×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esaïe 38.10

Esaïe 38.10 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esaïe 38.10  Je disais : Quand mes jours sont en repos, je dois m’en aller Aux portes du séjour des morts. Je suis privé du reste de mes années !

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esaïe 38.10  Je disais : Quand mes jours sont en repos, je dois m’en aller Aux portes du séjour des morts. Je suis privé du reste de mes années !

Segond 21

Esaïe 38.10  « Je disais : ‹ Au beau milieu de mon existence, je dois passer par les portes du séjour des morts. Je suis privé du reste de mes années ! ›

Les autres versions

Bible Annotée

Esaïe 38.10  Je disais : Ainsi dans la paix de mes jours je vais descendre aux portes du sépulcre ; je suis privé du reste de mes années !

John Nelson Darby

Esaïe 38.10  Moi, je disais : Au méridien de mes jours j’irai dans les portes du shéol ; je suis privé du reste de mes années.

David Martin

Esaïe 38.10  J’avais dit dans le retranchement de mes jours ; je m’en irai aux portes du sépulcre, je suis privé de ce qui restait de mes années.

Ostervald

Esaïe 38.10  Je disais : Quand mes jours sont tranquilles, je m’en vais aux portes du Sépulcre : je suis privé du reste de mes années !

Lausanne

Esaïe 38.10  Moi, je disais : Dans le calme de mes jours, je dois aller dans les portes du séjour des morts ; je suis privé du reste de mes ans.

Vigouroux

Esaïe 38.10  J’ai dit : Au milieu de mes jours, j’irai aux portes du tombeau (de l’enfer). Je cherche en vain (J’ai cherché) le reste de mes années.[38.10-20 Elégie empreinte d’une profonde mélancolie, d’une grande beauté littéraire. Elle est divisée en quatre strophes : versets 10 à 12 ; 13 et 14 ; 15 à 17 ; 18 à 20. Les deux premières dépeignent le triste état du malade avant la promesse de sa guérison ; les deux dernières expriment la confiance que Dieu le rétablira et il s’engage à être reconnaissant envers lui : c’est son action de grâces.] [38.10 Au milieu de mes jours, etc. Les Hébreux regardaient comme une espèce de malédiction et de punition de Dieu de mourir au milieu de leur carrière, et avant d’avoir achevé les jours d’une vie ordinaire. Comparer à Psaumes, 54, 23 ; 101, 24 ; Jérémie, 17, 11. ― Aux portes de l’enfer, hébreu : scheôl, séjour des justes comme des pécheurs après la mort, avant la venue de Jésus-Christ.]

Auguste Crampon

Esaïe 38.10  Je disais : Dans la paix de mes jours je m’en vais aux portes du schéol ; je suis privé du reste de mes ans !

Lemaistre de Sacy

Esaïe 38.10  J’ai dit : Lorsque je ne suis encore qu’à la moitié de ma vie, je m’en vais aux portes du tombeau : je cherche en vain le reste de mes années.

Zadoc Kahn

Esaïe 38.10  Moi, je disais : par suite de la ruine de mes jours, je vais franchir les portes du Cheol je suis frustré du surplus de mes ans.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esaïe 38.10  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esaïe 38.10  אֲנִ֣י אָמַ֗רְתִּי בִּדְמִ֥י יָמַ֛י אֵלֵ֖כָה בְּשַׁעֲרֵ֣י שְׁאֹ֑ול פֻּקַּ֖דְתִּי יֶ֥תֶר שְׁנֹותָֽי׃

La Vulgate

Esaïe 38.10  ego dixi in dimidio dierum meorum vadam ad portas inferi quaesivi residuum annorum meorum