×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 78
Bible Annotée (interlinéaire) Bible annotée Bible annotée double colonne

Plan du commentaire biblique de Psaumes 78

Les enseignements de l’histoire d’Israël

Ce n’est pas un simple poème historique que nous avons ici. L’auteur, il est vrai, rappelle avec détails certains événements de l’histoire d’Israël, mais il le fait moins en historien ou même en poète qu’en prophète, qui dégage des événements passés les leçons qu’ils renferment à l’adresse du peuple de Dieu. Sans s’astreindre à suivre l’ordre chronologique, il puise çà et là ce qui lui convient, pour mettre en lumière les pensées et les dispositions, soit divines, soit humaines, qui tout à la fois se cachent et se révèlent dans les faits de l’histoire. Ce sont là les choses cachées des temps anciens qu’il publie (verset 2). La lumière divine éclaire pour le regard du prophète, non seulement. l’avenir, mais aussi le passé, préparant l’un et expliquant l’autre.

Ce poème ne se décompose pas facilement en strophes régulières. Nous y trouvons plutôt deux grandes parties principales, comprenant elles-mêmes plusieurs paragraphes, et précédées d’un prologue, puis d’une brève sentence prononcée contre Éphraïm, sentence qui indique dès l’abord au lecteur quelle est la pensée maîtresse et la visée du psaume.

Prologue : l’auteur annonce qu’il va révéler les enseignements de l’histoire. Ce projet est conforme aux ordres de Dieu, qui veut, par de tels récits, former un peuple de croyants (versets 1 à 8). Ce but n’a pas été atteint, tant, qu’Éphraïm a été la tribu dirigeante (versets 9 à 11).

Première partie (versets 12 à 55). L’histoire ancienne d’Israël aurait dû instruire le peuple à salut. Ici l’auteur, dans un premier paragraphe, décrit avec détails les scènes du passage de la mer Rouge et du séjour au désert (versets 12 à 31). Tous ces événements, où éclatent la puissance et la bonté de Dieu, n’ont abouti qu’à faire ressortir d’autant mieux la méchanceté du peuple (versets 32 à 39). Dans un nouveau paragraphe, le psalmiste retrace les faits qui ont précédé ce séjour au désert et ceux qui l’ont suivi : les plaies d’Égypte, arrivant coup sur coup, puis l’établissement du peuple en Canaan (versets 40 à 55).

Seconde partie (versets 56 à 72). Israël n’a pas tenu compte de tant d’enseignements : il a renouvelé le péché de ses pères, de manière à attirer sur lui le grand châtiment de la perte de l’arche de l’alliance et de la destruction de Silo (versets 56 à 64). Le Seigneur sans doute a sauvegardé sa gloire, en face des Philistins vainqueurs ; mais Éphraïm a été mis au second rang, tandis que le sanctuaire était confié à la garde de Juda, avec David, comme roi (versets 65 à 72).

On l’a remarqué : le fait historique que le psalmiste met spécialement en lumière, c’est le rejet d’Éphraïm, comme tribu dominante. Pendant la période des Juges, Éphraïm semblait appelé à jouer en Israël un rôle prépondérant. La hauteur avec laquelle il traitait les autres tribus montre qu’il avait conscience de sa force (Juges 8.1 ; Juges 12.1). Son territoire, situé au centre du pays, était considérable. Dieu lui avait même confié la garde du sanctuaire, puisque le Tabernacle avait été dressé dans une ville de son ressort, à Silo. Pendant ce temps, Juda n’avait qu’un rôle effacé. La période si triste de l’époque des Juges aboutit à la catastrophe de la prise de l’arche et de la destruction de Silo ; par là même, Éphraïm est relégué au second rang. Un rapport intime est ainsi établi entre la perte de l’arche résidant à Silo et le rejet de la tribu qui avait pour mission de la garder.

On a méconnu l’inspiration élevée du psaume, en voyant dans cette manière de présenter l’histoire un symptôme des passions politiques et des jalousies de tribus qui agitèrent le peuple. Tout lecteur peut se rendre compte qu’il s’agit moins ici du déclin de telle ou telle tribu que des droits de la sainteté de Dieu. Juda lui-même devait retirer de l’enseignement du psalmiste un sérieux avertissement.

