×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esaïe 4.1

Esaïe 4.1 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esaïe 4.1  Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, Et nous nous vêtirons de nos habits ; Fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre !

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esaïe 4.1  Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, Et nous nous vêtirons de nos habits ; Fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre ! Purification et gloire d’Israël

Segond 21

Esaïe 4.1  Ce jour-là, sept femmes s’empareront d’un seul homme en disant : « Nous mangerons notre propre pain et nous mettrons nos propres habits, mais fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre déshonneur ! »

Les autres versions

Bible Annotée

Esaïe 4.1  En ce jour sept femmes saisiront un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; seulement que nous portions ton nom ; ôte notre opprobre !

John Nelson Darby

Esaïe 4.1  Et sept femmes saisiront un seul homme en ce jour-là, disant : Nous mangerons notre propre pain, et nous nous vêtirons de nos propres vêtements, seulement que nous soyons appelées de ton nom ; ôte notre opprobre.

David Martin

Esaïe 4.1  Et en ce temps-là sept femmes prendront un homme seul, en disant ; nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; seulement que ton nom soit réclamé sur nous ; ôte notre opprobre.

Ostervald

Esaïe 4.1  En ce jour-là, sept femmes saisiront un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos vêtements ; seulement que nous portions ton nom ; fais cesser notre opprobre !

Lausanne

Esaïe 4.1  Et sept femmes, en ce jour-là, saisiront un même homme, en [lui] disant : Laisse-nous manger notre pain et nous vêtir de nos habits ; seulement que nous soyons appelées de ton nom : ôte notre opprobre.

Vigouroux

Esaïe 4.1  Et sept femmes saisiront un même homme en ce jour-là, et elles lui diront : Nous mangerons notre pain, et nous nous couvrirons de vêtements (à nos frais) ; (agrée(z)) seulement que nous portions ton (votre) nom, enlève (enlevez) notre opprobre.[4.1 Sept ; c’est-à-dire plusieurs. Les Hébreux mettaient quelquefois ce mot pour un nombre indéterminé. ― Que votre nom, etc. ; ou bien, que nous portions votre nom. Le texte hébreu, comme nous l’avons déjà remarqué, est susceptible de ces deux sens. ― Enlevez notre opprobre de n’avoir pas d’enfants. Voir Genèse, 30, 23. La misère et la désolation sont telles que les hommes ne peuvent pas trouver un chef, voir Isaïe, 3, 6-7, et les femmes ne peuvent pas trouver de mari, même aux conditions les plus dures.]

Auguste Crampon

Esaïe 4.1  Sept femmes saisiront un seul homme en ce jour, et diront : « Nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; permets seulement que nous portions ton nom ; ôte notre opprobre. »

Lemaistre de Sacy

Esaïe 4.1  En ce temps-là sept femmes prendront un homme, et elles lui diront : Nous nous nourrirons nous-mêmes, et nous nous entretiendrons nous-mêmes d’habits : agréez seulement que nous portions votre nom, et délivrez-nous de l’opprobre où nous sommes .

Zadoc Kahn

Esaïe 4.1  En ce jour, sept femmes s’attacheront à un seul homme et lui diront : “ Nous voulons subvenir nous-mêmes à notre nourriture et pourvoir à nos vêtements, donne-nous seulement ton nom, mets fin à notre déshonneur. ”

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esaïe 4.1  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esaïe 4.1  וְהֶחֱזִיקוּ֩ שֶׁ֨בַע נָשִׁ֜ים בְּאִ֣ישׁ אֶחָ֗ד בַּיֹּ֤ום הַהוּא֙ לֵאמֹ֔ר לַחְמֵ֣נוּ נֹאכֵ֔ל וְשִׂמְלָתֵ֖נוּ נִלְבָּ֑שׁ רַ֗ק יִקָּרֵ֤א שִׁמְךָ֙ עָלֵ֔ינוּ אֱסֹ֖ף חֶרְפָּתֵֽנוּ׃ ס

La Vulgate

Esaïe 4.1  et adprehendent septem mulieres virum unum in die illa dicentes panem nostrum comedemus et vestimentis nostris operiemur tantummodo vocetur nomen tuum super nos aufer obprobrium nostrum