Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 18
Bible Annotée (interlinéaire)

Verset à verset  Double colonne 

Plan du commentaire biblique de Psaumes 18

David, vainqueur de tous ses ennemis, rend gloire à l’Éternel

Les rois de l’antiquité avaient la coutume de faire graver sur des monuments ou d’écrire eux-mêmes le récit de leurs victoires. Il était naturel que David, dont l’élévation avait été si merveilleuse, parlât de ses luttes, de ses dangers et de ses délivrances. Il le fait dans ce psaume, non pour se glorifier lui-même, mais dans un sentiment de vive reconnaissance envers l’Éternel, dont l’intervention en sa faveur a été si manifeste.

Les images splendides dont il se sert dans la première partie de ce cantique (versets 5 à 20) sont empruntées au souvenir de la grande délivrance qui fut le point de départ de l’histoire israélite, le passage de la mer Rouge. David, au faîte de sa grandeur, s’identifie avec son peuple prospère et puise ses images dans le souvenir de la grande crise de détresse et de danger par laquelle ce peuple avait dû passer. Ce rapprochement n’est du reste pas arbitraire. La même pensée divine se réalise dans l’histoire de David et dans celle d’Israël, l’ancien peuple persécuté, appelé à devenir le peuple roi. Elle se réalisera mieux encore dans l’histoire du vrai Serviteur de l’Éternel, qui sera plongé dans les détresses du sépulcre (verset 6), mais qui sortira du tombeau pour être introduit dans la gloire.

Tout en rappelant le passé, ce psaume annonce l’avenir. Aussi les apôtres Pierre et Paul ont-ils fait ressortir son caractère prophétique comparez verset 5 avec Actes 2.24 et verset 50 avec Romains 15.9). L’ancienne version syriaque l’intitule : Cantique d’actions de grâces pour le jour de l’Ascension de Jésus-Christ. Saint Augustin dit que ce psaume concerne Christ et l’Église. Luther et après lui de nombreux commentateurs modernes ont développé des pensées analogues.

Ce même cantique se trouve déjà 2 Samuel 22.1-51, au terme des récits concernant le règne de David. On a conclu de là qu’il doit avoir été composé vers la fin de la vie de ce roi. Nous pensons plutôt que si l’auteur du second livre de Samuel l’a inséré à la fin de son écrit, c’est pour ne pas interrompre la suite des récits historiques qui remplissent le corps du livre. L’époque qui convient mieux que toute autre à la composition de ce chant triomphal est celle qui suivit les premières grandes victoires de David (2 Samuel 8.1-18). Contemplant à ce moment-là son passé si difficile et son inconcevable élévation, David offre à Dieu ce psaume comme son sacrifice d’actions de grâces. Le repos même dont il jouissait alors l’exposait, hélas ! à sa plus grande chute ; c’est là ce qui nous fait mesurer la distance infinie qui le sépare du Messie qu’il annonçait, dont la sainteté est parfaite et la gloire sans ombres. Les différences entre le texte du psaume et celui de 2 Samuel 22.1-51, ne portent que sur des détails qui ne modifient en rien le sens général. Voir à ce sujet l’introduction au chapitre 22 de 2 Samuel.

En faisant abstraction du préambule (versets 2 à 4) et de la conclusion (versets 47 à 51), nous trouvons dans ce psaume trois parties distinctes :

  1. la grande dé.livrance, versets 5 à 20
  2. le principe en vertu duquel l’Éternel délivre, versets 21 à 27
  3. les victoires récentes, versets 28 à 46.
1 Au maître chantre. Du serviteur de l’Éternel, de David, qui adressa à l’Éternel les paroles de ce cantique, lorsque l’Éternel l’eut délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül.

Du serviteur de l’Éternel. C’est là le titre d’honneur des hommes que Dieu a appelés à un rôle important dans l’histoire de son règne : Moïse, Josué, les prophètes, les apôtres. David l’obtient en sa qualité de roi selon le cœur de Dieu. Cette suscription n’est d’ailleurs très probablement pas de la main de David lui-même.