En ce qui concerne l’époque de la composition de ce psaume, on se demande, au premier abord, si les termes sévères dont se sert l’auteur à l’égard d’Éphraïm (versets 9 à 11 et 67) auraient pu être employés avant que cette tribu, par le schisme de Jéroboam, eût elle-même brisé le lien qui l’unissait au sanctuaire de l’Éternel. Toutefois bien des traits nous reportent à une époque antérieure au schisme. Il n’est pas question du veau d’or de Béthel ; s’il eût déjà existé au moment où parut le psaume, n’y serait-il pas mentionné ? Les événements relatifs à la prise de l’arche par les Philistins, à l’humiliation et à la défaite de ceux-ci par la seule intervention de Dieu, au choix de David, à l’érection du temple, sont racontés d’une manière si vivante, tout ce qui a suivi ces événements est si complètement ignoré, que l’on ne peut, nous semble-t-il, fixer une date postérieure au règne de Salomon. C’est alors qu’un prophète a pu mettre en lumière les raisons divines de la double élévation de Juda et de David. Asaph, le contemporain de David, celui qui est appelé prophète (2 Chroniques 29.30), vivait sans doute encore à ce moment-là. La note qui lui attribue le psaume nous semble pleinement justifiée.

1 Méditation d’Asaph. Écoute, ô mon peuple, mes instructions ; Prêtez l’oreille aux paroles de ma bouche.
1 à 8 Prologue

Le psalmiste expose son projet, qui est de révéler à Israël le vrai sens de son histoire (versets 1 à 4). Ce projet est conforme aux ordres de Dieu (versets 5 à 8).

2 J’ouvrirai la bouche pour des sentences, Je publierai les choses cachées des temps anciens.

Pour des sentences. L’hébreu Maschal, donné comme titre à tout le livre des Proverbes, signifie proprement : parabole, comparaison, et s’applique, par extension, à tout discours didactique. Voir Ésaïe 14.4, note. L’Évangile de saint Matthieu cite cette parole comme concernant prophétiquement les paraboles du Sauveur (Matthieu 13.34-35). Jésus a été en effet le vrai révélateur des pensées divines, que les prophètes de l’ancienne alliance n’avaient dévoilées qu’en partie.

3 Ce que nous avons entendu et que nous savons, Ce que nos pères nous ont raconté, 4 Nous ne le cacherons point à leurs enfants ; Nous dirons à la génération future les louanges de l’Éternel Et sa puissance et les miracles qu’il a faits.

Nous ne le cacherons point à leurs enfants. Le psalmiste ne dit pas : à nos enfants. C’est un devoir à remplir envers les pères que d’instruire les nouvelles générations des choses que Dieu a accomplies en faveur des ancêtres du peuple.

5 Il a établi un témoignage en Jacob, Il a mis une loi en Israël, Qu’il a ordonné à nos pères d’enseigner à leurs enfants,

Qu’il a ordonné à nos pères d’enseigner à leurs enfants : comparez Exode 10.2 ; Exode 12.26 ; Deutéronome 4.9, etc.

6 Pour qu’elle fût connue de la génération future, Des enfants qui naîtraient Et grandiraient pour la redire à leurs enfants, 7 Afin qu’ils missent en Dieu leur confiance, Qu’ils n’oubliassent pas les œuvres de Dieu Et qu’ils observassent ses commandements, 8 Et ne fussent pas, comme leurs pères, Une race indocile et rebelle, Une race au cœur inconstant Et dont l’esprit n’a pas été fidèle à Dieu.

Comme leurs pères : comme la génération qui sortit d’Égypte et dont les rébellions vont être racontées (versets 17 à 20).

9 Les fils d’Éphraïm, tireurs armés de l’arc, Tournèrent le dos au jour du combat.
9 à 11 L’infidélité d’Éphraïm

Tireurs armés de l’arc. On était en droit d’attendre d’une tribu guerrière et redoutable comme Éphraïm le courage moral et la décision nécessaires pour entraîner tout le peuple dans la voie de la fidélité. Au lieu de cela, elle trompa l’attente de Dieu. C’est dans ce sens figuré qu’il faut prendre les mots : ils tournnèrent le dos…

10 Ils ne gardèrent pas l’alliance de Dieu Et refusèrent de marcher selon sa loi.

Et refusèrent de marcher… Il n’y eut pas seulement indolence, mais refus positif d’obéir aux envoyés de Dieu (Juges 1.29 ; Juges 2.2). Même au point de vue politique, la tribu d’Éphraïm eut, pendant la période des Juges, un rôle peu honorable ; elle faillit compromettre le succès de Gédéon (Juges 8.1) ; c’est de son sein que sortirent les meurtriers de la famille de ce juge (Juges 9.1-5) ; elle fit la guerre à Jephthé, après avoir refusé de lui venir en aide contre les Ammonites (Juges 12.1).

