×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Chêne
Dictionnaire Biblique Westphal Bost Calmet

1.

Hébreu allôn, élâh et mots parents (Ésaïe 6.13 ; Ésaïe 44.14 ; Ézéchiel 27.6 ; Osée 4.13). C’est sous un allôn que fut enterrée Débora, nourrice de Rébecca (Genèse 35.8). C’est un élan qui marquait le lieu sacré de Sichem où Abram bâtit un autel à l’Éternel (Genèse 12.6) ; on traduit « chêne » ou « térébinthe » de More, c’est-à-dire du devin (voir Térébinthe). Chez les prophètes, le chêne, et en particulier le chêne de Basan, symbolise, comme le cèdre du Liban, les orgueilleux et les superbes (Amos 2.9 ; Ésaïe 2.13 ; Zacharie 11.2). Le allôn est un quercus, genre de la famille des Fagacées, tribu des Castanées. Les quercus sont des arbres (rarement des arbrisseaux) à feuilles alternes, caduques ou persistantes, entières, dentées ou lobées. Les fleurs mâles sont en chatons cylindriques, grêles, pendants ; les fleurs femelles en petit nombre, agglomérées ou espacées sur un axe dressé ; le fruit (gland) est entouré plus ou moins complètement par l’involucre développé en cupule. Chez certaines espèces les glands naissent l’année même de la floraison, chez d’autres au bout de deux ans seulement. On trouve en Palestine trois principales sortes de chêne :

  • quercus Vallonea Kotschy (chêne Vélani), grand et bel arbre dont les cupules sont connues dans le commerce sous les noms de valonée, velanède, valoni, valonea, gallon du Levant, gallon de Turquie, et constituent l’une des meilleures matières pour le tannage des cuirs ; les feuilles du Vélani sont épaisses, coriaces, luisantes en dessus, cotonneuses en dessous, bordées de grosses dents aiguës ; elles tombent en automne et au printemps ; le gland est court, enfoncé jusqu’au tiers dans une cupule très grosse, plus large que longue, hérissée en dehors d’écaillés longues, lancéolées, obtuses ;
  • quercus infectoria Olivetan, qui n’est qu’un arbrisseau ;
  • quercus pseudococcifera Desf., qui n’atteint que 5-6 m Les passages cités ne peuvent donc se rapporter qu’au chêne Vélani.

2.

Hébreu tirzâh (Ésaïe 44.14). Cet arbre, mentionné en même temps que le chêne dans l’incomparable tableau de la fabrication de l’idole, est sans doute le rouvre, c’est-à-dire un quercus comme le chêne. C’est un des plus beaux arbres de l’Asie occidentale et de l’Europe, où il forme des forêts étendues. Emblème de la force et de la longévité, il peut atteindre 40 m et plus de hauteur, et il en est des exemplaires auxquels on attribue plus de deux mille ans d’existence. Son bois est l’un des plus précieux par sa force et sa durée. Il existe deux variétés de rouvre,

  1. quercus robur, savoir :
  2. quercus pedunculata (chêne commun, chêne à grappes, gravelin, rouvre) des lieux humides, et
  3. quercus sessiliflora (chêne à trochets, rouvre Durelin) des lieux secs.

Pour la « vallée du Chêne », voir Térébinthes (vallée des).

Ch.-Ed. M.


Numérisation : Yves Petrakian