×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Psaumes 18.16

Psaumes 18.16 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Psaumes 18.16  (18.17) Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux ;

Segond dite « à la Colombe »

Psaumes 18.16  Le lit des eaux apparut,
Les fondements du monde furent découverts,
Par ta menace, ô Éternel !
Par le souffle du vent de tes narines.

Nouvelle Bible Segond

Psaumes 18.16  (18:17) D’en haut il tend la main, il me saisit, il me retire des grandes eaux ;

Segond Nouvelle Édition de Genève

Psaumes 18.16  Le lit des eaux apparut, Les fondements du monde furent découverts, Par ta menace, ô Éternel ! Par le bruit du souffle de tes narines.

Segond 21

Psaumes 18.16  Le fond des océans est apparu, les fondements du monde ont été découverts à ta menace, Éternel, au souffle de tes narines.

Les autres versions

Bible du Semeur

Psaumes 18.16  À ta menace, ô Éternel,
et au souffle de ta colère,
le fond des océans paraît,
les fondements du monde sont mis à nu.

Traduction œcuménique de la Bible

Psaumes 18.16  Le lit des eaux apparut
et les fondations du monde furent dévoilées,
par ton grondement, Seigneur,
par le souffle exhalé de ton nez.

Bible de Jérusalem

Psaumes 18.16  Et le lit de la mer apparut, les assises du monde se découvrirent, au grondement de ta menace, Yahvé, au vent du souffle de tes narines.

Bible Annotée

Psaumes 18.16  Alors le fond des eaux apparut, Les fondements du monde furent mis à nu, À ta menace, ô Éternel, Au souffle du vent de ta colère.

John Nelson Darby

Psaumes 18.16  D’en haut il étendit sa main, il me prit, il me tira des grandes eaux ;

David Martin

Psaumes 18.16  Il étendit [la main] d’en haut, il m’enleva, et me tira des grosses eaux.

Osterwald

Psaumes 18.16  Alors le fond des eaux apparut, et les fondements du monde furent mis à découvert, au bruit de ta menace, ô Éternel, au souffle du vent de ta colère.

Auguste Crampon

Psaumes 18.16  Alors le lit des eaux apparut, les fondements de la terre furent mis à nu, à ta menace, Yahweh, au souffle du vent de tes narines.

Lemaistre de Sacy

Psaumes 18.16  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

André Chouraqui

Psaumes 18.16  Les ruisseaux d’eaux se voient et découvrent les fondements du monde, parce que tu les refoules, IHVH-Adonaï, par l’haleine du souffle de ta narine.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Psaumes 18.16  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Psaumes 18.16  (18.15) וַיֵּ֤רָא֨וּ׀ אֲפִ֥יקֵי מַ֗יִם וַֽיִּגָּלוּ֮ מֹוסְדֹ֪ות תֵּ֫בֵ֥ל מִגַּעֲרָ֣תְךָ֣ יְהוָ֑ה מִ֝נִּשְׁמַ֗ת ר֣וּחַ אַפֶּֽךָ׃

Versions étrangères

New Living Translation

Psaumes 18.16  He reached down from heaven and rescued me; he drew me out of deep waters.