×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esther 2.15

Esther 2.15 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esther 2.15  Lorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda que ce qui fut désigné par Hégaï, eunuque du roi et gardien des femmes. Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esther 2.15  Lorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda que ce qui fut désigné par Hégaï, eunuque du roi et gardien des femmes. Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient.

Segond 21

Esther 2.15  Lorsque son tour d’aller vers le roi arriva, Esther, fille d’Abichaïl – l’oncle de Mardochée, celui qui l’avait adoptée – ne réclama que ce que lui conseilla Hégaï, l’eunuque du roi responsable des femmes. Elle gagnait les faveurs de tous ceux qui la voyaient.

Les autres versions

Bible du Semeur

Esther 2.15  Quand vint le tour d’Esther, fille d’Abichaïl, l’oncle de Mardochée, qui l’avait adoptée comme sa fille, d’aller chez l’empereur, elle ne demanda rien d’autre que ce qu’avait indiqué Hégué, l’eunuque de l’empereur, gardien des femmes. Elle gagnait la faveur de tous ceux qui la voyaient.

Traduction œcuménique de la Bible

Esther 2.15  Quand, pour Esther, la fille d’Avihaïl, l’oncle de Mardochée qui l’avait adoptée, arriva le tour d’aller près du roi, elle ne demanda rien d’autre que ce qu’avait indiqué Hégué, l’eunuque royal gardien des femmes. Esther gagnait la bienveillance de tous ceux qui la voyaient.

Bible de Jérusalem

Esther 2.15  Mais Esther, fille d’Abihayil, lui-même oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, son tour venu de se rendre chez le roi, ne demanda rien d’autre que ce qui lui fut indiqué par l’eunuque royal Hégé, commis à la garde des femmes. Et voici qu’Esther trouva grâce devant tous ceux qui la virent.

Bible Annotée

Esther 2.15  Quand vint le tour d’Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée qui l’avait prise pour sa fille, d’aller vers le roi, elle ne demanda rien, sinon ce que lui indiqua Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther gagnait la faveur de tous ceux qui la voyaient.

John Nelson Darby

Esther 2.15  Et quand arriva le tour d’Esther, fille d’Abikhaïl, oncle de Mardochée, qui l’avait prise pour fille, d’entrer auprès du roi, elle ne demanda rien, sauf ce que dit Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Et Esther trouvait faveur aux yeux de tous ceux qui la voyaient.

David Martin

Esther 2.15  Quand donc le tour d’Esther fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée, laquelle [Mardochée] avait prise pour sa fille, fut venu pour entrer chez le Roi ; elle ne demanda rien sinon ce que dirait Hégaï Eunuque du Roi, gardien des femmes ; et Esther gagnait la bonne grâce de tous ceux qui la voyaient.

Osterwald

Esther 2.15  Quand donc le tour d’Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée, qui l’avait prise pour sa fille, fut venu d’entrer vers le roi, elle ne demanda rien, sinon ce que dirait Hégaï, eunuque du roi, gardien des femmes. Or Esther gagnait les bonnes grâces de tous ceux qui la voyaient.

Auguste Crampon

Esther 2.15  Lorsque son tour d’aller vers le roi fut arrivé, Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, ne demanda pas autre chose que ce que désigna Egée, eunuque du roi et gardien des femmes ; mais Esther plut aux yeux de tous ceux qui la virent.

Lemaistre de Sacy

Esther 2.15  Après donc qu’il se fut passé du temps, le jour vint auquel Esther, fille d’Abihaïl, frère de Mardochée, et que Mardochée avait adoptée pour sa fille, devait être présentée au roi en son rang. Elle ne demanda rien pour se parer ; mais Egée, eunuque, qui avait le soin de ces filles, lui donna pour cela tout ce qu’il voulut. Car elle était parfaitement bien faite, et son incroyable beauté la rendait aimable et agréable à tous ceux qui la voyaient.

André Chouraqui

Esther 2.15  Quand arrive le tour d’Èstér, la fille d’Abihaïl, l’oncle de Mordekhaï, qui l’avait prise à lui pour fille, de venir vers le roi, elle ne demande pas une parole, sinon ce que lui avait dit Hégaï, l’eunuque du roi, le gardien des femmes. Et c’est Èstér, la porteuse de grâce aux yeux de tous ceux qui la voient.

Zadoc Kahn

Esther 2.15  Lorsque le tour d’Esther, fille d’Abihaïl, oncle de Mardochée, lequel l’avait adoptée comme sa fille, fut venu de paraître devant le roi, elle ne demanda rien en dehors de ce que proposait Hêgaï, eunuque du roi, gardien des femmes ; et Esther s’attira les sympathies de tous ceux qui la voyaient.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esther 2.15  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esther 2.15  וּבְהַגִּ֣יעַ תֹּר־אֶסְתֵּ֣ר בַּת־אֲבִיחַ֣יִל דֹּ֣ד מָרְדֳּכַ֡י אֲשֶׁר֩ לָקַֽח־לֹ֨ו לְבַ֜ת לָבֹ֣וא אֶל־הַמֶּ֗לֶךְ לֹ֤א בִקְשָׁה֙ דָּבָ֔ר כִּ֠י אִ֣ם אֶת־אֲשֶׁ֥ר יֹאמַ֛ר הֵגַ֥י סְרִיס־הַמֶּ֖לֶךְ שֹׁמֵ֣ר הַנָּשִׁ֑ים וַתְּהִ֤י אֶסְתֵּר֙ נֹשֵׂ֣את חֵ֔ן בְּעֵינֵ֖י כָּל־רֹאֶֽיהָ׃

Versions étrangères

New Living Translation

Esther 2.15  When it was Esther's turn to go to the king, she accepted the advice of Hegai, the eunuch in charge of the harem. She asked for nothing except what he suggested, and she was admired by everyone who saw her.