×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Astaroth
Dictionnaire Biblique Westphal Calmet

(Pluriel de Astarté ; voir ce mot). Nom d’une ville de Basan, dont le roi Og avait fait l’une de ses capitales et dont les Israélites s’emparèrent avant de traverser le Jourdain (Deutéronome 1.4 ; Josué 9.10 ; Josué 12.4 ; Josué 13.12) ; attribuée à la demi-tribu de Manassé, avec tout le territoire environnant (Josué 13.31) ; plus tard ville lévitique de refuge, donnée aux Guersonites (Josué 21.27, Béesthra = Beth-Achtart, « Maison d’Astarté », corruption ou variante probable d’Astaroth ; cf. 1 Chroniques 6.71).

Certains auteurs identifient Astaroth avec Astaroth-Karnaïm (voir ce mot), ancienne ville des Rephaïm près de laquelle ceux-ci furent défaits par Kédor-Laomer et ses alliés (Genèse 14.5). Rien, dans les textes bibliques, ne rend cette identification impossible. Elle est même rendue vraisemblable par l’assertion qu’Og, roi de Basan, « était resté seul », ou « l’un des derniers », de la race géante des Rephaïm (Deutéronome 3.11 ; Josué 12.4 ; Josué 13.12).

Cependant Eusèbe et Jérôme distinguent deux localités de ce nom, situées toutes deux dans la Décapole (voir ce mot), à 5 milles romains l’une de l’autre. À 35 km environ de l’est du lac de Génézareth, on trouve aujourd’hui les ruines de Tell-Achtéré, et, à quelque distance au sud, celles de Tell-Achâri : peut-être sont-ce là les anciennes Astaroth et Astaroth-Karnaïm. Karnaîm (signifiant : deux cornes) pourrait alors être une allusion aux deux sommets jumeaux qui dominent Tell-Achâri

Atlas biblique


Numérisation : Yves Petrakian