2 Il dit : Je veux t’aimer de tout mon cœur, ô Éternel, qui es ma force !

2 à 4

Préambule, donnant la note de tout le cantique.

Je veux t’aimer de tout mon cœur. Le verbe racham, qui signifie chérir avec tendresse, désigne ordinairement l’amour de Dieu envers ceux qui lui appartiennent. Il apparaît ici sous une forme grammaticale exceptionnelle, comme si David, ne trouvant aucune expression correspondant à ses sentiments, avait éprouvé le besoin d’en créer une. Les expressions accumulées au verset 3 expliquent cet ardent amour, en rappelant tout ce que l’Éternel a été pour David.

3 Éternel, mon rocher, ma forteresse et mon libérateur ! Mon Dieu ! Le roc où je me réfugie ! Mon bouclier, la corne de mon salut, ma haute retraite !

Rocher, forteresse, retraite. Ces images sont évidemment inspirées à David par le souvenir de l’asile qu’il trouva souvent dans les gorges et les cavernes ou sur les cimes des montagnes de Juda. Le premier de ces termes, séla, désigne proprement une fissure dans une paroi de rocher. Le mot roc : tsour est emprunté à Deutéronome 32.4, Deutéronome 32.37, où il est employé presque comme nom propre, il rappelle l’immuable fidélité de l’Éternel.

La corne de mon salut. La corne du taureau est ici l’image d’une arme offensive, tandis que le bouclier est l’arme défensive. De nos jours encore les chefs abyssins portent une corne d’argent sur la tête dans les festins destinés à célébrer une victoire.

4 Je m’écrie : Loué soit l’Éternel !
Et je suis délivré de mes ennemis.

Loué soit l’Éternel. Louer Dieu au sein du danger, c’est faire triompher la foi sur toutes les circonstances adverses et ouvrir en quelque sorte la porte à l’intervention divine. Comparez Néhémie 8.10 ; 2 Chroniques 20.22.

5 Les liens de la mort m’entouraient, Les torrents de la perversité m’épouvantaient ;

5 à 20 La grande délivrance

5 à 7 Le danger et la supplication

Tous les dangers courus par David lui apparaissent sous la double image de filets jetés sur lui par un chasseur et de torrents qui vont engloutir un homme.

Les liens de la mort. Le même mot hébreu peut signifier, avec une légère différence de ponctuation, liens ou douleurs de l’enfantement. C’est ce dernier sens qu’a reproduit la version des LXX, suivie par Actes 2.24.

Les torrents de la perversité, littéralement : de Bélial, nom qui signifie : ce qui n’a aucune valeur, puis, à la fois, perversité et perdition. Ce terme est devenu un des noms de Satan (2 Corinthiens 6.15).

6 Les liens du sépulcre m’enlaçaient, Les filets de la mort m’avaient surpris. 7 Dans mon angoisse, j’invoquai l’Éternel,
Et je criai à mon Dieu. De son palais il entendit ma voix,
Et le cri que je poussai devant lui parvint à ses oreilles.

De son palais. Comparez Psaumes 11.4, note ; Psaumes 29.9. C’est du ciel qu’il est question : au moment dont parle le psalmiste le temple de Jérusalem n’existait pas encore.

8 Et la terre fut ébranlée et trembla ; Les fondements des montagnes chancelèrent
Et furent ébranlés, parce qu’il était courroucé.

8 à 15 L’Éternel intervient dans l’ouragan

L’orage se forme (versets 8 et 9), il arrive menaçant (versets 10 à 12), il éclate (versets 13 à 15). Dès le verset 5 David a présentes à l’esprit les scènes du passage de la mer Rouge. Le tremblement de terre et l’orage qu’il décrit à partir du verset 8 ne sont pas mentionnés dans le récit de l’Exode, mais il y est fait allusion, Psaumes 77.19, La terre fut ébranlée et trembla. L’hébreu renferme une paronomase : vatthigueasch, vatthireasch.

