×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Matyah 27     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Matyah 27
André Chouraqui


1 Et puis, au matin, tous les chefs des desservants et les anciens du peuple tiennent conseil contre Iéshoua’ pour le mettre à mort.
2 Ils le lient, l’emmènent et le livrent à Pilatus, le procurateur.
3 Alors Iehouda, celui qui l’a livré, voit qu’il est condamné. Pris de remords, il rapporte les trente sicles d’argent aux chefs des desservants et aux anciens en disant :
4 « J’ai fauté. J’ai livré un sang innocent. » Ils disent : « Qu’est-ce pour nous ? Vois toi-même. »
5 Il lance les pièces d’argent dans le sanctuaire, se retire, s’en va et se pend.
6 Les chefs des desservants prennent les pièces d’argent et disent : « Il n’est pas licite de les jeter dans la caisse du Qorbân, - le trésor du sanctuaire -, puisque c’est le prix du sang. »
7 Ils tiennent conseil et achètent avec le Champ du Potier,
8 pour la sépulture des métèques. Ainsi ce champ est appelé Sèdè-Hadâm, jusqu’à ce jour.
9 Alors s’accomplit ce que dit Irmeyahou l’inspiré : ‹ Ils prennent les trente pièces d’argent, prix de l’enchère de celui pour lequel les Benéi Israël ont enchéri ;
10 et ils les donnent pour le Champ du Potier, comme l’Adôn me l’a indiqué. ›
11 Iéshoua’ se tient devant le procurateur. Le procurateur l’interroge et dit : « Toi, es-tu le roi des Iehoudîm ? Iéshoua’ dit :  »Toi, tu le dis. »
12 Il est accusé par les chefs des desservants et les anciens. Il ne répond rien.
13 Alors Pilatus lui dit : « N’entends-tu pas tous ces témoignages contre toi ?
14 Il ne lui répond d’aucun mot, si bien que le procurateur s’en étonne fort.
15 Or, à chaque fête, le procurateur avait coutume de relâcher à la foule un prisonnier, celui qu’ils voulaient.
16 En ce temps, ils avaient un prisonnier fameux, dit Iéshoua’ bar-Abba.
17 Et c’est quand ils se rassemblent, Pilatus leur dit : « Qui donc voulez-vous que je relâche : Iéshoua’ bar-Abba, ou Iéshoua’, dit le messie ?
18 Oui, il savait qu’ils l’avaient livré par envie.
19 Tandis qu’il siège au tribunal, sa femme lui envoie dire : « Que rien ne soit entre toi et ce juste : oui, aujourd’hui, j’ai été fort tourmentée en rêve à cause de lui. »
20 Mais les chefs des desservants et les anciens convainquent les foules de réclamer Bar-Abba et de perdre Iéshoua. ›
21 Le procurateur répond et leur dit : « Lequel des deux voulez-vous que je relâche ? Ils disent :  »Bar-Abba. »
22 Pilatus leur dit : « Que ferai-je donc de Iéshoua’, dit le messie ? Ils disent tous :  »Il sera crucifié » !
23 Mais il dit : « Quel mal a-t-il donc fait ? Alors ils crient très fort et disent :  »Il sera crucifié » !
24 Pilatus voit que rien ne sert mais que le tumulte grandit. Il prend de l’eau, se lave les mains face à la foule et dit : « Je suis innocent de ce sang. À vous de voir ! »
25 Tout le peuple répond et dit : « Son sang, sur nous et sur nos enfants ! »
26 Alors il leur relâche Bar-Abba. Et Iéshoua’, il le fouette, puis le livre pour être crucifié.
27 Alors les soldats du procurateur s’emparent de Iéshoua’ dans le prétoire. Ils rassemblent sur lui toute la cohorte.
28 Ils le dépouillent et l’enveloppent d’une chlamyde écarlate.
29 Ils tressent une couronne d’épines ; ils la lui posent sur la tête avec un roseau dans sa main droite. Ils tombent à genoux en face de lui, le bafouent et disent : « Shalôm, roi des Iehoudîm ! »
30 Ils crachent sur lui, prennent le roseau et le frappent sur la tête.
31 Après l’avoir bafoué, ils lui ôtent la chlamyde et lui remettent ses vêtements. Puis ils l’emmènent pour le crucifier.
