×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Lamentations 1.14

Lamentations 1.14 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Lamentations 1.14  Sa main a lié le joug de mes iniquités ; Elles se sont entrelacées, appliquées sur mon cou ; Il a brisé ma force ; le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Lamentations 1.14  Sa main a lié le joug de mes iniquités ; Elles se sont entrelacées, appliquées sur mon cou ; Il a brisé ma force ; Le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister.

Segond 21

Lamentations 1.14  Sa main a fait de mes transgressions une charge, elles se sont entremêlées, hissées sur ma nuque. Il a brisé ma force. Le Seigneur m’a livrée entre des mains auxquelles je suis incapable de résister.

Les autres versions

King James en Français

Lamentations 1.14  Le joug de mes transgressions est lié par sa main; elles sont entrelacées et montent jusqu’à mon cou; il a fait diminuer ma force; le SEIGNEUR m’a livrée en leurs mains, de ceux desquels je ne pourrai me relever.

Bible Annotée

Lamentations 1.14  Le joug de mes forfaits Est lié par sa main ; Ils s’entrelacent et pèsent sur mon cou. Il a fait broncher ma force ; Le Seigneur m’a livrée à des mains Auxquelles je ne puis résister.

John Nelson Darby

Lamentations 1.14  Le joug de mes transgressions est lié par sa main ; elles sont entrelacées, elles montent sur mon cou ; il a fait défaillir ma force ; le Seigneur m’a livrée en des mains d’où je ne puis me relever.

David Martin

Lamentations 1.14  [Nun.] Le joug de mes iniquités est tenu serré par sa main ; ils sont entortillés, [et] appliqués sur mon cou ; il a fait déchoir ma force ; le Seigneur m’a livrée entre les mains [de ceux] dont je ne pourrai point me relever.

Ostervald

Lamentations 1.14  Le joug de mes iniquités est lié par sa main. Elles sont entrelacées et pèsent sur mon cou ; il a fait fléchir ma force ; le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister.

Lausanne

Lamentations 1.14  Par sa main est lié le joug de mes rébellions ; s’entrelaçant, elles pèsent{Héb. elles montent sur.} sur mon cou. Il fait défaillir ma force. Le Seigneur m’a livrée en des mains d’où je ne puis me relever.

Vigouroux

Lamentations 1.14  Le joug de mes iniquités m’a accablé soudain (s’est éveillé) ; elles ont été enlacées dans sa main, et il les a mises (imposées) sur mon cou ; ma force a été affaiblie ; le Seigneur m’a livré à une main dont je ne pourrai pas sortir. Samech.

Auguste Crampon

Lamentations 1.14  " Le joug de mes iniquités a été lié dans sa main ; unies en faisceau, elles pèsent sur mon cou ; il a fait chanceler ma force. Le Seigneur m’a livré à des mains auxquelles je ne puis résister. Samech.

Lemaistre de Sacy

Lamentations 1.14  ( Noun. ) Le joug que m’ont attiré mes iniquités m’a accablée tout d’un coup : la main de Dieu en a fait comme des chaînes, qu’il m’a mises sur le cou : ma force a été affaiblie : le Seigneur m’a livrée à une main de laquelle je ne pourrai jamais me défaire.

Zadoc Kahn

Lamentations 1.14  Le joug de mes péchés a été attaché par ses propres mains; noués l’un à l’autre, ils pèsent sur ma nuque et paralysent mes forces : le Seigneur m’a livrée entre des mains contre lesquelles je ne puis me défendre.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Lamentations 1.14  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Lamentations 1.14  נִשְׂקַד֩ עֹ֨ל פְּשָׁעַ֜י בְּיָדֹ֗ו יִשְׂתָּֽרְג֛וּ עָל֥וּ עַל־צַוָּארִ֖י הִכְשִׁ֣יל כֹּחִ֑י נְתָנַ֣נִי אֲדֹנָ֔י בִּידֵ֖י לֹא־אוּכַ֥ל קֽוּם׃ ס

La Vulgate

Lamentations 1.14  NUN vigilavit iugum iniquitatum mearum in manu eius convolutae sunt et inpositae collo meo infirmata est virtus mea dedit me Dominus in manu de qua non potero surgere

La Septante

Lamentations 1.14  ἐγρηγορήθη ἐπὶ τὰ ἀσεβήματά μου ἐν χερσίν μου συνεπλάκησαν ἀνέβησαν ἐπὶ τὸν τράχηλόν μου ἠσθένησεν ἡ ἰσχύς μου ὅτι ἔδωκεν κύριος ἐν χερσίν μου ὀδύνας οὐ δυνήσομαι στῆναι.