×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Bitumes
Dictionnaire Biblique Westphal

Hydrocarbures, soit liquides comme le naphte ou pétrole, soit mous comme le malthe ou bitume glutineux, soit solides comme le caoutchouc minéral (élatérite) et l’asphalte, qui est un carbure plus ou moins oxygéné.

C’est ce dernier qu’on trouve en Mésopotamie (sources de Kit sur l’Euphrate, à 250 km en amont de Babylone, mentionnées par Hérodote, et sources près du Tigre, à 100 km au sud de Ninive) et en Palestine à Hâsbeiya sur les flancs du mont Hermon et surtout autour de la mer Morte (Étang Asphaltite de Josèphe, Lac Asphaltite de Pline), où les couches argileuses et calcaires sont imprégnées de bitume. Dans la partie méridionale de cette mer, des masses bitumeuses flottent sur les eaux lors des tremblements de terre.

C’est aux abords du sud de la mer Morte que la région était parsemée de nombreux puits de bitume pour l’exploitation de ce produit (Genèse 14.10). Les égyptiens employaient le bitume de la mer Morte dans la préparation des momies. Le mortier (khémar) des premières constructions babyloniennes était en asphalte, comme en témoignent la Genèse (Genèse 11.3, tour de Babel) et les descriptions de Diodore de Sicile. L’arche de Noé fut enduite de bitume (kopher, de l’assyrien kouprou), pour en assurer l’étanchéité (Genèse 6.14), ainsi que la corbeille de jonc où fut placé l’enfant Moïse : (Exode 2.3) mélange d’asphalte (hébreu khémar, d’une racine qui veut dire bouillir) et de poix (hébreu zéphet) ; cette poix aussi devait n’être qu’un genre de bitume (cf. Ésaïe 34.9).


Numérisation : Yves Petrakian