Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

1 Et il arriva, quand Jésus eut achevé de donner ses ordres à ses douze disciples, qu’il partit de là pour enseigner et prêcher dans leurs villes. 2 Or Jean, ayant ouï parler dans la prison des œuvres du Christ, lui envoya dire par ses disciples : 3 Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? 4 Et Jésus répondant leur dit : Allez et rapportez à Jean ce que vous entendez et voyez : 5 Les aveugles recouvrent la vue et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et l’Évangile est annoncé aux pauvres. 6 Et heureux est celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! 7 Or, comme ils s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules au sujet de Jean : Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? 8 Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements délicats ? Voilà, ceux qui portent des vêtements délicats sont dans les maisons des rois. 9 Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. 10 C’est celui-ci de qui il est écrit : Voici, j’envoie mon messager devant ta face qui préparera ton chemin devant toi. 11 En vérité, je vous le dis, entre ceux qui sont nés de femme, il n’en a point été suscité de plus grand que Jean-Baptiste ; mais celui qui est plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. 12 Or, depuis les jours de Jean-Baptiste jusqu’à maintenant, le royaume des cieux est pris par la violence, et ce sont des violents qui le ravissent. 13 Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean ; 14 et si vous voulez recevoir ceci, il est cet Élie qui doit venir. 15 Que celui qui a des oreilles, entende ! 16 Mais à qui comparerai-je cette génération ? Elle ressemble à des enfants assis dans les places publiques, qui crient aux autres, 17 et leur disent : Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez point dansé ; nous avons chanté des complaintes, et vous ne vous êtes point lamentés. 18 Car Jean est venu ne mangeant ni ne buvant ; et ils disent : Il a un démon. 19 Le Fils de l’homme est venu mangeant et buvant, et ils disent : Voici un mangeur et un buveur, un ami des péagers et des pécheurs. Mais la sagesse a été justifiée de la part de ses enfants. 20 Alors il commença à faire des reproches aux villes dans lesquelles avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient point repenties. 21 Malheur à toi, Corazin ! Malheur à toi, Bethsaïda ! Car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits à Tyr et à Sidon, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties avec le sac et la cendre. 22 C’est pourquoi je vous le dis : Tyr et Sidon seront au jour du jugement dans une condition plus supportable que vous. 23 Et toi, Capernaüm, qui as été élevée jusqu’au ciel, tu seras abaissée jusqu’au séjour des morts ; car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi eussent été faits à Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui. 24 C’est pourquoi je vous dis que la terre de Sodome sera au jour du jugement dans une condition plus supportable que toi. 25 En ce temps-là, Jésus prenant la parole dit : Je te loue, ô Père ! Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. 26 Oui, Père, parce que tel a été ton bon plaisir devant toi. 27 Toutes choses m’ont été livrées par mon Père ; et nul ne connaît le Fils, si ce n’est le Père, et nul ne connaît le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. 28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et moi je vous soulagerai. 29 Chargez-vous de mon joug, et apprenez de moi, parce que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes ; 30 car mon joug est doux et mon fardeau est léger.

Note

note précédente (verset 23)

Commentaire biblique du verset 24

Ce vous ne s’adresse pas aux auditeurs de Jésus, mais aux habitants de Capernaum (verset 23), tandis que le toi s’adresse à la ville elle-même.

Les variantes qui tendent à égaliser ces pronoms, en mettant les deux fois vous (D et l’Itala) ou deux fois toi (version syriaque), ne sont que des corrections sans valeur.

Le ton de ces verset 21-24 est extrêmement solennel, soit par la progression de la pensée, soit par la similarité des apostrophes (versets 21, 23), soit par la répétition de la même annonce du jugement (verset 22).

Quand Christ fait entendre ce malheur qui est un jugement, c’est qu’il le ressent dans son cœur par sa tendre compassion, et sa parole est l’annonce du jugement extérieur pour ceux qui sont déjà, au dedans, sous le jugement de l’endurcissement.
— Lange

note suivante (verset 25)

Commentaire biblique de Matthieu 11.24