×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Patara
Dictionnaire Biblique Westphal Bost

Port de Lycie, à l’angle sud-ouest de l’Asie Mineure, en face de Rhodes, à quelques km à l’est du petit fleuve Xanthus, et au sud de la ville du même nom. On a par Actes 21.1 et suivant une idée exacte du caractère de ce port : le navire qui y amène Paul, lors de son dernier retour à Jérusalem, est un caboteur qui fait le service de la côte ouest de l’Asie Mineure et qui doit peut-être continuer sa route le long de la côte sud ; mais à Patara, comme aussi à Myra (Actes 27.5) plus à l’Est, on a quelque chance de trouver passage sur un grand navire se rendant directement de Lycie en Phénicie, en passant au large de l’île de Chypre. Patara était donc un port de transbordement animé et prospère.

Cette ville frappa sa propre monnaie depuis 440 avant Jésus-Christ. Elle fit partie de l’empire d’Alexandre, puis les Ptolémées et les Séleucides se la disputèrent, évidemment à cause de son importance pour la navigation de Grèce en Orient. Plus tard, elle fit partie de la confédération des villes lyciennes, jusqu’au moment où la Lycie, en 43 de notre ère, devint une province romaine. Patara avait un sanctuaire et un oracle d’Apollon, qui rivalisaient avec ceux de Delphes. Aujourd’hui il n’en reste que quelques ruines.

Atlas biblique


Numérisation : Yves Petrakian