11 Ils oublièrent ses hauts faits Et ses miracles qu’il leur avait fait voir.

Toutes ces infidélités venaient de l’oubli coupable des œuvres de Dieu.

12 Devant leurs pères, il avait fait des prodiges, Au pays d’Égypte, dans, les campagnes de Tsoan.
12 à 55

Première partie : les grandes œuvres de Dieu envers Israël et l’ingratitude du peuple.

12 à 31 Le départ d’Égypte et le séjour au désert

Ce paragraphe lui-même comprend les trois subdivisions suivantes : Pour son peuple, Dieu entr’ouvre la mer et fend les rochers (versets 12 à 16). Israël lui répond en le provoquant et en le tentant (versets 17 à 20). Dieu le châtie, en lui accordant la chose même qu’il a désirée (versets 21 à 31).

Tsoan : l’antique résidence des rois d’Égypte, appelée aussi Tanis (voir Ésaïe 19.11, note). C’est là, au cœur même du royaume le plus puissant de cette époque, que Dieu fait des prodiges, pour délivrer son peuple.

13 Il entr’ouvrit la mer et les fit passer, Il plaça les eaux comme une digue.

Une digue : un monceau, une masse infranchissable. Voir Exode 14.22, note.

14 Il les conduisit le jour par une nuée Et toute la nuit par la clarté du feu. 15 Il fendit des rochers dans le désert Et les abreuva abondamment, Comme aux abîmes [de la mer].

Il fendit des rochers : allusion aux deux événements analogues de Réphidim, dans la première année du séjour au désert (Exode 17.1), et de Kadès, dans la quarantième année (Nombres 20.1).

16 De la pierre il fit sortir des ruisseaux, Et il en fit jaillir les eaux comme des fleuves. 17 Mais ils continuèrent à pécher contre lui, À se rebeller contre le Très-Haut dans la terre aride ;

Mais ils continuèrent… Il n’a pas encore été parlé expressément de murmures, mais l’allusion faite aux scènes de Massa et Mériba (versets 15 et 16) a rappelé à l’auteur comme aux lecteurs les premiers témoignages de l’incrédulité du peuple. Le manque de pain dans une terre aride fournit à Israël l’occasion de murmurer de nouveau. Le don de la manne et des cailles (Exode 16.1) précéda, il est vrai, le miracle de Réphidim (Exode 17.1) ; mais le psalmiste, parlant en poète, et non en historien, ne s’astreint ni ici, ni plus tard, dans l’énumération des plaies d’Égypte, à un ordre chronologique rigoureux ; d’ailleurs, ici aussi, il réunit deux récits, dont l’un se rapporte aux premiers temps, l’autre (Nombres 11.1) aux derniers temps du séjour au désert.

18 Ils tentèrent Dieu dans leur cœur, Demandant une nourriture selon leur désir.

Ils tentèrent Dieu : en abusant de leur position privilégiée de peuple de Dieu, pour réclamer avec impatience ce que Dieu était décidé à leur accorder, et même pour exiger plus (la viande) que ce qu’il était dans sa volonté de leur donner. Tenter Dieu, c’est se réclamer de son secours au moment même où l’on pèche contre lui, ou essayer jusqu’où ira sa patience, sa longanimité, sa puissance, et chercher à lui forcer la main. L’Éternel, disait le peuple, est-il au milieu de nous, oui ou non ? Comparez Matthieu 4.7.

Selon leur désir, littéralement : selon leurs âmes. Lors du second envoi de cailles, il s’agissait pour le peuple, non de savoir s’il aurait de quoi manger, mais s’il aurait de quoi satisfaire sa convoitise.

