×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Esdrélon
Dictionnaire Biblique Westphal Calmet

Nom grec de la plaine appelée aujourd’hui Merdj ibn Amir (prairie du fils d’Amir) et autrefois, mais dans une acception un peu plus restreinte, plaine ou vallée de Jizréel (voir ce mot).

Vaste étendue triangulaire, dont l’hypoténuse, orientée de nord-ouest à sud-est, court sur 50 km, de Djenîn (signifiant : En-Gannim) à Haïfa, et dont l’angle droit serait sensiblement au mont Thabor. Plaine très fertile dont la terre, formée de roches volcaniques décomposées, est favorable à la culture et aux pâturages, et où les eaux sont drainées par le Nahr el-Moukatta (signifiant : le Kison de Juges 5.21 ; 1 Rois 18.40). Très convoitée de tout temps, elle fut le théâtre de combats acharnés et répétés : ceux de Débora et de Barak contre Jabin et Sisera (Juges 4-5), de Gédéon contre les Madianites (Juges 7), de Saül contre les Philistins (1 Samuel 28 à 1 Samuel 31).

Dès la plus haute antiquité, les listes égyptiennes mentionnent Méguiddo (aujourd’hui Tell el-Moutésellim), ville forte en bordure de la plaine et, avec Thaanac, solide point d’appui pour les pharaons envahisseurs ou les roitelets cananéens (Juges 5.19 ; 2 Rois 23.30). Lieu de campement des troupes d’Holopherne (Juges 7.3). La plaine d’Esdrélon était la grande voie de communication de la Méditerranée au Jourdain par Beisân (voir Beth-Séan), du Carmel à Damas, empruntée par les commerçants et les conquérants. Elle fut sillonnée de bonne heure d’un réseau routier, et Josèphe (Antiquités judaïques, VIII, 2.3) attribuait même certaines routes à Salomon. Une route de Haïfa à Djenîn par Méguiddo fut établie sous les Flaviens, longeant la chaîne du Carmel. Des fouilles ont exploré le site de Thaanac. D’autres, plus systématiques, sont en cours à Tell el-Moutésellim (voir Méguiddo).

A. P.


Numérisation : Yves Petrakian