×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Chaux
Dictionnaire Biblique Westphal

Le protoxyde de calcium, très répandu dans la nature, l’était particulièrement dans la plus grande partie de la Palestine, où les calcaires dominent généralement.

1.

La pierre à chaux broyée apparaît dans Ésaïe 27.9 ; la chaux étendue d’eau (eau ou lait de chaux) apparaît dans Deutéronome 27.2-4, ordre de blanchir les pierres dressées en mémorial. Les Orientaux aiment à rendre ainsi la surface de leurs murs au dehors éclatante au soleil, et au dedans assez polie pour servir de fond à des décorations : les mots fatidiques s’inscrivent devant Belsatsar sur la chaux du palais royal (Daniel 5.5) ; d’où, au figuré, la « muraille blanchie » (Actes 23.3), image de l’hypocrite (se trouve aussi dans les classiques grecs : Démosth., Aristote, Plutarque etc.). Les Juifs blanchissaient de même leurs tombeaux pour les mettre en évidence et épargner aux passants la souillure de leur contact ; d’où, au figuré, les « sépulcres blanchis » (Matthieu 23.27, condamnation plus sévère encore, par le Seigneur lui-même, de l’hypocrisie des chefs religieux, agents de corruption et de mort.

2.

La combustion complète qui calcine, c’est-à-dire qui laisse un résidu de chaux (latin, calx, calcis), devient l’image de la destruction totale, dans Amos 2.1, où le crime de Moab est d’avoir brûlé les os du roi d’Édom « jusqu’à les calciner » (Bible du Centenaire), et dans Ésaïe 33.13, où le châtiment des peuples coupables sera d’être, non « comme des fours à chaux » (Version Synodale), mais « consumés, réduits en chaux » (Reuss).


Numérisation : Yves Petrakian