×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Carrière
Dictionnaire Biblique Westphal

Égyptiens, Phéniciens, Israélites, ont exploité des carrières de pierre (voir ce mot).

1.

Cette traduction, dans Juges 3.19-26, est improbable : l’hébreu psilini signifie pierres taillées et partout ailleurs désigne des images taillées, statues ou idoles de faux dieux (Deutéronome 7.5 ; Deutéronome 7.25 ; Deutéronome 12.3 ; Ésaïe 21.9 ; Ésaïe 30.22 ; 2 Chroniques 34.4) ; or, dans la région de Guilgal dont il est question ici, il n’y a nulle trace de carrières, tandis que ce lieu était célèbre par un cercle de pierres sacrées. Il vaut donc mieux lire : « pierres taillées » (Reuss), et il est permis d’y voir celles de Josué 4.8 ; Josué 4.20

2.

Dans 1 Rois 6.7, au texte peu clair et qui interrompt la description du Temple, les traducteurs n’ont pas toujours lu le mot « carrière » (par exemple Reuss, Segond) ; mais si le mot y est discutable, la chose ne l’est pas un peu plus haut, dans 1 Rois 5.16 ; 1 Rois 5.18, où apparaît d’autant plus claire l’extraction de pierres taillées de la montagne, qu’il s’agit du Liban (Guibliens = gens de Guébal, aujourd’hui Byblos), et qu’on peut voir aujourd’hui non loin de là, à l’entrée de Baalbek (voir ce mot), les fameuses carrières où est restée inutilisée, parmi d’autres, la pierre monumentale de 21 m ½ de long, sur 4 m de large et 4 m ½ de haut (figure 41). Voir Guébal.

3.

Dans Ésaïe 51.1, les deux métaphores parallèles du « rocher » et du « creux de la fosse » (Segond) pour désigner le couple ancestral Abraham et Sara (verset 2), justifient pour le deuxième terme la traduction « carrière ». « La comparaison des premiers parents avec une carrière d’où l’on tire les pierres pour une construction, est sans analogie dans les textes hébreux, mais elle se rattache à d’autres locutions plus usitées. » (Reuss.)

4.

Dans Hébreux 12.3, la « carrière » a une signification et une étymologie différentes (c’est le lieu des courses de chars) ; la phrase : « courons dans la carrière » est fréquente chez les classiques (Hérod., Eurip., etc.) comme image des efforts extraordinaires à fournir lorsqu’on court un péril extrême. Le grec est en effet agôn combat. Voir Jeu.


Numérisation : Yves Petrakian