9 Une fumée montait de ses narines, Un feu dévorant sortait de sa bouche ; Des charbons embrasés en jaillissaient.

Une fumée… Les phénomènes de la nature apparaissent ici comme les manifestations de la colère divine.

Les charbons embrasés : les éclats de la foudre.

10 Il abaissa les cieux et descendit ; Une sombre nuée était sous ses pieds.

Une sombre nuée sous ses pieds, comme le voile destiné à cacher sa gloire. Comparez Exode 19.16 ; Exode 20.24 ; 1 Rois 8.12 ; Luc 9.34.

11 Il était monté sur un chérubin et volait, Planant sur les ailes du vent.

Monté sur un chérubin. Les chérubins apparaissent Genèse 3.24, comme les gardiens du paradis et Ézéchiel 1.5 ; Ézéchiel 10.1, comme les porteurs du trône de l’Éternel (voir les notes de ces passages). Dans la vision Apocalypse 4.6, ils entourent le trône de Dieu. Les portes des palais assyriens et babyloniens étaient gardées par d’immenses statues représentant soit des taureaux ailés à tête d’homme, soit des lions ailés à face humaine, soit des corps humains à tête d’aigle, munis de grandes ailes. Ces êtres mythologiques, nommés Kirubu, ont évidemment une analogie avec les chérubins bibliques. Seulement il en est de cette analogie comme de toutes celles que l’on constate entre la religion de l’Ancien Testament et les cultes païens : la ressemblance dans la forme fait ressortir la différence du fond. Pour les Assyro-Babyloniens, les chérubins représentaient des divinités réelles ou du moins des génies que l’on adorait ; dans l’Écriture ils n’apparaissent que dans une dépendance immédiate vis-à-vis de l’Éternel, à tel point que l’on se demande s’il ne faut pas voir en eux la personnification poétique des forces de la nature, plutôt que des êtres distincts.

12 Il mit tout autour de lui, comme une tente, le voile des ténèbres, L’obscurité des eaux et les sombres nuages.

Comme une tente. Comparez Job 36.29.

L’obscurité des eaux : les torrents de pluie qui se déversent par places.

13 De l’éclat qui le précédait sortaient les nuées, Lançant la grêle et les charbons de feu.

De l’éclat qui le précédait. La personne de Dieu est représentée comme entourée d’une lumière éblouissante, d’où se dégagent les nuées chargées de foudre.

14 Et l’Éternel tonna dans les cieux. Le Très-Haut fit entendre sa voix Au milieu de la grêle et des charbons de feu.

Le Très-Haut (Eliôn) : le Dieu suprême de l’univers, dont Melchisédek a été le sacrificateur (Genèse 14.19). Il est à remarquer que l’on trouve réunis dans ce psaume la plupart des noms de Dieu : Elohim, Jahvé, El (verset 31), Eloah (verset 32).

Au milieu de la grêle et des charbons de feu. Cette ligne, qui reproduit le dernier stiche du verset 13, ne figure ni dans le passage parallèle du chapitre 22 de 2 Samuel, ni dans la traduction des Septante ; elle est peut-être l’addition d’un copiste.

15 Il lança ses flèches et dispersa [les ennemis], Il jeta ses foudres et les mit en déroute.

Ses flèches : les éclairs qui frappent de toutes parts. Comparez Exode 14.24 ; 1 Samuel 7.10.

Il les mit en déroute. Le verbe hamam désigne la panique de l’épouvante. Il est aussi employé Exode 14.24.

16 Alors le fond des eaux apparut, Les fondements du monde furent mis à nu, À ta menace, ô Éternel, Au souffle du vent de ta colère.

16 à 20 Le salut

C’est ici surtout que l’allusion au passage de la mer Rouge est évidente.

