Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esther 2.15

Esther 2.15 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC Après donc qu’il se fut passé du temps, le jour vint auquel Esther, fille d’Abihaïl, frère de Mardochée, et que Mardochée avait adoptée pour sa fille, devait être présentée au roi en son rang. Elle ne demanda rien pour se parer ; mais Egée, eunuque, qui avait le soin de ces filles, lui donna pour cela tout ce qu’il voulut. Car elle était parfaitement bien faite, et son incroyable beauté la rendait aimable et agréable à tous ceux qui la voyaient.
MARQuand donc le tour d’Esther fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée, laquelle [Mardochée] avait prise pour sa fille, fut venu pour entrer chez le Roi ; elle ne demanda rien sinon ce que dirait Hégaï Eunuque du Roi, gardien des femmes ; et Esther gagnait la bonne grâce de tous ceux qui la voyaient.
OSTQuand donc le tour d’Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée, qui l’avait prise pour sa fille, fut venu d’entrer vers le roi, elle ne demanda rien, sinon ce que dirait Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Or Esther gagnait les bonnes grâces de tous ceux qui la voyaient.
CAHEt lorsque arriva le rour d’Esther, fille d’Abi’haïl, oncle de Mordechaï, (celle) qu’il avait adoptée comme fille, de se présenter chez le roi, elle ne demanda rien, outre ce que Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes disait. Esther emporta ainsi la faveur de tous ceux qui la voyaient.
LAMCe verset n’existe pas dans cette traduction !
PGREt lorsque vint le tour d’Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, de venir chez le roi, elle ne demanda rien autre que ce que désigna Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther gagnait les bonnes grâces de tous ceux qui la voyaient.
LAUEt quand arriva le tour d’Esther, fille d’Abikhaïl, oncle de Mardochée qui l’avait prise pour sa fille, d’entrer vers le roi, elle ne demanda rien sinon ce que lui avait dit Hégaï, l’eunuque du roi, gardien des femmes ; et Esther obtenait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.
OLTCe verset n’existe pas dans cette traduction !
DBYEt quand arriva le tour d’Esther, fille d’Abikhaïl, oncle de Mardochée, qui l’avait prise pour fille, d’entrer auprès du roi, elle ne demanda rien, sauf ce que dit Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther trouvait faveur aux yeux de tous ceux qui la voyaient.
STACe verset n’existe pas dans cette traduction !
BANQuand vint le tour d’Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée qui l’avait prise pour sa fille, d’aller vers le roi, elle ne demanda rien, sinon ce que lui indiqua Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther gagnait la faveur de tous ceux qui la voyaient.
ZAKLorsque le tour d’Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée, lequel l’avait adoptée comme sa fille, fut venu de paraître devant le roi, elle ne demanda rien en dehors de ce que proposait Hêgaï, eunuque du roi, gardien des femmes ; et Esther s’attira les sympathies de tous ceux qui la voyaient.
VIGAprès donc qu’il se fut écoulé quelque temps, le jour vint où Esther, fille d’Abihaïl, frère de Mardochée, que celui-ci avait adoptée pour sa fille, devait être à son tour présentée au roi. Elle ne demanda rien (d’extraordinaire) pour se parer ; mais l’eunuque Egée, gardien des jeunes filles, lui donna comme parure tout ce qu’il voulut. Car elle était très bien faite, et son incroyable beauté la rendait aimable et agréable aux yeux de tous.
FILAprès donc qu’il se fut écoulé quelque temps, le jour vint où Esther, fille d’Abihaïl, frère de Mardochée, que celui-ci avait adoptée pour sa fille, devait être à son tour présentée au roi. Elle ne demanda rien pour se parer; mais l’eunuque Egée, gardien des jeunes filles, lui donna comme parure tout ce qu’il voulut. Car elle était très bien faite, et son incroyable beauté la rendait aimable et agréable aux yeux de tous.
LSGLorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda que ce qui fut désigné par Hégaï, eunuque du roi et gardien des femmes. Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.
SYNCe verset n’existe pas dans cette traduction !
CRALorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda pas autre chose que ce que désigna Egée, eunuque du roi et gardien des femmes ; mais Esther plut aux yeux de tous ceux qui la virent.
