×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Jérémie 4.29

Jérémie 4.29 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des archers, toutes les villes sont en fuite ; On entre dans les bois, on monte sur les rochers ; Toutes les villes sont abandonnées, il n’y a plus d’habitants.

Segond dite « à la Colombe »

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des archers,
Toute la ville est en fuite ;
On entre dans les taillis,
On monte sur les rochers ;
Toute la ville est abandonnée,
Il ne s’y trouve plus d’habitants.

Nouvelle Bible Segond

Jérémie 4.29  Au bruit des chars et des archers, toute la ville est en fuite ; on entre dans les taillis, on monte sur les rochers ; toute la ville est abandonnée, plus personne n’y habite.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des archers, toutes les villes sont en fuite ; On entre dans les bois, on monte sur les rochers ; Toutes les villes sont abandonnées, il n’y a plus d’habitants.

Segond 21

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des archers, toute la ville est en fuite. On se réfugie dans les buissons, on monte sur les rochers. Toute la ville est abandonnée, il n’y a plus d’habitants.

Les autres versions

Bible du Semeur

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des archers,
toute la ville prend la fuite.
On se réfugie dans les bois,
on escalade les rochers.
La ville est tout abandonnée,
et n’a plus d’habitants.

Traduction œcuménique de la Bible

Jérémie 4.29  Au bruit de la cavalerie et des archers,
toute ville prend la fuite.
On pénètre dans les taillis,
on monte sur les rochers.
Toutes les villes sont abandonnées,
plus personne n’y habite.

Bible de Jérusalem

Jérémie 4.29  Devant la clameur du cavalier et de l’archer, toute la ville est en fuite : on s’enfonce dans les taillis, on escalade les rochers ; toute ville est abandonnée, plus personne n’y habite.

Bible Annotée

Jérémie 4.29  À la voix du cavalier et de l’archer, toute ville est en fuite ; on entre dans les forêts ; on monte sur les rochers ; toute ville est abandonnée ; il n’y reste personne.

John Nelson Darby

Jérémie 4.29  Devant le bruit des cavaliers et des tireurs d’arc toute ville fuit : ils entrent dans les fourrés et montent sur les rochers ; toute ville est abandonnée, et aucun homme n’y habite.

David Martin

Jérémie 4.29  Toute ville s’enfuit à cause du bruit des gens de cheval, et de ceux qui tirent de l’arc ; ils sont entrés dans les bois épais, et sont montés sur les rochers ; toute ville est abandonnée et personne n’y habite.

Osterwald

Jérémie 4.29  Au bruit des cavaliers et des tireurs d’arc toutes les villes prennent la fuite ; ils entrent dans les bois, montent sur les rochers ; toutes les villes sont abandonnées, il n’y reste plus d’habitants.

Auguste Crampon

Jérémie 4.29  À la voix du cavalier et de l’archer, toute la ville est en fuite ; on entre dans les bois, on monte sur les rochers ; toutes les villes sont abandonnées, il n’y a plus d’habitant.

Lemaistre de Sacy

Jérémie 4.29  Toute la ville fuit déjà au bruit de la cavalerie, et de ceux qui lancent des flèches. Ils se retirent aux lieux les plus hauts, et ils montent sur les pointes des rochers ; toutes les villes sont abandonnées, et il n’y a plus d’hommes pour les habiter.

André Chouraqui

Jérémie 4.29  À la voix du cavalier, du tireur d’arc, elle s’enfuit, toute la ville. Ils viennent dans les taillis ; dans les antres, ils montent. Toute la ville est abandonnée ; plus un homme n’y habite.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Jérémie 4.29  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Jérémie 4.29  מִקֹּ֨ול פָּרָ֜שׁ וְרֹ֣מֵה קֶ֗שֶׁת בֹּרַ֨חַת֙ כָּל־הָעִ֔יר בָּ֚אוּ בֶּעָבִ֔ים וּבַכֵּפִ֖ים עָל֑וּ כָּל־הָעִ֣יר עֲזוּבָ֔ה וְאֵין־יֹושֵׁ֥ב בָּהֵ֖ן אִֽישׁ׃

Versions étrangères

New Living Translation

Jérémie 4.29  At the noise of marching armies, the people flee in terror from the cities. They hide in the bushes and run for the mountains. All the cities have been abandoned— not a person remains!