À ta menace. Comparez Psaumes 104.7 ; Psaumes 106.9 ; Ésaïe 50.2. Jésus, dans la tempête, menace les vents et la mer (Matthieu 8.26).

17 Il étendit [sa main] d’en haut, me saisit, Me tira des grosses eaux ;

Il me tira des grosses eaux. Le verbe mâschâ, tirer, ne se retrouve que dans le récit d’Exode 2.10, où il sert à expliquer l’étymologie du nom de Moïse. Luther a paraphrasé : Il fit de moi un nouveau Moïse.

18 Il m’arracha à mon ennemi puissant, À mes adversaires, parce qu’ils étaient trop forts pour moi.

Mon ennemi puissant : pour David, Saül ; pour Israël, Pharaon. Ces deux personnages se correspondent dans la pensée du psalmiste.

19 Ils m’avaient surpris au jour de ma calamité, Mais l’Éternel fut mon appui. 20 Il m’a tiré au large, Il m’a délivré, parce qu’il a mis son plaisir en moi.

Il m’a tiré au large. Allusion à la situation d’Israël, qui s’était trouvé enfermé entre une armée, une montagne et la mer et celle de David enveloppé d’ennemis.

Il a mis son plaisir en moi. Même expression Matthieu 3.17, où il est parlé de Jésus, le véritable David.

21 L’Éternel m’a traité selon ma justice ; Il m’a rendu selon la pureté de mes mains,

21 à 27

Le principe en vertu duquel Dieu délivre.

Cette strophe explique pourquoi l’Éternel a pris plaisir en David. Le témoignage que David se rend ici à lui-même est confirmé par les déclarations du prophète Ahija et par l’auteur du premier livre des Rois (1 Rois 14.8 ; 1 Rois 15.5).

Selon ma justice. Voir l’introduction aux notes de Psaume 17. David atteste la pureté de ses intentions ; il ne prétend pas avoir atteint à une sainteté absolue. Il faut admettre pourtant que les déclarations de ces versets 21 à 27 n’ont pas été écrites après les confessions du Psaume 51.

22 Car j’ai gardé les voies de l’Éternel,
Et je n’ai pas été infidèle à mon Dieu ; 23 Car tous ses jugements ont été devant moi,
Et je n’ai point éloigné de moi ses statuts. 24 J’ai été intègre avec lui,
Et je me suis tenu en garde contre mon iniquité.

Mon iniquité. David entend par là le penchant au mal, naturel à tout homme.

25 Aussi l’Éternel m’a-t-il rendu selon ma justice, Selon la pureté de mes mains devant ses yeux. 26 Avec celui qui est bon, tu te montres bon, Avec l’homme intègre, tu te montres intègre ;

26 et 27

Ce que David vient de dire concernant sa personne n’est que l’application d’une règle générale, qu’il expose maintenant et en vertu de laquelle Dieu traite l’homme conformément à la manière dont l’homme agit envers lui.

27 Avec celui qui se purifie, tu te montres pur,
Et tu te joues du trompeur.

Tu te joues du trompeur, littéralement : Avec le perfide, tu agis perfidement, c’est-à-dire de telle manière que le trompeur se trouve trompé (Psaumes 7.15-17). Il y a là une suprême manifestation de justice. Tous les verbes de ces deux versets indiquent la conduite de Dieu en réponse à celle de l’homme par un mode verbal particulier (l’hithpaël), qui exprime le redoublement : Avec celui qui est bon tu multiplies tes bontés,… tu abondes en pureté, etc.

28 Oui, tu sauves le peuple affligé,
Et tu abaisses les yeux hautains.

28 à 46

Délivrances nouvelles.