BPCQuand arriva le tour d’Esther, fille d’Abigaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, d’aller jusqu’au roi, elle ne demanda rien : sauf ce que lui conseilla Egée, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther plut aux regards de tous ceux qui la virent.
JERMais Esther, fille d’Abihayil, lui-même oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, son tour venu de se rendre chez le roi, ne demanda rien d’autre que ce qui lui fut indiqué par l’eunuque royal Hégé, commis à la garde des femmes. Et voici qu’Esther trouva grâce devant tous ceux qui la virent.
TRICe verset n’existe pas dans cette traduction !
NEGLorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda que ce qui fut désigné par Hégaï, eunuque du roi et gardien des femmes. Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.
CHUQuand arrive le tour d’Èstér, la fille d’Abihaïl, l’oncle de Mordekhaï, qui l’avait prise à lui pour fille, de venir vers le roi, elle ne demande pas une parole, sinon ce que lui avait dit Hégaï, l’eunuque du roi, le gardien des femmes. Et c’est Èstér, la porteuse de grâce aux yeux de tous ceux qui la voient.
JDCCe verset n’existe pas dans cette traduction !
TRECe verset n’existe pas dans cette traduction !
BDPLe jour arriva pour Esther, fille d’Abihayil, l’oncle de Mardochée, son père adoptif, de se présenter devant le roi. Elle ne demanda rien d’autre que ce que lui avait donné Hégé, l’eunuque du roi, chargé de la garde des femmes. Or tous ceux qui la virent, trouvèrent Esther ravissante.
S21Lorsque son tour d’aller vers le roi arriva, Esther, fille d’Abichaïl – l’oncle de Mardochée, celui qui l’avait adoptée – ne réclama que ce que lui conseilla Hégaï, l’eunuque du roi responsable des femmes. Elle gagnait les faveurs de tous ceux qui la voyaient.
KJFQuand donc le tour d’Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée, qui l’avait prise pour sa fille, fut venu d’entrer vers le roi, elle ne demanda rien, sinon ce que dirait Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Or Esther gagnait les bonnes grâces de tous ceux qui la voyaient.
LXXἐν δὲ τῷ ἀναπληροῦσθαι τὸν χρόνον Εσθηρ τῆς θυγατρὸς Αμιναδαβ ἀδελφοῦ πατρὸς Μαρδοχαίου εἰσελθεῖν πρὸς τὸν βασιλέα οὐδὲν ἠθέτησεν ὧν αὐτῇ ἐνετείλατο ὁ εὐνοῦχος ὁ φύλαξ τῶν γυναικῶν ἦν γὰρ Εσθηρ εὑρίσκουσα χάριν παρὰ πάντων τῶν βλεπόντων αὐτήν.
VULevoluto autem tempore per ordinem instabat dies quo Hester filia Abiahil fratris Mardochei quam sibi adoptaverat in filiam intrare deberet ad regem quae non quaesivit muliebrem cultum sed quaecumque voluit Aegaeus eunuchus custos virginum haec ei ad ornatum dedit erat enim formonsa valde et incredibili pulchritudine omnium oculis gratiosa et amabilis videbatur
BHSוּבְהַגִּ֣יעַ תֹּר־אֶסְתֵּ֣ר בַּת־אֲבִיחַ֣יִל דֹּ֣ד מָרְדֳּכַ֡י אֲשֶׁר֩ לָקַֽח־לֹ֨ו לְבַ֜ת לָבֹ֣וא אֶל־הַמֶּ֗לֶךְ לֹ֤א בִקְשָׁה֙ דָּבָ֔ר כִּ֠י אִ֣ם אֶת־אֲשֶׁ֥ר יֹאמַ֛ר הֵגַ֥י סְרִיס־הַמֶּ֖לֶךְ שֹׁמֵ֣ר הַנָּשִׁ֑ים וַתְּהִ֤י אֶסְתֵּר֙ נֹשֵׂ֣את חֵ֔ן בְּעֵינֵ֖י כָּל־רֹאֶֽיהָ׃
SBLGNTCe verset n’existe pas dans cette traduction !