Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Mysteres
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet

Toutes les religions vraie ou fausses ont leurs mystères ; c’est-à-dire, certaines choses mystérieuses qu’on ne divulgue pas indifféremment à tout le monde : certains secrets qu’il n’y a que les initiés, ou ceux qui sont de la religion dont il s’agit, qui les sachent. Les païens avaient leurs mystères, mais c’étaient des mystères d’iniquité, des mystères honteux, que l’on ne cachait que parce qu’ils auraient rendu leur religion méprisable, ou ridicule, ou odieuse. Si les gens d’honneur avaient su ce qui se pratiquait dans le secret des mystères de certaines fausses divinités, ils en auraient eu horreur. Daniel découvrit les secrets des prêtres babyloniens, qui faisaient croire au peuple que Bélus mangeait, et que le dragon était dieu. Les livres sacrés parlent souvent des mystères infâmes d’Astarté, d’Adonis, de Priape, où se commettaient mille infamies, et où les crimes les plus honteux étaient cachés sous le voile de la religion. Baruch parle des prostitutions qui se faisaient en l’honneur de Vénus à Babylone. [Voyez Mylitta] Toute la religion des Égyptiens était mystérieuse. Mais on n’avait inventé ces prétendus mystères qu’après coup, pour en cacher le ridicule et la vanité. On ne pouvait justifier le culte qu’ils rendaient aux animaux, qu’en disant, par exemple, comme ils faisaient, que les dieux s’étaient autrefois cachés sous leur forme. Il est parlé dans les Machabées (1 Machabées 6.7) des mystères de Bacchus, et du lierre que l’on imprimait sur ceux qui y étaient initiés, et des couronnes de lierre que l’on faisait porter à ceux qui y participaient. Asa, roi de Juda ne permit pas que la reine sa mère continuât à présider aux mystères de Priape. Il ne faut pas douter qu’on ne donnât des raisons mystérieuses et cachées du culte qu’on rendait à Moloch, et des sacrifices d’enfants et d’hosties humaines qu’on lui offrait. C’était peut-être par une mauvaise imitation du sacrifice qu’Abraham avait voulu faire de son fils Isaac. Les Phéniciens rapportaient une raison à-peu-près pareille des sacrifices cruels qu’il faisaient à Hercule et à Saturne. Voyez Porphyre dans Eusèbe.

La religion des Juifs était toute mystérieuse. Toute leur nation elle-même était un mystère, selon saint Augustin. Elle figurait le peuple chrétien et la religion chrétienne. Tout ce qui leur arrivait, tout ce qu’ils pratiquaient, ce qui leur était commandé ou défendu, était figuratif, dit saint Paul (1 Corinthiens 10.11). Leur sacrifice, leur sacerdoce, leurs purifications, leur abstinence de certaines viandes, renfermaient des mystères qui nous ont été développés par Jésus-Christ et par les apôtres. Le passage de la mer Rouge était le symbole du baptême ; le serpent d’airain était un mystère qui marquait la croix et la mort de Jésus-Christ. Sara et Agar, Isaac et Ismaël marquaient les deux alliances. Le tabernacle et ses vases représentaient le culte que Dieu reçoit dans l’Église chrétienne. Le sacerdoce d’Aaron a été admirablement expliqué par saint Paul, du sacerdoce de Jésus-Christ et de celui de son Église. Saint Barnabé a développé les secrets cachés dans les abstinences de certaines viandes, que les Juifs pratiquaient. Jésus-Christ lui-même nous a découvert le mystère du prophète Jonas enfermé pendant trois jours dans le sein d’un poisson, celui du serpent d’airain élevé dans le désert ; celui de la manne, qui figurait le sacrement de son corps et de son sang ; celui de l’union d’Adam et d’Ève, qui contenait le mystère du mariage chrétien ; celui du temple de Jérusalem détruit et rétabli en trois jours, qui représentait sa mort et sa résurrection. La réprobation des Juifs et l’adoption du peuple gentil est figurée en cent endroits de l’Écriture, par exemple dans Agar et Sara, dans Ismaël et Isaac, dans Jacob et Ésaü, dans Éphraïm et Manassé, dans Saül et David, dans David et ses frères, dans Absalon et Salomon, et même dans Moïse et Aaron exclus de l’entrée de la terre promise.

