×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Fardeau
Dictionnaire Biblique Westphal

Ce mot a plusieurs sens dans la Bible :

1.

Charge à porter (Jérémie 17.21) ;

2.

Corvée (Deutéronome 24.5) ;

3.

Épreuve, souci (Psaumes 55.23 ; Psaumes 81.7) ;

4.

Servitude à l’égard de l’étranger vainqueur (Ésaïe 10.27 ; Ésaïe 14.25 ; cf. le geste symbolique du « joug ») ;

5.

Péché (Psaumes 38.5 ; Lamentations 1.14 ; Ésaïe 53.11 ; Ésaïe 53.12) ;

6.

Responsabilité (Nombres 11.11) ;

7.

Oracle menaçant : (Jérémie 23.33 ; Ésaïe 14.28) la formule de malédiction prononcée par un homme de Dieu passait pour avoir une vertu efficace et chargeait l’homme, la troupe, la nation, contre laquelle elle était dirigée, d’un fardeau qui l’accablait (cf. l’histoire de Balaam : Nombres 22-24) ; cependant ce mot est parfois employé comme oracle de bénédiction (Zacharie 12.1 ; Zacharie 9.1) ; dans Lamentations 2.14, c’est toute parole de prophétie, vraie ou mensongère. Le Nouveau Testament introduit un nouveau sens : l’observation stricte et méticuleuse des ordonnances de la Loi (Matthieu 23.4; Luc 11.46). L’assemblée apostolique de Jérusalem (Actes 15.18) emploie le même terme pour désigner les prohibitions imposées aux païens qui deviennent chrétiens. En comparaison de celui de la Loi, le fardeau du Christ paraît léger à ses disciples (Matthieu 11.30). Paul oppose dans Galates 4 et Galates 5 la liberté des enfants de Dieu à l’esclavage de la Loi : la Loi est un joug. Hébreux 12.1 associe la délivrance de tout fardeau à la délivrance du péché. Notons enfin qu’il n’y a pas contradiction entre Galates 6.2 ; Galates 6.5 ; le mot fardeau y traduit deux termes grecs différents : il faut que les chrétiens s’entr’aident par la sympathie à porter les fardeaux de leurs misères morales (verset 2), ceci par opposition aux inutiles charges judaïques ; mais au service de Jésus-Christ chacun a une tâche personnelle à remplir, et doit accomplir son propre devoir (verset 5) sans tirer vanité de ce que les autres n’accomplissent pas le leur. Voir Joug.

Farine  

Numérisation : Yves Petrakian