que-parfaits : Et Josué avait renvoyé. Ce départ de chaque tribu pour son domaine particulier et la fidélité à l’Éternel qui régna jusqu’à la fin de Josué et des Anciens qui lui avaient survécu, montrent bien que nous nous trouvons placés par ces versets avant le moment décrit dans le chapitre 1 et au commencement du chapitre 2.

7 Et le peuple servit l’Éternel pendant toute la vie de Josué et pendant toute la vie des Anciens qui survécurent à Josué et qui avaient vu toute la grande œuvre que l’Éternel avait accomplie en faveur d’Israël. 8 Et Josué, fils de Nun, serviteur de l’Éternel, mourut étant âgé de cent dix ans. 9 Et on l’ensevelit dans le territoire qu’il avait eu en partage à Thimnath-Hérès, dans la montagne d’Éphraïm, au nord de la montagne de Gaas.

Timnath-Hérès, au lieu de Timnath-Sérah de Josué 24.30. Il y a probablement ici une erreur de copiste. En hébreu une simple transposition de lettres explique ce changement.

10 Et toute cette génération fut aussi recueillie vers ses pères, et il s’éleva après elle une autre génération qui ne connaissait pas l’Éternel, ni ce qu’il avait fait pour Israël.

Qui ne connaissait pas l’Éternel… par l’expérience personnelle de ses interventions miraculeuses, telles, que les avaient contemplées les contemporains de Moïse et de Josué.

11 Et les fils d’Israël firent ce qui est mal aux yeux de l’Éternel et ils servirent les Baals.

Et les fils d’Israël firent ce qui est mal… Cette parole reparaît plusieurs fois dans ce livre, comme un douloureux refrain : Juges 3.7-12 ; Juges 4.1 ; Juges 6.4 ; Juges 10.6 ; Juges 13.1.

Les Baals. Le pluriel employé ici désigne non seulement les formes diverses de la divinité ainsi nommée :

  • Baal-Berith : Baal de l’alliance, Juges 8.33
  • Baal-Gad : Baal de la fortune, Josué 11.17
  • Baal-Zébub : Baal des mouches, 2 Rois 1.2
  • Baal-Péor, peut-être : Baal de la nudité, Nombres 25.3.

mais encore tous les faux dieux adorés en Canaan en tant que représentant la divinité masculine.

12 Et ils abandonnèrent l’Éternel, Dieu de leur pères, qui les avait fait sortir du pays d’Égypte et ils allèrent, après d’autres dieux, d’entre les dieux des peuples qui les entouraient, et ils se prosternèrent devant eux et ils irritèrent l’Éternel. 13 Et ils abandonnèrent l’Éternel et ils servirent Baal et les Astartés.

Les Astartés représentent les diverses formes de la divinité féminine (Genèse 14.5 ; Jérémie 7.18, note).

14 Et la colère de l’Éternel s’enflamma contre Israël et il les livra entre les mains de pillards qui les pillèrent ; et il les vendit à leurs ennemis d’alentour et ils ne purent plus tenir devant leurs ennemis.

De pillards : comme les Madianites, qui exécutaient des razzias.

Les vendit : les livrant à des ennemis qui exerçaient une oppression permanente. Les vendit, comme un bien auquel on ne tient plus. Le terme de rachat désigne la délivrance.

15 Dans toutes leurs expéditions la main de l’Éternel était contre eux pour leur faire du mal, comme l’Éternel l’avait dit, comme l’Éternel le leur avait juré, et ils étaient dans la détresse.

Comme l’Éternel le leur avait juré. Nulle part, ni dans Lévitique 26.17-36, ni dans Deutéronome 28.25, l’affirmation ici rappelée n’est étayée par un serment ; néanmoins les déclarations sont si solennelles que si l’Éternel ne les avait pas exécutées, il eût bien été comme un homme qui viole un serment.

16 Et l’Éternel suscitait des juges qui les délivraient de la main de ceux qui les pillaient.

Des juges. C’est ici la première fois que nous rencontrons ce terme de juges dont a été tiré le titre de ce livre ; voir l’Introduction.

17 Et ils n’écoutèrent pas non plus leurs juges, car ils se prostituaient à d’autres dieux et se prosternaient devant eux. Et ils s’éloignèrent promptement de la voie qu’avaient suivie leurs pères en obéissant aux commandements de l’Éternel ; ils ne firent pas de même.

Ils n’écoutèrent pas : en ce sens qu’ils ne persistaient pas dans la bonne voie après la mort du juge.

18 Et lorsque l’Éternel leur suscitait des juges, l’Éternel était avec le juge et les délivrait de la main de leurs ennemis pendant toute la vie du juge ; car l’Éternel se repentait à l’ouïe des gémissements qu’ils poussaient devant ceux qui les opprimaient et les tourmentaient.

Sans doute, au premier moment ils acceptaient le ministère de délivrance que remplissait le juge à leur égard et obtenaient ainsi la victoire. Mais quand la voix du juge n’était plus là pour les soutenir, ils recommençaient comme auparavant et attiraient de nouveau sur eux la colère de l’Éternel.

19 Et il arrivait qu’à la mort du juge, ils se corrompaient de nouveau plus que leurs pères, en allant après d’autres dieux pour les servir et les adorer ; ils ne rabattaient rien de leurs mauvaises actions et de leur opiniâtreté. 20 Et la colère de l’Éternel s’enflamma contre Israël, et il dit : Puisque cette nation-là a transgressé mon alliance que j’avais prescrite à ses pères, et puisqu’ils n’ont pas obéi à ma voix,
20 à 23

L’auteur fait ressortir ici cette idée, qui était déjà celle du discours de l’ange à Bokim, que si l’Éternel n’a pas voulu détruire les nations cananéennes et les peuples voisins, ce n’est pas qu’il fût devenu infidèle à son alliance et à ses promesses, mais à cause de cette infidélité constamment renouvelée de son peuple, laquelle empêchait qu’il ne lui accordât enfin une délivrance complète, en sorte que c’était toujours à recommencer.

21 moi aussi, je ne chasserai plus devant eux une seule des nations que Josué a laissées quand il mourut, 22 afin d’éprouver par elles Israël, pour voir s’ils prendront garde ou non de suivre la voie de l’Éternel, comme leurs pères y ont pris garde.

Afin d’éprouver par elles Israël. Étant donné le penchant à l’idolâtrie qui existait dans le cœur des Israélites, Dieu ne voulait pas leur ôter l’occasion de manifester ce principe mauvais, qui ne pouvait être détruit qu’en portant ses fruits amers. Voir sur l’accord de ce verset avec Exode 23.29, Deutéronome 7.22, d’une part, et avec Juges 3.1-2, d’autre part. la Conclusion sur le livre de Josué.

23 Et l’Éternel laissa subsister en repos ces nations sans se hâter de les déposséder, car il ne les avait pas livrées entre les mains de Josué.

Car il ne les avait pas livrées. S’il y avait encore des nations à déposséder, c’est que Dieu n’avait pas voulu que Josué ne laissât plus rien à faire après le premier et grand acte de la conquête.