Dans les dangers que lui a fait courir Saül et que rappelle la première partie du cantique, David a dû garder une attitude purement passive. L’Éternel l’a miraculeusement tiré des eaux, l’arrachant à un ennemi beaucoup plus puissant que lui. Cette délivrance correspond, dans la vie chrétienne, à la grâce du pardon et de la nouvelle naissance. Une fois mis en sûreté, David voit se présenter de nouveaux ennemis. Mais cette fois, Dieu forme ses mains au combat et lui donne de franchir les murailles. Ainsi, dans l’œuvre de la sanctification, le chrétien devient ouvrier avec Dieu.

28 à 31

Force invincible de celui qui a Dieu avec lui.

Le peuple affligé. L’adjectif hébreu ani signifie à la fois opprimé, humble et débonnaire, trois notions qui n’en font qu’une aux yeux du psalmiste. Comparez Psaumes 9.13 ; Psaumes 25.9, etc. Telle est aussi la caractéristique du Roi-Messie décrit par Zacharie 9.9 ; comparez Matthieu 11.29.

29 Oui, tu as fais briller ma lampe ; L’Éternel mon Dieu a éclairé mes ténèbres.

Ma lampe : symbole de vie et de prospérité.

30 Oui, avec toi, je me jette sur une troupe en armes ; Avec mon Dieu, je franchis la muraille.

Avec toi. La même assurance de la victoire est exprimée par saint Paul, Philippiens 4.13 et 2 Corinthiens 2.14.

31 Les voies de Dieu sont parfaites, La parole de l’Éternel est éprouvée au feu ; Il est un bouclier pour tous ceux qui se réfugient auprès de lui.

La parole de l’Éternel est éprouvée. Les promesses faites à David se sont accomplies malgré tous les obstacles accumulés contre elles ; elles ont subi l’épreuve du feu (comparez Psaumes 12.7). Cette parole est citée Proverbes 30.5.

32 Car qui est Dieu, hormis l’Éternel ? Qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu,

32 et 33

Ces victoires, impossibles à vues humaines, s’expliquent par une raison bien simple : L’Éternel seul est Dieu. Comparez Deutéronome 32.31, Deutéronome 32.39.

33 Le Dieu qui m’a ceint de force
Et qui a rendu parfaite ma voie ?

Il a rendu parfaite ma voie. Par le fait même que les voies de Dieu sont parfaites (verset 31), la voie de ceux qui cheminent avec lui le devient aussi.

34 Il a rendu mes pieds semblables à ceux des biches,
Et il m’a fait tenir debout sur mes hauteurs.

34 à 37 Force donnée à David

L’idée des versets 28 à 31 est développée, après la courte interruption explicative des versets 32 et 33.

Semblables à ceux des biches. L’agilité pour attaquer ou poursuivre l’ennemi se joint à la ténacité pour maintenir les positions conquises (mes hauteurs).

35 Il a formé mes mains au combat,
Et mes bras ont tendu l’arc d’airain.

L’arc d’airain. La vigueur de David égale son agilité. Dans l’Odyssée, l’adroit Ulysse est représenté comme avant tendu l’arc que personne n’avait pu courber (XXI, 409).

36 Tu m’as donné le bouclier de ton salut, Ta droite m’a soutenu,
Et ta condescendance daigna m’agrandir.

Ta condescendance. Dieu s’est abaissé à tendre la main à son serviteur, pour l’élever.

37 Tu as élargi le chemin sous mes pas,
Et les chevilles de mes pieds n’ont pas vacillé. 38 Je poursuis mes ennemis, et je les détruis,
Et je ne reviens pas que je ne les aie achevés.

38 à 46

Victoire complète.

Je poursuis, je détruis. David était résolu à briser complètement la force des ennemis de son peuple. Cette énergie rappelle par contraste la faiblesse d’Achab (1 Rois 20.31-43). Un tel acharnement dans la victoire n’avait rien d’étrange à cette époque. Le Seigneur, nouveau David, brisera avec un sceptre de fer ceux qui persisteront dans leur inimitié contre Dieu (Psaumes 2.9) et le chrétien ne doit accepter aucun compromis avec le péché.

