×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Écriture Sainte ou Écriture, Saintes Écritures, Écritures
Dictionnaire Biblique Westphal

ou Écriture, Saintes Écritures, Écritures Expressions qui désignent, dans le langage religieux, la littérature renfermée dans les deux parties de la Bible.

Les sources du Pentateuque insistent sur le fait que Jéhovah écrivit les paroles du Sinaï (Exode 34 ; Deutéronome 5) et ordonna à Moïse d’écrire le livre de l’alliance divine (Deutéronome 31, Exode 24, cf. 2 Rois 22.8 où il semble bien que le Deutéronome ait été considéré comme le premier livre de l’Écriture ; voir aussi Jérémie 30 ; Hab 2, etc.).

Ainsi, dès l’origine, l’idée d’Écriture fut liée en Israël à celle de loi, d’ordre divin et de révélation. Dès que la première partie du canon hébreu, la plus sacrée : la Loi, fut fixée, on dit : il est écrit, pour s’y référer. C’est ainsi qu’après l’exil, 2 Chroniques 30.5 ; 2 Chroniques 30.18 ; Esdras 3.4 ; Néhémie 8.15 (remarquer Néhémie 8.14) emploient l’expression : « Comme il est écrit » (hébreu kakkâtoub ; LXX: kata tên graphên ou para tên graphên) pour renvoyer leurs lecteurs à Exode 12, Nombres 9, Lévitique 23.

Paul, dans Romains 1.17 ; Romains 2.24, etc., reproduit exactement la formule : « comme il est écrit » (kathôs gégraptaï) en citant les prophètes. Jésus dit : « Il est écrit » en citant le Psaume 91 (Matthieu 4.4), etc. À mesure que les livres de la Bible hébraïque étaient devenus littérature sacrée, normative, on les avait tous englobés dans l’expression générale : Écriture

Les écrivains du Nouveau Testament, suivant en cela les rabbins, désignent couramment l’Ancien Testament sous le nom de « l’Écriture » (hê graphe, Jean 7.38 ; Jean 10.35 ; Actes 8.32 ; Galates 3.8 ; Galates 3.22 ; Jacques 2.8 ; 1 Pierre 2.6 ; 2 Pierre 1.20, etc.), « les Écritures » (haï graphaï, Matthieu 21.42 ; Matthieu 22.29 ; Marc 12.24; Luc 24.27 ; Jean 5.39 ; Actes 17.3-11 ; 1 Corinthiens 15.3, etc.) ou « Saintes Écritures » (graphaï hagiaï, Romains 1.2). Il leur arrive aussi de renvoyer à tel ou tel passage de l’Ancien Testament en disant simplement : graphe. « N’avez-vous pas lu cette écriture ? » (Jésus dans Marc 12.10, cf. Luc 4.21 ; Jean 19.37, Pierre dans Actes 1.16).

Seul 2 Timothée 3.15 et suivant emploie l’expression « saintes lettres » dans un passage où nous voyons l’idée d’inspiration étroitement liée au terme Écriture. Ce qui s’était passé pour l’Ancien Testament se passa aussi pour le Nouveau Testament, à mesure que ses livres devinrent canoniques et qu’une notion étroite de l’inspiration les confondit avec la Parole de Dieu. Déjà la deuxième épître de Pierre donne le nom d’Écritures aux lettres de saint Paul (2 Pierre 3.16). L’épître de Barnabas 4.4 cite une parole du Christ comme « Écriture » ; 2 Clém. 2.4 cite aussi une déclaration du Christ comme « Écriture » ; Polycarpe applique ce terme à une citation latine du Nouveau Testament

À part ces exceptions, nous ne connaissons aucun écrivain avant la seconde moitié du IIe siècle qui emploie le terme « Écriture » pour les textes du Nouveau Testament à partir d’Irénée, l’usage devint courant de désigner par Saintes Écritures la Bible tout entière. Voir Canon de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament

Alexandre Westphal


Numérisation : Yves Petrakian