×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Passion
Dictionnaire Biblique Westphal

Grec pathos, de paskheïn = souffrir. De cette étymologie, le langage de l’Église a tiré, directement, l’expression : la Passion du Christ (latin passio) pour caractériser les souffrances subies par Jésus-Christ au cours de la Semaine sainte (voir Jésus-Christ, paragraphe III). Dans le langage courant, passion (au singulier) indique l’ardeur d’un sentiment, d’une opinion : avoir la passion de la liberté, la passion des voyages. En philosophie, passions (au pluriel) désigne ceux de nos mouvements de sensibilité, celles de nos affections qui troublent notre jugement, nous ôtent la maîtrise de nous-mêmes et nous portent impérieusement hors des conseils de notre raison, des ordres de notre conscience, voire même des intérêts de nos instincts naturels. Depuis le temps de Platon et Aristote, on distingue deux ordres de passions, celles qui surexcitent nos désirs, qui développent de façon disproportionnée nos penchants, et celles qui nous poussent à réagir contre tout ce qui gêne l’élan de nos convoitises. Nos passions sont donc, ou de concupiscence (grec épithumia) ou de colère (grec thumos). Au premier ordre appartient l’amour égoïste, insatiable, sensuel, avec tout un cortège de passions dérivées, la luxure, la gourmandise, l’ivrognerie, etc. La passion de l’argent produit l’avarice ; la passion du pouvoir s’exaspère dans l’ambition déréglée, etc. Au second ordre appartient la haine ou les diverses manières de haïr : la vengeance, l’envie, l’orgueil, la jalousie, l’intolérance, le fanatisme, etc. Lorsque Descartes croit donner toute la liste des passions en y comprenant la joie, la tristesse, la crainte, l’espérance, l’admiration, il méconnaît le caractère essentiel de ces divers sentiments qui est de n’exister qu’en raison d’une autre affection. On croit, on espère, on admire, on est heureux ou malheureux, parce que le cœur est déjà possédé par un amour ou une haine qui nous rend incapables de tout désintéressement, voire de toute liberté. La passion est un déchaînement ; on ne raisonne pas avec elle. Dirons-nous qu’elle est naturelle à l’homme, qu’elle fait partie de ses instincts ? Non. Elle se sert de la nature, mais parfois aussi elle la contredit et la ruine ; elle dirige, elle galvanise les instincts, mais dans d’autres cas elle les heurte et les contredit. Elle apparaît en nous plutôt comme une inspiration du dehors qui s’empare de notre être, semble lui procurer les plus vives émotions, les plus intenses jouissances, les plus grands mouvements susceptibles de donner du prix à la vie, mais en réalité les passions dénaturent, dérèglent, épuisent et rendent l’être tout éperdu. « Tout ce qu’il faut de mouvement à la vie sociale, écrit excellemment M me de Staël (Introduction à l’Influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, pages 40, 41), tout l’élan nécessaire à la vertu existerait sans ce mobile destructeur. Mais, dira-t-on, c’est à diriger les passions et non à les vaincre qu’il faut consacrer ses efforts. Je n’entends pas comment on dirige ce qui n’existe qu’en dominant… Tous ces traités avec la passion sont purement imaginaires ; elle est, comme les vrais tyrans, sur le trône ou dans les fers. »

Ces diverses considérations nous expliquent l’attitude de la Bible à l’égard des passions ; en même temps la Bible nous éclaire sur l’origine de celles-ci. Dès ses premières pages, l’Ancien Testament nous apprend que l’homme a subi par sa chute (voir ce mot) un réel envoûtement ; qu’il a été asservi par le génie du mal appelé dans le Nouveau Testament le « prince de ce monde ». L’infernal suggesteur de Genèse 3, que Jésus est venu démasquer et combattre, a répandu son mauvais esprit sur la création de Dieu, il a allumé dans les veines de l’homme une fièvre destructrice, il a insufflé dans son âme les passions, et par les passions (Romains 1.18 et suivants) il a soumis la créature à la loi du péché (Romains 7). Par cette loi, il tente d’arracher la créature au Créateur en annihilant les vertus divines qui font la grandeur de l’homme : la raison, la conscience, la liberté, etc. Son but est de s’emparer définitivement du cœur et de la volonté de la créature. L’antagonisme entre l’esprit saint et l’esprit dépravé (Romains 1.28, cf. 1 Corinthiens 2.12 ; Éphésiens 2.2 ; Éphésiens 6.12) est irréductible ; le duel est à mort. Toute la Bible raconte le choc tragique qui fit monter Jésus sur une croix et tomber Satan du ciel comme un éclair (Luc 10.18). Depuis ce drame où Christ affranchissait l’homme de l’esclavage des passions et de la domination de Satan, la vie du chrétien est un combat : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu…  » (Éphésiens 6 : et suivant, cf. 1 Pierre 5.8). Que signifie donc l’expression de « nouvel homme » dont l’apôtre se sert pour désigner les rachetés de Jésus-Christ ? Elle désigne la condition de la créature qui, sauvée par grâce, a « crucifié la chair avec ses passions » (Galates 5.24) et vit par l’Esprit saint dans « la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (Romains 8.21). Ce que ne pouvaient faire ni la volonté de l’homme naturel (voir Chair), ni les vertus de la Loi, Jésus l’a fait par sa rédemption et la régénération spirituelle qu’il accorde aux croyants (Jean 3, Romains 8). Dès lors l’empire des passions est brisé, le devoir des chrétiens, sanctifiés par l’esprit de Dieu, est de vivre comme des êtres qui- sont « ressuscités avec Christ », « attachés aux choses qui sont en haut », « car vous êtes morts et votre vie est cachée avec Christ en Dieu » (Colossiens 3.3). Cette doctrine de l’affranchissement des passions par l’Esprit de Christ, que Paul a tirée directement de l’Évangile de Jésus (cf. Jean 8.31 et suivants), n’est pas une théorie seulement, c’est une réalité vivante, constante : du brillant Augustin converti par la prédication d’Ambroise à l’obscur alcoolique relevé par les actuels ouvriers de la Croix-Bleue, le cortège des affranchis de la passion a inscrit cette réalité dans l’histoire. Et tous les jours le cortège grossit (Romains 7.24).

Alexandre Westphal


Numérisation : Yves Petrakian