32 Quand ils sortent, ils trouvent un homme de Cyrène, nommé Shim’ôn. Ils le requièrent pour porter sa croix.
33 Ils viennent au lieu dit Golgotha qui est dit : « Lieu du Crâne. »
34 Ils lui donnent à boire du vin mêlé de fiel. Il le goûte, mais il ne veut pas boire.
35 Après l’avoir crucifié, ils partagent ses vêtements en jetant le sort.
36 Puis ils s’assoient et le gardent.
37 Ils posent au-dessus de sa tête son accusation écrite : « C’est Iéshoua’, le roi des Iehoudîm. »
38 Alors deux bandits sont crucifiés avec lui, un à droite et un à gauche.
39 Les passants blasphèment contre lui. Ils hochent la tête
40 et disent : « Toi qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même ! Si tu es Bèn Elohîms, descend de la croix ! »
41 De même les chefs des desservants le bafouent, avec les Sopherîm et les anciens. Ils disent :
42 « Il en a sauvé d’autres, mais il ne peut se sauver lui-même ! Il est le roi d’Israël ! Qu’il descende maintenant de la croix et nous adhérerons à lui !
43 Il s’est confié en Elohîms ; qu’il le tire du danger, maintenant, s’il le désire ! Oui, il a dit : ‹ Je suis Bèn Elohîms’. »
44 De même, les bandits crucifiés avec lui l’outragent.
45 Dès la sixième heure, la ténèbre vient sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure.
46 Vers la neuvième heure, Iéshoua’ clame à forte voix : « Éli, Éli lama sabaqtani ? C’est :  »Elohaï, Elohaï, pourquoi m’as-tu abandonné ?
47 Certains parmi les présents l’entendent et disent : « Il appelle Élyahou, celui-là ! »
48 Vite, l’un d’eux court, prend une éponge, la remplit de vinaigre, la met sur un roseau et lui donne à boire.
49 Mais les autres disent : « Laisse ! Nous verrons si Élyahou vient le sauver ! »
50 Iéshoua’ crie de nouveau à forte voix ; il laisse le souffle.
51 Et voici, le voile du sanctuaire se déchire en deux de haut en bas, la terre se séisme, les rochers se fendent,
52 les sépulcres s’ouvrent, plusieurs corps de consacrés endormis se réveillent.
53 Ils sortent des sépulcres après son réveil. Ils entrent dans la ville du sanctuaire ; ils se font voir par beaucoup.
54 Le centurion et ceux qui, avec lui, gardent Iéshoua’, en voyant le séisme et ce qui survient, ils frémissent fort et disent : « Vrai, celui-là était Bèn Elohîms. »
55 Or il y a là des femmes nombreuses, elles contemplent de loin. Elles avaient suivi Iéshoua’ depuis la Galil pour le servir.
56 Parmi elles, Miriâm de Magdala, Miriâm, mère de Ia’acob et de Iosseph, et la mère des Bèn Zabdi.
57 Le soir venu, vient un homme riche de Ramataîm nommé Iosseph ; il est aussi devenu un adepte de Iéshoua. ›
58 Il s’approche de Pilatus et demande le corps de Iéshoua’. Pilatus ordonne alors qu’il lui soit rendu.
59 Iosseph prend le corps, l’enveloppe dans un linceul pur.
60 Il le met dans son sépulcre neuf qu’il avait creusé dans le roc. Il roule une grande pierre sur l’ouverture du sépulcre ; puis il s’en va.
61 Elles sont là, Miriâm de Magdala et l’autre Miriâm, assises devant la tombe.
62 Le lendemain, jour d’après la préparation du shabat, les chefs des desservants et les Peroushîm se rassemblent chez Pilatus.
63 Ils disent : « Adôn, nous nous sommes souvenus de ce que cet imposteur a dit encore vivant : ‹ Après trois jours, je me réveillerai. ›
64 Ordonne donc que le sépulcre soit gardé en sécurité jusqu’au troisième jour. Si jamais ses adeptes venaient de nuit et le dérobaient en disant au peuple : ‹ Il s’est réveillé d’entre les morts ›, la dernière imposture serait pire que la première. »
65 Pilatus leur dit : « Vous avez une garde. Allez, prenez vos sûretés comme vous savez. »
66 Ils vont et gardent en sûreté la tombe ; ils scellent la pierre avec la garde.

Cette Bible est dans le domaine public.