×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 40     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 40
André Chouraqui


J’espérais

1 Au chorège. De David.
2 J’espérais, j’espérais IHVH-Adonaï. Il s’incline vers moi, il entend mon appel.
3 Il me fait monter de la fosse du tumulte, du limon du bourbier. Il hisse mes pieds sur le rocher, il affermit mes foulées.
4 Il donne en ma bouche un poème nouveau, la louange de notre Elohîms. Nombreux le voient, frémissent et se fient à IHVH-Adonaï.
5 En marche, le brave qui met en IHVH-Adonaï son assurance et ne se tourne pas vers les superbes, les délateurs trompeurs.
6 Tu as multiplié, toi, IHVH-Adonaï, Elohaï, tes merveilles, tes pensées envers nous, sans mesure. Je le rapporterai, je parlerai… Trop fort à raconter !
7 Le sacrifice, l’offrande, tu ne les désires pas. Tu m’as creusé l’oreille. La montée, la coulpe, tu ne les demandes pas.
8 Alors je dis : Voici, je viens avec le volume de l’acte écrit pour moi.
9 Faire ton vouloir, Elohaï ; je le désire, ta tora dans mes viscères.
10 J’annonce la justice à l’immense assemblée. Voici, mes lèvres, je ne les boucle pas. IHVH-Adonaï, toi, tu le sais.
11 Ta justification, je ne la couvre pas au milieu de mon cœur. Ton adhérence, ton salut, je les dis ; je ne masque pas ton chérissement, ta vérité, à l’immense assemblée.
12 Toi, IHVH-Adonaï, ne boucle pas tes matrices loin de moi ! Ton chérissement, ta vérité me protègent toujours.
13 Oui, des malheurs sans nombre me cernent ; mes torts m’atteignent ; je ne peux plus les voir. Ils sont plus drus que les cheveux de ma tête ; mon cœur m’abandonne.
14 Veuille, IHVH-Adonaï, me secourir ! IHVH-Adonaï, à mon aide, hâte-toi !
15 Ils blêmissent, atterrés, ensemble, les chercheurs de mon être, pour l’achever. Ils reculent en arrière, dans l’opprobre, les désireux de mon malheur.
16 Ils sont désolés sur le talon de leur blêmissement, ceux qui me disaient : « Ohé, Ohé ! »
17 Ils exultent, se réjouissent en toi, tous tes chercheurs, qui disent sans cesse : « IHVH-Adonaï est grand ! » les amants de ton salut.
18 Et moi, l’humilié, le pauvre, Adonaï, pense à moi ! Mon aide, mon libérateur, toi, Elohaï, ne tarde pas !

Cette Bible est dans le domaine public.