×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Proverbes 1.7

Proverbes 1.7 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC La crainte du Seigneur est le principe de la sagesse : les insensés méprisent la sagesse et la doctrine.
MARLa crainte de l’Éternel est la principale science ; [mais] les fous méprisent la sagesse et l’instruction.
OSTLa crainte de l’Éternel est le principal point de la science ; mais les fous méprisent la sagesse et l’instruction.
CAHLa crainte de Iehovah est le commencement du savoir ; les insensés méprisent la sagesse et la discipline.
LAMCe verset n’existe pas dans cette traduction !
PGRLa crainte de l’Éternel est le principe de la connaissance, les insensés méprisent la sagesse et la discipline.
LAULa crainte de l’Éternel est le commencement de la science ; les fous méprisent la sagesse et la discipline.
OLTCe verset n’existe pas dans cette traduction !
DBYLa crainte de l’Éternel est le commencement de la connaissance ; les fous méprisent la sagesse et l’instruction.
STACe verset n’existe pas dans cette traduction !
BANLa crainte de l’Éternel est le principe de toute connaissance, Les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.
ZAKLa crainte de l’Éternel est le principe de la connaissance ; sagesse et morale excitent le dédain des sots.
VIGLa crainte du Seigneur est le principe de la sagesse. Les insensés méprisent la sagesse et la doctrine.[1.7 et suivants. La première partie des Proverbes de Salomon va du chapitre 1, verset 7 au chapitre 9. Elle diffère des deux autres parties de la collection en ce qu’elle ne se compose pas seulement de pensées détachées, roulant sur des objets divers : le sujet est unique ; l’auteur fait l’éloge de la sagesse et exhorte les jeunes gens à travailler à l’acquérir. On peut considérer, à certains égards, cette première partie comme une introduction aux proverbes proprement dits, destinés à en faire sentir l’utilité et l’importance. La connexion entre les divers chapitres n’est pas d’ailleurs très rigoureuse. Plusieurs, chapitres 2 ; 5 ; 7 ; 8 ; 9, forment un tout régulier ; quelquefois, il n’y a de véritable suite que pendant quelques versets : voir Proverbes, 3, 1-10, 13-26 ; 4, 14-19 ; 6, vv. 1-5, 6-11, d’où la difficulté de marquer les subdivisions de cette première section avec certitude. On peut y distinguer, néanmoins, trois parties différant par le contenu, du chapitre 1, verset 8 au chapitre 3 ; du chapitre 4 au chapitre 6, verset 19 ; du chapitre 6, verset 20 au chapitre 9. Le style des Proverbes est en général le style poétique le plus simple : mais il n’est pas partout le même. C’est surtout entre le premier et le second recueil que la différence de composition est sensible. Dans les chapitres 1 à 9, malgré un peu de diffusion, quelques répétitions et l’absence, en certains endroits, d’un développement régulier, le langage est plus noble, le ton plus élevé ; ils abondent en images vivantes et en prosopopées hardies ; les deux derniers chapitres, le 8 et le 9, comptent parmi les pages les plus sublimes de la Bible. Quant à la forme proprement dite, la structure des morceaux est peu régulière. Une pensée est quelquefois développée en deux ou trois versets, voir Proverbes, 1, 8-9 ; 3, 11-12 ; 6, vv. 1-5, 12-15, 16-19 ; d’autres fois elle embrasse une longue suite de versets ou même un chapitre tout entier, voir Proverbes, 2, 1-22 ; 5, 1-20 ; 6, 20-35 ; 7 ; 8 ; 9.] [1.7 Voir Psaumes, 110, 10 ; Ecclésiastique, 1, 16. ― Les insensés (stulli) ; sous ce nom, l’Ecriture désigne assez souvent les méchants, les impies. ― La crainte du Seigneur est le principe de la sagesse. « :Dans cette parole d’or, dit Umbreit, la philosophie de l’Orient se sépare nettement de l’Occident. Le sage [juif] parvient par la religion à la sagesse, tandis que le sage de l’Occident cherche à arriver par la sagesse à la religion. On peut expliquer ainsi ces paroles : L’homme religieux peut seul devenir véritablement sage. »]
FILLa crainte du Seigneur est le principe de la sagesse. Les insensés méprisent la sagesse et la doctrine.
LSGLa crainte de l’Éternel est le commencement de la science ; Les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.
SYNCe verset n’existe pas dans cette traduction !
CRALa crainte de Yahweh est le commencement de la sagesse ; les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.

BPCLa crainte de Yahweh est le commencement de la sagesse, - les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.
TRICe verset n’existe pas dans cette traduction !
NEGLa crainte de l’Éternel est le commencement de la science ; Les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.
CHUEn-tête de la pénétration, le frémissement de IHVH-Adonaï. Les déments méprisent la sagesse, la discipline.
JDCCe verset n’existe pas dans cette traduction !
TRECe verset n’existe pas dans cette traduction !
BDPLe début du savoir, c’est la crainte de Yahvé; seuls les sots méprisent sagesse et discipline.
S21La connaissance commence par la crainte de l’Éternel. Il faut être fou pour mépriser la sagesse et l’instruction.
KJFLa crainte du SEIGNEUR est le commencement de la connaissance; mais les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.
LXXἀρχὴ σοφίας φόβος θεοῦ σύνεσις δὲ ἀγαθὴ πᾶσι τοῖς ποιοῦσιν αὐτήν εὐσέβεια δὲ εἰς θεὸν ἀρχὴ αἰσθήσεως σοφίαν δὲ καὶ παιδείαν ἀσεβεῖς ἐξουθενήσουσιν.
VULtimor Domini principium scientiae sapientiam atque doctrinam stulti despiciunt
BHSיִרְאַ֣ת יְ֭הוָה רֵאשִׁ֣ית דָּ֑עַת חָכְמָ֥ה וּ֝מוּסָ֗ר אֱוִילִ֥ים בָּֽזוּ׃ פ
SBLGNTCe verset n’existe pas dans cette traduction !