19 Ils parlèrent contre Dieu, disant : Dieu pourrait-il dresser une table au désert ? 20 Voici, il a frappé le rocher, et des eaux ont coulé, Et des torrents se sont répandus ; Pourra-t-il aussi donner du pain, Préparer de la viande pour son peuple ? 21 C’est pourquoi l’Éternel, entendant cela, fut indigné, Et un feu s’alluma contre Jacob, La colère s’éleva contre Israël,

Un feu : image de la colère divine.

22 Parce qu’ils n’avaient pas cru en Dieu Et n’avaient pas eu confiance en son secours. 23 Il commanda aux nuées d’en haut, Et il ouvrit les portes des cieux ;

Nuées…, portes des cieux : développement poétique des paroles de l’Exode : Je vais faire pleuvoir pour vous du pain du haut des cieux (Exode 16.4).

24 Il fit pleuvoir sur eux la manne, comme nourriture, Et leur donna le froment du ciel. 25 L’homme mangea le pain des Puissants, Il leur envoya de la nourriture à satiété.

Le pain des Puissants : des anges. Il était naturel que le peuple, recevant la manne comme un don du ciel, s’imaginât que c’était là la nourriture des anges : conception qui a ceci de vrai que l’existence d’Israël, comme celle des êtres célestes, dépendait directement de la toute-puissance de Dieu.

26 Il fit lever le vent d’orient dans les cieux Et amena par sa force le vent du midi ;

Le vent d’orient…. le vent du midi. Pour concilier ces deux données, on a supposé qu’il s’agissait, ou bien de deux vents soufflant successivement, ou bien d’un vent du sud-est, amenant les cailles d’au-delà du golfe Persique. Nous ne pensons pas qu’il faille chercher ici des renseignements historiques précis. La pensée du psalmiste est plutôt que Dieu a disposé à son gré des vents, comme de serviteurs chargés d’apporter au peuple la nourriture qu’il désirait.

27 Et il fit pleuvoir sur eux de la viande, comme de la poussière, Et, comme le sable des mers, les oiseaux ailés ;

Comme de la poussière. Le vent, passant sur le désert, soulève des tourbillons de poussière ; dans ce cas-ci, le nuage qui tomba sur le camp était composé de cailles.

28 Il les fit tomber au milieu de leur camp, Tout autour de leurs demeures. 29 Ils mangèrent et se rassasièrent abondamment : Il leur avait envoyé ce qu’ils avaient convoité.

Ce qu’ils avaient convoité. La répétition voulue des mots : convoité et convoitise (verset 30), semble faire allusion au nom de Kibroth-Hatthaava (sépulcres de la convoitise), donné, d’après Nombres 11.34, au lieu où se passa cette scène.

30 Ils n’avaient point encore satisfait leur convoitise, La nourriture était encore dans leurs bouches, 31 Que la colère de Dieu s’éleva contre eux ; Il frappa à mort leurs hommes forts, Il abattit les jeunes hommes d’Israël.

La colère de Dieu… Cette viande, qu’ils avaient si fort désirée, fut la cause de la mortalité.

Avec cet aliment, ils avalèrent la flamme de la colère divine
— Calvin
32 Malgré tout cela, ils continuèrent à pécher, Et ils ne crurent pas à ses miracles.
32 à 39 La méchanceté humaine, en regard de la patience divine

Ce paragraphe résume, en termes généraux, toute l’histoire d’Israël au désert.

Malgré tout cela : malgré de si grands bienfaits et de si graves châtiments.

Ils ne crurent pas. Ici, comme au verset 22, le psalmiste fait ressortir quel a été le péché le plus grave d’Israël, celui qui explique tous les autres, l’incrédulité, qui a atteint son point culminant lors du retour des douze espions (Nombres 14.1).

33 Il laissa se consumer leurs jours dans la vanité Et leurs années par une fin soudaine.

Il laissa se consumer… hébreu : il consuma leurs jours dans la vanité ou dans un souffle, en les livrant à leur propre néant, comme une flamme qui s’éteint, parce qu’elle n’est pas alimentée. C’est l’accomplissement de la sentence prononcée Nombres 14.1-32.

