×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Prétoire
Dictionnaire Biblique Westphal Bôst

Le Prétoire fut d’abord l’espace de 200 pieds carrés réservé dans le camp autour de la tente du général, où se trouvait l’autel et où siégeait le tribunal. Ce fut aussi la tente du général elle-même et plus tard la résidence permanente d’un roi, du gouverneur ou du magistrat romain (préteur) d’une province de l’empire (voir Gouverneur). Dans le Nouveau Testament trois passages attirent notre attention.

  1. Les récits de la Passion de Jésus (Jean 18.28 ; Jean 18.33 ; Matthieu 27.27 ; Marc 15.16). Il s’agit ici de l’ancien palais des Hérodes, un magnifique édifice au dire de l’historien juif Josèphe, devenu l’habitation de Pilate en même temps que le siège de l’administration romaine. Devant le prétoire était le tribunal, orné d’un de ces pavés en mosaïque que l’on trouve partout où les Romains ont passé (Jean 19.13). Le prétoire avait une vaste cour, à laquelle on accédait par un vestibule et où se tenait le corps de garde des soldats romains (Matthieu 27.27 ; Marc 15.16). Les Juifs refusaient d’y entrer pour ne point se souiller.
  2. Le prétoire de Césarée, où logeait et siégeait le gouverneur Félix (Actes 23.35), était aussi un ancien palais d’Hérode le Grand.
  3. Dans tout le prétoire on a su que Paul était prisonnier pour la cause de Christ (Philippiens 1.13). Cette épître a été écrite de Rome, et non pas de Césarée ou de Corinthe, ni sans doute d’Éphèse comme quelques critiques l’ont soutenu (voir Philippiens) : Philippiens 4.22 semble le prouver. Le prétoire est pour les uns le camp, ou la cohorte, des soldats prétoriens chargés de surveiller Paul à tour de rôle (Actes 28.16) ; les soldats se relayant auprès de leur prisonnier ont pu en grand nombre causer avec lui et entendre parler de Christ. D’après d’autres, le prétoire est le palais impérial lui-même ; cette opinion s’appuie sur Philippiens 4.22 : prétoire et maison de César seraient synonymes. Il y avait donc des chrétiens dans l’entourage de Néron. Plusieurs (cf. Actes 28.23 ; Actes 28.30 et suivant) auteurs latins emploient ce mot de prétoire pour désigner un palais.

Numérisation : Yves Petrakian