×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Ecclésiaste 3.19

Ecclésiaste 3.19 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Ecclésiaste 3.19  Car le sort des fils de l’homme et celui de la bête sont pour eux un même sort ; comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle ; car tout est vanité.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Ecclésiaste 3.19  Car le sort des fils de l’homme et celui de la bête est pour eux un même sort ; comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle ; car tout est vanité.

Segond 21

Ecclésiaste 3.19  En effet, le sort de l’homme et celui de la bête sont identiques : ils meurent tous les deux, ils ont tous un même souffle et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle, puisque tout n’est que fumée.

Les autres versions

Bible Annotée

Ecclésiaste 3.19  Car le sort des fils des hommes et le sort de la bête est un même sort. Comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre. Tous ont un même souffle, et l’avantage de l’homme sur la bête est nul. Car tout est vanité.

John Nelson Darby

Ecclésiaste 3.19  Car ce qui arrive aux fils des hommes et aussi ce qui arrive aux bêtes ; il y a pour tous un même sort : comme celle-ci meurt, ainsi meurt celui-là ; et ils ont tous un même souffle, et l’homme n’a point d’avantage sur la bête, car tout est vanité.

David Martin

Ecclésiaste 3.19  Car l’accident qui arrive aux hommes, et l’accident qui arrive aux bêtes est un même accident : telle qu’est la mort de l’un, telle est la mort de l’autre ; et ils ont tous un même souffle, et l’homme n’a point d’avantage sur la bête ; car tout est vanité.

Ostervald

Ecclésiaste 3.19  Car l’accident qui arrive aux hommes, et l’accident qui arrive aux bêtes, est un même accident ; telle qu’est la mort de l’un, telle est la mort de l’autre ; ils ont tous un même souffle, et l’homme n’a nul avantage sur la bête ; car tout est vanité.

Lausanne

Ecclésiaste 3.19  Car tel l’accident des fils des hommes et tel l’accident de la bête, et il n’y a pour eux qu’un [même] accident. Comme meurt celle-ci, ainsi meurt celui-là ; et il n’y a qu’un [même] esprit pour tous ; et il n’y a point de supériorité de l’homme sur la bête, car tout est vanité.

Vigouroux

Ecclésiaste 3.19  C’est pourquoi les hommes meurent comme les bêtes, et ils ont les uns et les autres un même sort. Comme l’homme meurt, ainsi meurent les bêtes. Ils (Elles) respirent tou(te)s de la même manière, et l’homme n’a rien de plus que la bête ; tout(es choses sont) est soumis(es) à la vanité,

Auguste Crampon

Ecclésiaste 3.19  Car le sort des enfants des hommes est le sort de la bête : ils ont un même sort ; comme l’un meurt, l’autre meurt aussi, il n’y a qu’un même souffle pour tous ; l’avantage de l’homme sur la bête est nul, car tout est vanité.

Lemaistre de Sacy

Ecclésiaste 3.19  C’est pourquoi les hommes meurent comme les bêtes, et leur sort est égal. Comme l’homme meurt, les bêtes meurent aussi. Les uns et les autres respirent de même, et l’homme n’a rien de plus que la bête : tout est soumis à la vanité ;

Zadoc Kahn

Ecclésiaste 3.19  Car telle la destinée des fils d’Adam, telle la destinée des animaux ; leur condition est la même, la mort des uns est comme la mort des autres ; un même souffle les anime : la supériorité de l’homme sur l’animal est nulle, car tout est vanité.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Ecclésiaste 3.19  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Ecclésiaste 3.19  כִּי֩ מִקְרֶ֨ה בְֽנֵי־הָאָדָ֜ם וּמִקְרֶ֣ה הַבְּהֵמָ֗ה וּמִקְרֶ֤ה אֶחָד֙ לָהֶ֔ם כְּמֹ֥ות זֶה֙ כֵּ֣ן מֹ֣ות זֶ֔ה וְר֥וּחַ אֶחָ֖ד לַכֹּ֑ל וּמֹותַ֨ר הָאָדָ֤ם מִן־הַבְּהֵמָה֙ אָ֔יִן כִּ֥י הַכֹּ֖ל הָֽבֶל׃

La Vulgate

Ecclésiaste 3.19  idcirco unus interitus est hominis et iumentorum et aequa utriusque condicio sicut moritur homo sic et illa moriuntur similiter spirant omnia et nihil habet homo iumento amplius cuncta subiacent vanitati