34 Quand il les frappait de mort, ils le cherchaient, Ils revenaient et se hâtaient de chercher Dieu ;

Quand il les frappait de mort. Au milieu de ce déclin continu survenaient de temps en temps des jugements extraordinaires, qui hâtaient la destruction du peuple ; ainsi, l’invasion des serpents brûlants (Nombres 21.6). Ces catastrophes provoquaient des conversions passagères et trompeuses. Comparez Osée 6.4.

35 Ils se souvenaient que Dieu était leur Rocher, Et le Dieu Très-Haut leur Rédempteur. 36 Mais ils le trompaient de la bouche Et lui mentaient de la langue ; 37 Leur cœur n’était pas droit envers lui, Et ils n’étaient pas fidèles à son alliance.

Leur cœur n’était pas droit. On pourrait traduire aussi : n’était pas ferme, constant.

38 Mais lui, miséricordieux, pardonnait l’iniquité Et ne détruisait pas. Souvent il revint de sa colère Et ne laissa pas s’éveiller toute sa fureur.

Mais lui… pardonnait, littéralement : couvrait, expiait. Si peu durables que fussent ces retours, ils n’en donnaient pas moins à Dieu l’occasion de manifester sa compassion.

39 Il se souvint qu’ils n’étaient que chair, Un souffle qui s’en va et ne revient pas.

Ils n’étaient que chair : faibles et fragiles, en ce qui concerne leur nature corporelle, et, quant à leur vie morale, dominés dès leur naissance par l’attrait des sens. La première de ces notions est accentuée dans le second stiche. Quant à l’incurable faiblesse morale, il est à remarquer qu’elle est alléguée, dans le passage Genèse 6.3, comme motivant la destruction de l’humanité primitive ; ici, au contraire, elle explique la longanimité divine. En effet, la faiblesse native de toute une race rend son relèvement difficile et dans certains cas impossible ; d’autre part, elle atténue la responsabilité de chaque individu. Comparez Psaumes 103.13-14.

40 Que de fois ils lui furent rebelles au désert Et l’irritèrent dans la solitude !
40 à 55 Nouvelle énumération d’œuvres divines : miracles d’Égypte et miracles de Canaan

Ce paragraphe est introduit par une nouvelle mention de l’incrédulité du peuple (versets 40 à 42). Ces accusations portées contre Israël reviennent comme un triste refrain tout le long du psaume (versets 9 à 11 ; 17 à 20 ; 32 à 37 ; 40 à 42 ; 56 à 58).

41 Ils ne cessèrent de tenter Dieu Et de provoquer le Saint d’Israël. 42 Ils ne se souvinrent plus de sa main, Du jour où il les délivra de l’oppresseur, 43 Alors qu’il fit ses prodiges en Égypte Et ses miracles dans les campagnes de Tsoan.

Les campagnes de Tsoan. voir verset 12, note.

44 Il changea leurs fleuves en sang, Et ils n’en purent boire les eaux ; 45 Il envoya sur eux des scarabées qui les dévoraient Et des grenouilles qui les infestaient ;

Des scarabées. C’est la quatrième plaie (Exode 8.21), jointe à la seconde, celle des grenouilles. Le psalmiste ne se croit pas obligé de tout dire. Il choisit parmi les plaies celles qui frappèrent l’homme le plus directement dans ses jouissances, ses intérêts et sa vie.

46 Il livra leurs récoltes à l’insecte dévorant Et le fruit de leur travail à la sauterelle ;

L’insecte dévorant : autre nom de la sauterelle ; c’est la huitième plaie, qui est sans doute placée ici pour terminer la série des dévastations dues à des animaux nuisibles.

47 Il fit périr leurs vignes par la grêle Et leurs sycomores par de lourds grêlons ;

La grêle : septième plaie. Le sens du mot que nous traduisons par lourds grêlons est incertain. Nous suivons la traduction chaldéenne et l’explication des rabbins.

48 Il livra leur bétail à la grêle Et leurs troupeaux à la foudre ;

La foudre. Voir Exode 9.23.

49 Il jeta sur eux l’ardeur de sa colère, Le courroux, la fureur et l’angoisse, Une troupe d’anges de malheur ;

Anges de malheur, littéralement : mauvais anges, mais le terme mauvais nous paraît avoir ici le sens de nuisibles. On s’est demandé si le psalmiste attribue les plaies d’Égypte, spécialement la mort des premiers-nés, à l’intervention de démons. La question de la nature des anges ne nous semble pas être ici en cause ; il s’agit de leur rôle, comme agents destructeurs.

