×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 66
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Psaumes 66

Merveilleuse délivrance

Ce psaume se rapporte à une grande délivrance nationale. Le peuple de Dieu a été pris et retenu comme dans un filet (verset 11), il a dû se courber, et, suivant l’image hardie du psalmiste, laisser des hommes monter sur sa tête (verset 12). Son affranchissement, qui rappelle les grands miracles de la sortie d’Égypte et de l’entrée en Canaan, est la démonstration de l’autorité souveraine dont Dieu dispose sur tous les peuples (verset 4). Une telle donnée fait penser au retour de la captivité.

Le psaume comprend cinq strophes. Il commence par une invitation générale adressée à toute la terre de louer Dieu (versets 1 à 4) ; puis les grands miracles d’autrefois sont rappelés (versets 5 à 7). La strophe centrale, la troisième, est consacrée à la détresse récente et à la délivrance qui font le sujet propre du psaume (versets 8 à 12) ; les deux dernières exposent la reconnaissance du peuple délivré (versets 13 à 15) et l’enseignement que donnent ces grands événements à tous ceux qui craignent Dieu (versets 16 à 20).

En ce qui concerne la suscription, il est à remarquer que ce psaume et le suivant sont les seuls où la mention du maître chantre ne soit pas accompagnée du nom de l’auteur présumé du cantique. En outre, les deux désignations de psaume (mizmor) et de cantique (schir) se trouvent réunies dans les psaumes 65 à 68. Dans celui-ci, l’accent qui, dans le texte hébreu, rattache comme un trait d’union le mot cantique à celui de psaume montre qu’il s’agit d’un chant de louange fait pour être exécuté dans un culte solennel, avec accompagnement d’instruments à cordes.

1 Au maître chantre. Cantique. Psaume. Poussez vers Dieu des cris de joie, toute la terre !
1 à 4 Appel à toute la terre

Le souffle universaliste qui se fait sentir déjà dans le psaume précédent est particulièrement fort dans celui-ci et dans le suivant.

2 Chantez la gloire de son nom, Rendez-lui gloire, en proclamant sa louange. 3 Dites à Dieu : Que tes œuvres sont redoutables ! À cause de la grandeur de ta force, tes ennemis te flattent.

Tes ennemis te flattent : sous l’impression de crainte produite par tes jugements. Comparez Psaumes 18.45, note.

4 Toute la terre se prosternera devant toi ; Elle chantera à ton honneur ; elle chantera ton nom. (Jeu d’instruments.) 5 Venez et voyez les exploits de Dieu ; Il est redoutable dans ses hauts faits envers les fils des hommes.
5 à 7 Les délivrances de jadis

Venez et voyez… Lors même que le psalmiste pense ici à des œuvres accomplies bien des siècles avant lui (le passage de la mer Rouge et du Jourdain), il les voit, comme si elles s’opéraient sous ses yeux ; et en effet les grandes œuvres de Dieu n’appartiennent pas à une époque spéciale : leurs effets sont permanents, et les croyants de tous les temps les contemplent comme, accomplies pour eux.

6 Il a changé la mer en terre sèche ; On passa le fleuve à pied : Alors nous nous réjouîmes en lui. 7 Il domine par sa puissance éternellement ; Ses yeux surveillent les nations : Que les rebelles ne s’élèvent pas ! (Jeu d’instruments.) 8 Peuples, bénissez notre Dieu ! Et faites entendre la voix de sa louange !
8 à 12 Délivrances récentes
9 Il a rendu la vie à notre âme, Et il n’a point permis que notre pied bronchât. 10 Car tu nous as mis à l’épreuve, ô Dieu ! Tu nous as fait passer au creuset, comme l’argent.

Au creuset, comme l’argent. Comparez Ésaïe 1.25 ; Zacharie 13.9. Ce qui semblait devoir détruire Israël n’était destiné qu’à le purifier.

11 Tu nous as amenés dans le filet, Tu nous as mis sur les reins un pesant fardeau.

Un pesant fardeau : devenu captif ou tributaire de l’ennemi, Israël a dû accomplir les travaux d’un esclave.

12 Tu as fait monter l’homme mortel sur nos têtes ; Nous avons passé par le feu et par l’eau ; Mais tu nous as mis au large et dans l’abondance.

Tu as fait monter l’homme mortel… littéralement : Tu as fait chevaucher l’homme mortel sur nos têtes. L’hébreu ne permet pas de traduire : par-dessus nos têtes, comme s’il s’agissait d’un champ de bataille où morts et blessés sont foulés aux pieds des chevaux. L’expression chevaucher sur signifie : traiter tyranniquement et outrageusement. Israël a dû baisser la tête sous les exigences de maîtres qui, avec toutes leurs prétentions, n’étaient que des hommes mortels. Le terme énosch désigne l’homme dans ce qu’il a de débile et de misérable. Ce sont de tels hommes qui, de tout leur poids, ont pesé sur les têtes du peuple de Dieu.

13 Je veux entrer dans ta maison avec des holocaustes, Je veux m’acquitter envers toi des vœux
13 à 15 Reconnaissance du peuple délivré

Je veux entrer. Dès ce moment la personne du psalmiste apparaît au premier plan ; le je remplace le nous. Pourtant la diversité des offrandes mentionnées verset 15 montre bien qu’il s’agit ici du peuple entier.

14 Que mes lèvres ont prononcés, Et que ma bouche a proférés dans ma détresse.

Que mes lèvres ont prononcés, ou pour lesquels mes lèvres se sont ouvertes. Le même verbe ouvrir est employé Juges 11.35 et Job 35.16 à propos de vœux ou de plaintes formulés précipitamment sous la pression de l’angoisse.

15 Je t’offrirai en holocauste des agneaux gras, Avec les béliers fumant sur l’autel ; Je sacrifierai des taureaux avec des boucs. (Jeu d’instruments.) 16 Venez, écoutez, que je vous raconte, Ô vous qui craignez Dieu, Ce qu’il a fait à mon âme.
16 à 20

Dieu exauce !

C’est là l’enseignement qui se dégage des faits accomplis et que le psalmiste éprouve le besoin de proclamer.

Ce qu’il a fait à mon âme. Telle a été l’intensité de sa prière, que la cause de son peuple s’est confondue avec la sienne et que la délivrance commune est pour lui une délivrance personnelle.

17 Je l’ai invoqué de ma bouche, Je l’ai glorifié de ma langue.

De ma bouche : à haute voix, et non seulement en secret.

Je l’ai glorifié : la supplication était accompagnée de la louange, qui ne fait jamais défaut dans la prière de la foi (Philippiens 4.6).

18 Si dans mon cœur j’avais eu en vue quelque iniquité, Le Seigneur n’aurait pas écouté.

Quelque iniquité. On peut demander une chose excellente avec une arrière-pensée intéressée (Jacques 4.3).

19 Mais vraiment Dieu a entendu ; Il a prêté l’oreille à la voix de ma prière. 20 Béni soit Dieu, qui n’a point rejeté ma prière, Ni retiré de moi sa bonté !

Il n’a point rejeté ma prière. L’assurance que le psalmiste a de son intégrité ne diminue en rien son humilité ; si Dieu l’a exaucé, ce n’est point pour y avoir été contraint par un mérite ou un droit du suppliant, mais en vertu de sa bonté.