Les prophéties qui regardent la personne, la venue, les caractères, la mort et la passion du Messie, se rencontrent à chaque pas dans les écritures de l’Ancien Testament, mais en figure et d’une manière mystérieuse. Les actions, les paroles, la vie des prophètes, étaient une prophétie continuelle et générale, qui étaiit voilée aux yeux du peuple et quelquefois même aux yeux des prophètes, et qui n’a été développée et éclaircie que depuis la naissance et la mort de Jésus-Christ, et ces mystères étaient dispensés avec une économie si admirable et par une providence si pleine de sagesse, que les premières servaient comme de base aux dernières, et que les plus récentes donnaient du jour aux plus anciennes. Elles allaient en croissant de clarté en clarté, et l’Esprit saint les dispensait par mesure et par degrés. Daniel est plus clair que les anciens prophètes. Aggée, Zacharie et Malachie parlent de Jésus-Christ, de sa venue, de sa mort, de son sacerdoce, et de la vocation des Gentils, plus distinctement que les autres prophètes qui les ont précédés.

Les mystères de la religion chrétienne, l’incarnation du Verbe, son union hypostatique avec sa nature humaine, sa naissance miraculeuse, sa mort, sa résurrection, son ascension, sa présence réelle dans l’Eucharistie, la prédestination et la réprobation des hommes, la grâce de Jésus-Christ et la manière dont elle agit sur nos cœurs, la virginité de la sainte Vierge avant comme après l’enfantement, la résurrection des morts ; en un mot, les articles de foi renfermés dans le symbole des apôtres, et les mystères révélés dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament, font l’objet de la foi des chrétiens.

Le nom de mystère se prend aussi pour les mystères et les secrets d’un ordre supérieur et surnaturel, comme ceux dont Dieu s’est réservé la connaissance et dont il a quelquefois donné la connaissance à ses prophètes et à ses amis. Ainsi Daniel donne pour épithète à Dieu le nom de Révélateur des mystères. Il dit à Nabuchodonosor qu’il n’y a que le Dieu qui règne dans le ciel qui puisse révéler les mystères cachés et les choses à venir. Et le Sauveur, dans saint Matthieu, dit (Matthieu 13.11) à ses disciples qu’ils sont heureux de ce que Dieu leur a révélé les mystères du royaume des cieux. Saint Paul parle souvent du mystère de l’Évangile, du mystère de la croix de Jésus-Christ, du mystère du Christ, qui a été inconnu aux siècles passés, du mystère de la résurrection future, etc. La Babylone mystique, la grande prostituée, portait écrit sur son front : Mystère (Éphésiens 1.9), pour marquer qu’elle ne désignait pas une ville particulière ni une femme, mais un peuple corrompu et idolâtre.

Enfin le nom de mystère, dans le Grec, est équivalent à celui de Sacramentum en latin. Il marque les sacrements et les mystères de l’Église chrétienne, et principalement celui de l’Eucharistie, qui est le plus sacré et le plus relevé de tous nos mystères et de tous nos sacrements. Dans l’Écriture, sacramentom est souvent mis simplement pour un secret une chose cachée, mais souvent il est mis pour mystère (Éphésiens 1.9), dans le Nouveau Testament. Dieu nous a fait connaître le mystère de sa volonté ; son incarnation, sa venue, son Évangile. Saint Paul dit que le mystère de la vocation des Gentils lui a été révélé (Éphésiens 3) ; et, en parlant du mariage chrétien (Éphésiens 5.32), il dit que c’est un grand mystère en Jésus-Christ et en l’Église.

L’on appelait donc mystères, et la doctrine de l’Évangile, et les dogmes du christianisme, et les sacrements de l’Église, non seulement parce qu’ils renfermaient des secrets qui n’étaient connus que parce que le Fils de Dieu et son Saint-Esprit les avaient révélés aux fidèles, mais aussi parce qu’on ne les communiquait pas tous indifféremment à tout le monde. On observait cet avis de Jésus-Christ, à ses apôtres (Matthieu 7.6) : Ne jetez point vos perles devant les pourceaux. On ne préchait l’Évangile qu’à ceux qui cherchaient sérieusement à s’instruire ; et encore ne leur découvrait-on tous les mystères de la religion qu’à mesure qu’ils s’en rendaient capables, et lorsqu’ils étaient entièrement résolus de se faire baptiser. Les prédicateurs dans leurs sermons, et les écrivains ecclésiastiques dans leurs livres, ne s’exprimaient pas clairement sur tous les mystères. Ils en disaient assez pour se faire entendre aux fidèles ; mais les païens ne comprenaient rien à leur langage. Cette sage précaution a duré assez longtemps dans l’Église. Les païens avaient à proportion la même pratique à l’égard de plusieurs mystères honteux ou ridicules de leur fausse religion. Mais le secret que l’on gardait sur nos mystères, était fondé principalement sur leur excellence et sur leur profondeur qui les rendaient impénétrables à l’esprit humain qui n’est point éclairé des lumières de la foi.