Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Ecclésiaste 8.16

Ecclésiaste 8.16 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC J’ai appliqué mon cœur pour connaître la sagesse, et pour remarquer cette dissipation de l’esprit des hommes qui sont sur la terre. Tel se trouve parmi eux, qui ne dort et ne repose ni jour ni nuit.
MARAprès avoir appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à regarder les occupations qu’il y a sur la terre, (car même ni jour, ni nuit, [l’homme] ne donne point de repos à ses yeux.)
OSTLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à considérer les affaires qui se font sur la terre (car l’homme ne donne, ni jour ni nuit, de repos à ses yeux),
CAHComme j’ai livré mon cœur pour connaître la sagesse et voir l’état de ce qui se fait sur la terre, que ni jour ni nuit il (l’homme) ne goûte pas le sommeil dans ses yeux,
LAMCe verset n’existe pas dans cette traduction !
PGRLorsque je pris à cœur de connaître la sagesse, et de considérer les affaires dont on s’occupe sur la terre, (car ni jour ni nuit on ne laisse ses yeux sentir le sommeil)
LAULorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à regarder les affaires qui se font sur la terre (car ni jour ni nuit [l’homme] ne voit de ses yeux le sommeil) :
OLTCe verset n’existe pas dans cette traduction !
DBYLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à regarder les choses qui se font sur la terre (car il y a tel homme qui, ni jour ni nuit, ne voit le sommeil de ses yeux),
STACe verset n’existe pas dans cette traduction !
BANLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à me livrer à l’occupation à laquelle on se fatigue sur la terre, car ni jour ni nuit l’homme ne jouit du sommeil,
ZAKLorsque je me suis appliqué à connaître la sagesse et à envisager la besogne qui s’accomplit sur la terre, [j’ai vu] que tant le jour que la nuit le sommeil fuit ses yeux.
VIGJ’ai aussi appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à considérer les occupations (la tension d’esprit) qui ont lieu (règne) sur la terre. Il est des hommes dont les yeux ne goûtent le sommeil ni jour ni nuit.[8.16 La 4e et dernière section du livre de l’Ecclésiaste commence ici au verset et elle s’étend jusqu’au chapitre 12, verset 7. Elle donne le résumé des recherches et des expériences des trois sections précédentes et la conclusion finale. Il est impossible à la sagesse humaine d’approfondir l’œuvre de Dieu, voir Ecclésiaste, 8, 16-17 ; les bons, comme les méchants, sont soumis à la Providence dont la volonté est inscrutable, voir Ecclésiaste, 9, 1-2 ; ils doivent mourir et être oubliés, voir Ecclésiaste, 9, 3-6 ; nous devons donc jouir de la vie en attendant la mort, voir Ecclésiaste, 9, 7-10 ; le succès ne récompense pas toujours les efforts de l’habile et du sage, voir Ecclésiaste, 9, 11-12 ; la sagesse, quoique avantageuse en bien des cas, est souvent un objet de mépris pour la folie, voir Ecclésiaste, du chapitre 9, verset 13 au chapitre 10, verset 3. Nous devons être patients et obéir à ceux qui gouvernent, même quand ils sont injustes, parce que la résistance ne ferait qu’accroître nos maux, voir Ecclésiaste, 10, 4-11 ; la prudence dans les choses de la vie vaut mieux que la folie, voir Ecclésiaste, 10, 12-26. Il faut être charitable, dussions-nous faire des ingrats, car ceux à qui nous faisons du bien peuvent après tout nous en être reconnaissants, voir Ecclésiaste, 11, 1-2. Nous devons toujours travailler, puisque nous ignorons lesquels de nos efforts seront couronnés de succès, et rendre par ce travail la vie agréable, voir Ecclésiaste, 11, 3-8. Néanmoins, comme tout cela ne satisfait point l’âme, l’Ecclésiaste conclut en définitive que la pensée du jugement dernier doit être la règne de notre vie, voir Ecclésiaste, 11, 9-10, et que nous devons vivre depuis notre jeunesse jusqu’à la vieillesse dans la crainte de Dieu et du jugement final, dans lequel tout sera expliqué, voir Ecclésiaste, 12, 1-7.]
FILJ’ai aussi appliqué mon coeur à connaître la sagesse, et à considérer les occupations qui ont lieu sur la terre. Il est des hommes dont les yeux ne goûtent le sommeil ni jour ni nuit.
LSGLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à considérer les choses qui se passent sur la terre, — car les yeux de l’homme ne goûtent le sommeil ni jour ni nuit,
SYNCe verset n’existe pas dans cette traduction !
CRALorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à considérer la tâche qui s’accomplit sur la terre, — car ni le jour ni la nuit l’homme ne voit de ses yeux le sommeil, —
BPCLorsque je me suis appliqué à connaître la sagesse et à considérer le travail qui se fait sur terre, car, ni le jour ni la nuit, ses yeux ne voient le sommeil,
JERAprès avoir mis tout mon cœur à connaître la sagesse et à observer la tâche qu’on exerce sur la terre — car ni jour ni nuit on ne voit de ses yeux le repos —
TRICe verset n’existe pas dans cette traduction !
NEGLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à considérer les choses qui se passent sur la terre – car les yeux de l’homme ne goûtent le sommeil ni jour ni nuit –
CHUQuand j’ai donné mon cœur à pénétrer la sagesse, à voir l’intérêt de ce qui se fait sur terre, que de jour et de nuit aussi, il ne voit pas de sommeil sur ses yeux,
JDCCe verset n’existe pas dans cette traduction !
TRECe verset n’existe pas dans cette traduction !
BDPComme je m’appliquais à connaître et que j’observais toutes les activités auxquelles on se livre sur la terre, j’ai vu que l’œil humain n’a de repos ni de jour ni de nuit.
S21Lorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à examiner les activités qui se déroulent sur la terre – en effet, les yeux de l’homme ne goûtent le sommeil ni le jour ni la nuit –
KJFLorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à considérer les affaires qui se font sur la terre (car l’homme ne donne, ni jour ni nuit, de repos à ses yeux),
LXXἐν οἷς ἔδωκα τὴν καρδίαν μου τοῦ γνῶναι σοφίαν καὶ τοῦ ἰδεῖν τὸν περισπασμὸν τὸν πεποιημένον ἐπὶ τῆς γῆς ὅτι καί γε ἐν ἡμέρᾳ καὶ ἐν νυκτὶ ὕπνον ἐν ὀφθαλμοῖς αὐτοῦ οὐκ ἔστιν βλέπων.
VULet adposui cor meum ut scirem sapientiam et intellegerem distentionem quae versatur in terra est homo qui diebus ac noctibus somnum oculis non capit
BHSכַּאֲשֶׁ֨ר נָתַ֤תִּי אֶת־לִבִּי֙ לָדַ֣עַת חָכְמָ֔ה וְלִרְאֹות֙ אֶת־הָ֣עִנְיָ֔ן אֲשֶׁ֥ר נַעֲשָׂ֖ה עַל־הָאָ֑רֶץ כִּ֣י גַ֤ם בַּיֹּום֙ וּבַלַּ֔יְלָה שֵׁנָ֕ה בְּעֵינָ֖יו אֵינֶ֥נּוּ רֹאֶֽה׃
SBLGNTCe verset n’existe pas dans cette traduction !