Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Abomination de la désolation Dictionnaire Biblique Westphal

Cette expression ne se rencontre que dans Marc 13.14 et le parallèle Matthieu 24.15. Elle provient, comme l’indique Matthieu., du livre de Daniel (Daniel 11.31 ; Daniel 12.11, cf. Daniel 9.27), qui fait très certainement allusion, dans ces passages, à la profanation du Temple de Jérusalem par Antiochus Épiphane en 168 avant Jésus-Christ, lorsque celui-ci fit transformer l’autel des holocaustes en un autel dédié à Zeus Olympien (1 Macchabées 1.54-59).

Quelle est cette « abomination de la désolation » annoncée ? Lorsque Luc, dans un discours très semblable, mentionne la désolation qui doit venir (Luc 21.20), il entend par là l’encerclement de Jérusalem par les armées romaines ; Mais cette explication ne s’accorde ni avec l’expression de Marc : « établie là où elle ne doit pas être », ni avec les mots de Matthieu : « établie au lieu saint ». Plusieurs interprétations ont été proposées, parmi lesquelles il est difficile de choisir. Il s’agirait :

  1. ou bien de la menace d’ériger une statue de Caligula dans le Temple ;
  2. ou de la profanation du sol du Temple par les Zélotes, lorsqu’ils le transformèrent en forteresse pendant le siège de Jérusalem ;
  3. ou encore de la profanation du Temple par la présence de Titus après qu’il s’en fut rendu maître. D’autre part, il semble bien que Marc 13.14 fasse allusion à une circonstance qui doit précéder la destruction de la ville, puisqu’il insiste sur le fait que cette apparition de « l’abomination de la désolation » doit être une mise en garde pour ceux de Judée qui n’auraient pas encore fui dans les montagnes. Il s’agirait donc de quelque événement avant-coureur de la chute de Jérusalem et pouvant être interprété par les chrétiens comme une annonce de la Parousie (cf. 2 Thessaloniciens 2.1-12). Est-ce la venue des troupes romaines ? est-ce l’intervention sanglante des Zélotes s’emparant du Temple peu de temps avant l’investissement complet de la cité ? Cette dernière hypothèse semble la plus vraisemblable, car elle est appuyée par une tradition que rapporte Eusèbe (Hist. Ecclésiastique III , 5.3) selon laquelle les chrétiens juifs, avertis par un oracle divin, auraient fui loin de la ville dès les débuts du siège.

Edm. R.


Numérisation : Yves Petrakian