39 Je les mets en pièces, et ils ne peuvent se relever ; Ils tombent sous mes pieds. 40 Tu m’as ceint de force pour le combat, Tu as fait plier sous moi mes adversaires, 41 Tu m’as fait voir le dos de mes ennemis,
Et j’ai anéanti ceux qui me haïssaient. 42 Ils crient… personne pour les sauver ! … À l’Éternel ; il ne leur répond pas.

Ils crient…, tout d’abord à leurs dieux ou aux hommes, mais sans résultat, puis à l’Éternel, qui repousse cette requête, dont la terreur est l’unique mobile. Comparez Proverbes 1.28-29 ; Ésaïe 1.15.

43 Je les réduis en poudre, comme la poussière que le vent emporte ; Je les balaie comme la boue des rues. 44 Tu m’as délivré des querelles de mon peuple, Tu m’as placé à la tête des nations ; Des peuples que je ne connaissais pas m’ont été soumis.

Les querelles de mon peuple : allusion aux rivalités qui, pendant sept ans, avaient empêché les tribus du nord de reconnaître comme leur roi un homme de Juda.

À la tête des nations. Reçu roi par tout Israël, David soumet les nations voisines (2 Samuel chapitre 8) ; il voit même des peuples lointains venir lui rendre hommage. Ces victoires préfigurent les conquêtes spirituelles de Jésus-Christ.

45 Pour avoir entendu parler de moi, ils m’ont obéi ; Les fils de l’étranger me flattent.

Les fils de l’étranger me flattent, hébreu : me mentent. David sait que leurs hommages sont dictés par la crainte.

46 Les fils de l’étranger défaillent,
Et ils sortent tremblants de leurs remparts.

Ils sortent de leurs remparts : pour faire leur soumission.

47 Que l’Éternel vive, et que béni soit mon Rocher ! Que le Dieu de mon salut soit exalté !

47 à 51 Conclusion

Le psalmiste, qui n’a cessé de rapporter à l’Éternel la gloire de ses délivrances, accentue encore ici l’action de grâces et prend la résolution de faire connaître le nom de l’Éternel à ces nations qu’il a soumises.

48 Le Dieu qui m’accorde des vengeances
Et qui m’assujettit les peuples !

Le Dieu qui m’accorde des vengeances. Un chrétien ne parlerait pas ainsi. Observons néanmoins que la vengeance purement personnelle n’était pas autorisée dans l’ancienne alliance (Lévitique 19.18), mais que la punition des coupables est une revanche de la justice divine, (Deutéronome 32.35). Dans l’affaire de Nabal, David, bénit l’Éternel de ce qu’il l’a empêché de faire le mal en se vengeant lui-même. On sait qu’il refusa de se venger de Saül. Il parle dans notre psaume comme le représentant de la cause de l’Éternel, avec le sentiment profond que ses ennemis sont ceux de son Dieu ; les vengeances dont il parle ne sont pas celles qu’il prend lui-même, mais celles que Dieu lui accorde (Romains 12.17-21).

49 Après m’avoir sauvé de mes ennemis, Tu m’as même élevé au-dessus de mes adversaires, Tu m’as délivré de l’homme violent.

Ce verset est une brève récapitulation du psaume entier.

L’homme violent : terme général par lequel est désigné avant tout Saül.

50 C’est pourquoi je veux te célébrer parmi les nations, ô Éternel,
Et je chanterai ton nom !

Parmi les nations. Cette parole est au nombre de celles que saint Paul cite pour prouver que le salut doit être prêché aux Gentils, Romains 15.9 (voir 2 Samuel 22.50, note).

51 Il accorde de grandes délivrances à son roi,
Et il use de bonté envers son oint, Envers David et sa postérité à toujours.

À toujours. Pour l’Israélite actuel, ce beau psaume se termine par une déclaration cruellement démentie par l’histoire. Le chrétien voit au contraire ici une parole messianique dont l’accomplissement dépasse toutes les espérances du psalmiste.