50 Il donna libre cours à sa colère, Il ne refusa point leurs âmes à la mort, Et il livra leurs vies à la mortalité, 51 Et il frappa tous les premiers-nés en Égypte, Les prémices de la force dans les tentes de Cham.

Cham : nom donné à l’Égypte, conformément à Genèse 10.7. Comparez Psaumes 105.23.

52 Il fit partir son peuple comme des brebis Et les conduisit comme un troupeau dans le désert.

Comme des brebis : contraste frappant avec les versets qui précèdent. La fureur qui se déchaîne sur les Égyptiens se transforme en douceur pour Israël, et de la mort des premiers-nés résultent la vie et la délivrance d’Israël.

53 Il les mena en sûreté, et ils n’eurent rien à craindre, Mais la mer recouvrit leurs ennemis.

Ils n’eurent rien à craindre. Ils auraient pu du moins n’éprouver aucune crainte, car Dieu les protégeait.

54 Il les fit arriver à sa sainte frontière, À cette montagne que sa droite a conquise.

Sa sainte frontière, littéralement : la frontière de sa sainteté ou de son sanctuaire. Toute la Terre-Sainte apparaît ici comme la résidence du Dieu saint.

À cette montagne… Nous ne pensons pas qu’il s’agisse ici ni de Silo, ni de Sion ; tout le pays montagneux de la Palestine est désigné comme la montagne de Dieu, par opposition aux plaines du désert. Comparez Exode 15.17.

55 Il chassa des nations devant eux, Il leur en partagea le pays au cordeau comme héritage, Et il fit habiter dans leurs tentes les tribus d’Israël. 56 Mais ils tentèrent le Dieu Trés-Haut Et furent rebelles contre lui, Et ils ne gardèrent pas ses témoignages.
56 à 72

Seconde partie : la réponse d’Israël à tant de bienfaits, c’est le redoublement de péchés et d’infidélités de l’époque des Juges, qui a pour résultat la destruction de Silo et le choix de Sion.

56 à 61 Infidélité et châtiment
57 Ils s’éloignèrent et furent infidèles comme leurs pères ; Ils tournèrent, comme un arc qui trompe,

Comme un arc qui trompe, qui se détend et fait dévier la flèche, au moment où elle va partir. Comparez Osée 7.16. Cette image fait allusion à l’arme de prédilection des guerriers d’Éphraïm (voir verset 9).

58 Ils excitèrent son indignation par leurs hauts-lieux Et sa jalousie par leurs idoles. 59 Dieu entendit et fut irrité, Il prit Israël en aversion ;

Dieu entendit… Une voix provocante se dégage des actes idolâtres ou impies, pour monter vers Dieu comme un blasphème.

60 Il abandonna la demeure de Silo, La tente qu’il avait dressée parmi les hommes ;

Il abandonna la demeure de Silo. Le départ de l’arche pour le camp avait été décidé par les chefs du peuple, comme moyen de salut (1 Samuel 4.1). Mais cette mesure était voulue de Dieu dans un tout autre sens : il abandonnait définitivement un lieu profané par les péchés du peuple et des sacrificateurs eux-mêmes.

61 Il laissa sa Force s’en aller captive Et sa Gloire tomber entre les mains des ennemis.

Sa Force…, sa Gloire : deux noms donnés à l’arche de l’alliance, qui était en effet pour Israël le gage du secours tout puissant qu’il pouvait attendre de Dieu.

62 Il livra son peuple au glaive Et se courrouça contre son héritage.

Il livra son peuple au glaive. Dans la bataille où l’arche fut prise, trente mille Israélites périrent (1 Samuel 4.10).

63 Le feu dévora ses jeunes hommes, Et ses vierges ne furent pas chantées ;

Le feu dévora… Il s’agit du feu de la colère divine, qui vient d’être mentionnée au verset précédent. Comparez verset 21.

Ses vierges ne furent pas chantées : ne furent pas célébrées dans des fêtes nuptiales, à cause du désastre où avaient péri tant de jeunes hommes.

