×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esaïe 9.18

Esaïe 9.18 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esaïe 9.18  (9.17) Car la méchanceté consume comme un feu, Qui dévore ronces et épines ; Il embrase l’épaisseur de la forêt, D’où s’élèvent des colonnes de fumée.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esaïe 9.18  Par la colère de l’Éternel des armées le pays est embrasé, Et le peuple est comme la proie du feu ; Nul n’épargne son frère.

Segond 21

Esaïe 9.18  C’est à cause de la colère de l’Éternel, le maître de l’univers, que le pays est embrasé, et le peuple alimente lui-même ce feu : personne n’épargne son frère ;

Les autres versions

King James en Français

Esaïe 9.18  Car la perversité brûle comme un feu, elle dévorera les ronces et les épines, et embrasera les taillis de la forêt, et ils monteront comme la fumée qui s’élève.

Bible Annotée

Esaïe 9.18  Par le courroux de l’Éternel des armées, le pays est embrasé ; le peuple est devenu la proie des flammes ; nul n’aura pitié de son frère.

John Nelson Darby

Esaïe 9.18  Car la méchanceté brûle comme un feu, elle dévore les ronces et les épines, et embrase les épaisseurs de la forêt, et roule et s’élève en colonne de fumée.

David Martin

Esaïe 9.18  La terre sera obscurcie à cause de la fureur de l’Éternel des armées, et le peuple sera comme la pâture du feu ; l’un n’aura point compassion de l’autre.

Ostervald

Esaïe 9.18  La colère de l’Éternel des armées embrase le pays, et le peuple devient la proie du feu ; nul n’épargne son frère.

Lausanne

Esaïe 9.18  Par la fureur de l’Éternel des armées la terre est calcinée, et le peuple est comme la pâture du feu ; l’un n’épargnera pas l’autre :

Vigouroux

Esaïe 9.18  Par la colère du Seigneur des armées le pays a été épouvanté (bouleversé), et le peuple sera comme la pâture du feu ; le frère n’épargnera pas son frère.[9.18 L’homme, etc. Le prophète Michée qui vivait du temps d’Isaïe se sert d’une expression semblable pour peindre la dernière désolation de Juda (voir Michée, 7, vv. 2, 6). On sait d’ailleurs que la ruine du royaume de Samarie fut précédée de guerres et de divisions intestines (voir 4 Rois, chapitre 15).]

Auguste Crampon

Esaïe 9.18  Par le courroux de Yahweh des armées, le pays est embrasé, et le peuple est devenu la proie des flammes. Nul n’épargne son frère.

Lemaistre de Sacy

Esaïe 9.18  Car l’impiété s’est allumée comme un feu ; elle dévorera les ronces et les épines : elle s’embrasera comme dans l’épaisseur d’une forêt, et elle poussera en haut des tourbillons de fumée.

Zadoc Kahn

Esaïe 9.18  Car la méchanceté brûle comme le feu, qui dévore ronces et épines, embrase les taillis de la forêt, d’où s’élèvent des tourbillons de fumée.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esaïe 9.18  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esaïe 9.18  (9.19) בְּעֶבְרַ֛ת יְהוָ֥ה צְבָאֹ֖ות נֶעְתַּ֣ם אָ֑רֶץ וַיְהִ֤י הָעָם֙ כְּמַאֲכֹ֣לֶת אֵ֔שׁ אִ֥ישׁ אֶל־אָחִ֖יו לֹ֥א יַחְמֹֽלוּ׃

La Vulgate

Esaïe 9.18  in ira Domini exercituum conturbata est terra et erit populus quasi esca ignis vir fratri suo non parcet

La Septante

Esaïe 9.18  διὰ θυμὸν ὀργῆς κυρίου συγκέκαυται ἡ γῆ ὅλη καὶ ἔσται ὁ λαὸς ὡς ὑπὸ πυρὸς κατακεκαυμένος ἄνθρωπος τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ οὐκ ἐλεήσει.