×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esaïe 14.31

Esaïe 14.31 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esaïe 14.31  Porte, gémis ! Ville, lamente-toi ! Tremble, pays tout entier des Philistins ! Car du nord vient une fumée, Et les rangs de l’ennemi sont serrés. —

Segond dite « à la Colombe »

Esaïe 14.31  Porte, lamente-toi !
Ville, pousse des cris !
Défaille, Philistie tout entière.
Car du nord vient une fumée,
Et nul ne s’écarte des rangs (de l’ennemi).

Nouvelle Bible Segond

Esaïe 14.31  Hurle, ô porte ! Pousse des cris, ville ! Défaille, Philistie tout entière ! Car du nord vient une fumée, et personne ne s’écarte des rangs.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esaïe 14.31  Porte, gémis ! Ville, lamente-toi ! Tremble, pays tout entier des Philistins ! Car du nord vient une fumée, Et les rangs de l’ennemi sont serrés.

Segond 21

Esaïe 14.31  Porte, pousse des gémissements ! Ville, lamente-toi ! Tremble, Philistie tout entière, car une fumée arrive du nord : c’est une troupe aux rangs serrés.

Les autres versions

Bible du Semeur

Esaïe 14.31  Lamente-toi, ô porte,
pousse des cris, ô ville !
Toute la Philistie s’effondre
car du septentrion arrive une fumée
et, dans leurs bataillons, aucun ne se débande.

Traduction œcuménique de la Bible

Esaïe 14.31  Porte, lamente-toi, ville, pousse des cris !
La Philistie tout entière s’effondre :
car une fumée s’avance du nord,
personne ne fait bande à part dans leurs formations.

Bible de Jérusalem

Esaïe 14.31  Hurle, porte ! Crie, ville ! Chancelle, Philistie tout entière ! Car du nord vient une fumée, et personne ne déserte ses bataillons.

Bible Annotée

Esaïe 14.31  Hurle, ô porte ! Crie, ô ville ! Pâme-toi, toute la Philistie ! Car du septentrion vient une fumée, et nul ne se débande dans ses bataillons !

John Nelson Darby

Esaïe 14.31  Hurle, porte ! Ville, pousse des cris ! Sois dissoute, Philistie tout entière ! car ma fumée vient du nord, et nul ne reste à l’écart dans ses rassemblements de troupes.

David Martin

Esaïe 14.31  Toi porte, hurle ; toi ville, crie ; toi tout le pays des Philistins, sois [comme] une chose qui s’écoule ; car une fumée viendra de l’Aquilon, et il ne restera pas un seul homme dans ses habitations.

Osterwald

Esaïe 14.31  Porte, gémis ! Ville, lamente-toi ! Terre des Philistins, sois toute dans l’épouvante ! Car du nord vient une fumée, une troupe où nul combattant ne quitte son rang.

Auguste Crampon

Esaïe 14.31  Hurle, ô porte ! Pousse des cris, ô ville ! Pâme-toi de frayeur, Philistie tout entière ! Car du septentrion vient une fumée, et nul ne se débande dans ses bataillons.

Lemaistre de Sacy

Esaïe 14.31  Porte, fais entendre tes hurlements ; ville, fais retentir tes cris : toute la Palestine est renversée : car les bataillons viennent de l’Aquilon comme un tourbillon de fumée, et nul ne pourra se sauver de leurs mains.

André Chouraqui

Esaïe 14.31  Geins, porte ! Hurle, ville ! Fonds tout entière, Pelèshèt ! Oui, du Septentrion vient la fumée ; nul n’est seul à ses rendez-vous.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esaïe 14.31  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esaïe 14.31  הֵילִ֤ילִֽי שַׁ֨עַר֙ זַֽעֲקִי־עִ֔יר נָמֹ֖וג פְּלֶ֣שֶׁת כֻּלֵּ֑ךְ כִּ֤י מִצָּפֹון֙ עָשָׁ֣ן בָּ֔א וְאֵ֥ין בֹּודֵ֖ד בְּמֹועָדָֽיו׃