Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 62
Bible Annotée Bible annotée interlinéaire Bible annotée double colonne

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

1 Au maître chantre. Selon Jéduthun. Psaume de David. 2 Oui, mon âme reste en paix, regardant à Dieu. De lui vient ma délivrance ! 3 Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut, Ma haute retraite ; je ne serai pas fortement ébranlé. 4 Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme, Chercherez-vous tous à l’abattre, Comme une muraille qui penche, Comme une clôture qu’on jette bas ? 5 Oui, ils n’ont de pensées que pour le précipiter de son poste élevé, Se plaisant au mensonge, Bénissant de la bouche Et maudissant en leur cœur. (Jeu d’instruments.) 6 Oui, reste en paix, mon âme, regardant à Dieu ; Car de lui vient mon espérance. 7 Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut, Ma haute retraite ; je ne serai point ébranlé. 8 Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge est en Dieu. 9 Confiez-vous en Dieu, vous, mes gens, en tout temps ; Répandez vos cœurs devant lui ; Dieu est pour nous un refuge. (Jeu d’instruments.) 10 Pure vanité sont les fils du peuple, Mensonge, les fils des grands ; Sur la balance, ils montent ! Tous ensemble, ils ne sont que vanité. 11 Ne vous confiez pas dans la violence, Et ne tirez pas vanité de la rapine ; Si la richesse abonde, n’y mettez pas votre cœur. 12 Dieu a parlé une fois ; Deux fois, j’ai entendu ceci : La force est à Dieu ! 13 À toi aussi, Seigneur, la miséricorde, Car c’est toi qui rends à chacun selon ses œuvres !

Note

Chapitre précédent (61)

Plan

Confiance en Dieu seul

Un homme dans une haute position est en butte aux attaques de nombreux ennemis. En l’absence de tout secours humain efficace, il reste calme, regardant à Dieu. Dès la première strophe du psaume, il affirme sa foi sereine, en opposition aux efforts de ses adversaires (versets 2 à 5) ; dans une seconde strophe, il répète cette affirmation, en vue d’amis qui ont besoin d’être encouragés (versets 6 à 9) ; il termine son cantique en rappelant à la fois le néant de l’homme et la puissance de Dieu (versets 10 à 13).

Cette dernière strophe semble faire allusion au Psaume 39, dont elle reproduit l’idée dominante, celle du néant de l’homme. Mais le psalmiste développe cette fois ce sujet sans tristesse. Son regard, dépassant l’horizon des choses terrestres, parmi lesquelles s’agitait, encore douloureusement la pensée du Psaume 39, s’est reposé sur Dieu avec une confiance entière. D’après la suscription des deux psaumes, le même musicien, Jéduthum, fut chargé de leur adapter la mélodie et l’accompagnement musical qui leur convenaient (voir Psaumes 29.1).

note suivante (verset 2)