64 Ses sacrificateurs tombèrent par l’épée Et ses veuves ne pleurèrent pas.

Ses veuves ne pleurèrent pas. Obligées de fuir, elles ne purent pas honorer leurs morts par les témoignages de leur deuil et les cérémonies funèbres habituelles. Ce vers se retrouve textuellement Job 27.15.

65 Alors le Seigneur s’éveilla comme un homme qui dort, Comme un héros qui pousse des cris, animé par le vin.
65 à 72 Le choix de Sion

Le Seigneur s’éveilla : image fréquente dans les Psaumes (Psaumes 7.7 ; Psaumes 35.23 ; Psaumes 44.24, etc.). Ici l’anthropomorphisme est plus accentué encore qu’ailleurs, puisque le réveil est représenté dans la suite du verset comme celui d’un héros dont l’ardeur et l’enthousiasme sont si exubérants qu’en le voyant, on le croirait animé par le vin. La hardiesse du langage biblique atteint ici son extrême limite. Il est à peine besoin de dire qu’en parlant d’un réveil de Dieu, le psalmiste se place au point de vue de l’ignorance humaine, pour laquelle Dieu semble dormir, quand il n’agit pas comme le voudrait l’homme. On a vu dans les versets qui précèdent comment Dieu, loin de dormir, abandonne volontairement Silo, livre son peuple au glaive, etc. Néanmoins, aux yeux d’Israël, jamais le sommeil divin ne fut plus profond que quand l’arche, loin de lui donner la victoire, aggrava la défaite et fut emmenée par l’ennemi. Mais le réveil fut d’autant plus étonnant, quand, sans aucune intervention humaine, Dieu frappa cet ennemi et le couvrit de honte (1 Samuel 5.6 ; 1 Samuel 7.7-11).

66 Il frappa au dos ses ennemis, Il les chargea d’un opprobre éternel.

Il frappa… il répudia … (verset 67) il choisit… (verset 68) il bâtit… (verset 69) : autant d’actes dans lesquels le psalmiste voit l’action souveraine de Dieu. Cette action divine est précisément ce qui se cache sous les causes visibles (verset 2) et ce que le prophète a pour mission de mettre en lumière.

67 Cependant il répudia la tente de Joseph Et ne choisit point la tribu d’Éphraïm. 68 Il choisit la tribu de Juda, La montagne de Sion qu’il aime. 69 Il bâtit son sanctuaire comme les lieux très hauts, Comme la terre, qu’il a fondée pour toujours.

Comme les lieux très hauts…, comme la terre : images exprimant l’idée d’une durée éternelle ; le sanctuaire subsistera aussi longtemps et plus longtemps que les cieux et la terre. Il est indestructible, comme création spirituelle, alors même que l’édifice dans lequel l’idée divine a pris corps peut disparaître. Comparez Psaumes 24.7 (portes éternelles) ; Jean 2.19 ; Matthieu 24.35.

70 Il choisit David, son serviteur, Il le tira des parcs de brebis,
70 à 72

Il choisit David… Un lien étroit rattache le choix de David à l’érection du sanctuaire. Le roi céleste, qui vient habiter en Sion, se choisit un homme par le moyen duquel il paîtra son peuple.

Il le tira des parcs des brebis… pour paître Jacob : parole qui fait ressortir à la fois le contraste et l’analogie des situations successives de David. En paissant avec prudence et sollicitude celles qui allaitent, il se préparait, sans le savoir, à conduire d’une main sage le peuple de Dieu.

Le psaume pourrait être prolongé, car les forces cachées qu’il met en évidence, la sainteté divine et l’infidélité humaine, sont toujours agissantes dans le cours de l’histoire. Le jour viendra où Juda lui-même, comme autrefois Éphraïm, sera mis de côté ; il cédera la place aux Gentils, en attendant que ces Gentils eux-mêmes, devenus apostats, voient un nouvel Israël reprendre le premier rang. Étienne, dans son discours (Actes 7.1), et saint Paul, dans l’épître aux Romains (Romains 11.1), prolongent en quelque sorte les lignes tracées ici par le psalmiste.

71 Il l’emmena d’auprès de celles qui allaitent, Pour paître Jacob, son peuple, Et Israël, son héritage. 72 Et il les fit paître selon l’intégrité de son cœur, Et les conduisit d’une main sage.