×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Jizréel
Dictionnaire Biblique Westphal Bost

(signifiant : Dieu répandra).

1.

Cité qui donna son nom à la plaine en bordure de laquelle elle se trouvait ; on l’identifie aujourd’hui avec le village de Zerîn, légèrement à l’est de la route Djenîn-Nazareth. Avant la conquête de la Palestine, les Cananéens qui habitaient la vallée de Jizréel avaient des chars redoutables (Josué 17.16). Le pays fut attribué à Issacar (Josué 19.18), mais les Israélites eurent à le disputer aussi bien aux Madianites (Juges 6.33) qu’aux Philistins (1 Samuel 29.1), et Débora remporta sa fameuse victoire au sud-ouest de la même vallée, où coule le torrent du Kison (Juges 5). Sur cette ville régna Isboseth, fils de Saül, lors des temps troublés qui marquèrent l’établissement de la royauté en Israël.Sous (2 Samuel 2.8 et suivant) Salomon, l’intendant Baana en eut l’administration (1 Rois 4.12). La grande période pour Jizréel fut sans conteste celle du IXe siècle Achab y avait en effet une de ses résidences (1 Rois 18.45), mais il y a tout lieu de croire que l’expropriation de la vigne de Naboth eut lieu à Samarie plutôt qu’à Jizréel (1 Rois 21.19 rapproché de 1 Rois 22.37 et suivant). C’est à Jizréel que se retira Joram, fils d’Achab, pour se guérir des blessures reçues au combat de Ramoth en Galaad (2 Rois 8.29). Dans la même ville eut lieu le coup d’État de Jéhu, tuant Joram, Jézabel et exterminant toute la maison d’Achab, pour s’emparer de la royauté (2 Rois 9-10). Cette hécatombe cruelle ne souleva pas que des approbations et le prophète Osée, cent ans après, annonçait le châtiment (Osée 1.4). Du village actuel de Zerîn (où aucune ruine n’apparaît), on jouit d’une très belle vue sur l’échappée de Béisân et les monts de Moab (à l’Est), sur toute la plaine et la chaîne du Carmel (à l’Ouest).

2.

Ville de Juda (Josué 15.56) d’où était originaire une des femmes de David, Ahinoam (1 Samuel 25.43).

3.

Descendant de Juda (1 Chroniques 4.3).

4.

Nom symbolique du fils d’Osée et de Gomer, pris d’abord au sens de la menace : « Dieu dispersera » (Osée 1.4 et suivants), puis au sens de la promesse : « Dieu sèmera » (2.22 et suivant).

A. P.


Numérisation : Yves Petrakian