Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 140
Bible Annotée (interlinéaire)

Verset à verset  Double colonne 

Plan du commentaire biblique de Psaumes 140

Recours à l’Éternel contre les méchants

Ce psaume, ainsi que les deux suivants, nous ramène à l’époque des luttes de David. Nous y retrouvons les vives émotions et les images hardies du grand psalmiste.

Le Psaume 140 comprend quatre strophes, suivies d’une courte conclusion. Les trois premières strophes font appel à l’Éternel contre la violence et la perfidie des méchants (versets 1 à 9) ; la quatrième annonce le châtiment qui les atteindra (versets 10 à 12).

1 Au maître chantre. Psaume de David.

1 à 4 Ils complotent et médisent

Ils affilent leur langue, pour qu’elle perce comme un dard.

Un venin d’aspic… : parole citée par saint Paul (Romains 3.13).

2 Sauve-moi, ô Éternel, des hommes méchants ;
Préserve-moi des hommes violents, 3 Qui méditent de mauvais desseins dans leur cœur ;
Chaque jour ils suscitent des combats ; 4 Ils affilent leur langue comme le serpent,
Un venin d’aspic est sous leurs lèvres.
(Jeu d’instruments). 5 Garde-moi, Éternel, des mains des méchants ;
Préserve-moi des hommes violents,
Qui méditent de faire trébucher mes pas.

5 et 6 Ils dressent des embûches

6 Des orgueilleux m’ont dressé pièges et filets,
Ils ont tendu des rêts sur le bord du chemin,
Ils m’ont dressé des embûches.
(Jeu d’instruments).

Pièges…, filets… : images empruntées à la chasse et revenant fréquemment dans les psaumes de David (Psaumes 9.16 ; Psaumes 31.5 ; Psaumes 44.6, etc.).

7 J’ai dit à l’Éternel : Tu es mon Dieu !
Prête l’oreille, ô Éternel, à la voix de mes supplications.

7 à 9 Recours à l’Éternel

8 Éternel, Seigneur, force de mon salut,
Tu couvres ma tête au jour de la bataille.

Tu couvres ma tête, comme d’un casque (Psaumes 60.9 ; Éphésiens 6.17).

Au jour de la bataille, littéralement : au jour de l’armure, alors que le guerrier doit revêtir toutes ses armes pour une lutte décisive.

9 N’accorde pas, ô Éternel, au méchant ce qu’il désire,
Ne laisse pas réussir ses desseins : Ils s’élèveraient !
(Jeu d’instruments). 10 Que sur la tête de ceux qui m’assiègent
Retombe l’iniquité de leurs lèvres !

10 à 12 Le châtiment des méchants

Que sur la tête… Cette parole fait contraste avec ce qui vient d’être dit de la protection qui recouvre la tête de l’oint de l’Éternel. Si le texte primitif de ce verset n’a pas subi quelque modification, on y retrouve les irrégularités apparentes qu’offre parfois, par l’effet d’une violente émotion, le langage de David. Voici la traduction littérale : La tête de ceux qui m’assiègent, que l’iniquité de leurs lèvres les couvre. Comme le dernier mot du verset 9 : ils s’élèveraient, ne semble pas se rattacher d’une manière bien intime à ce qui précède, on a supposé qu’il appartenait primitivement au verset 10, ce qui donnerait le sens suivant :

S’ils élèvent la tête, ceux qui m’assiègent,
Que l’iniquité de leurs lèvres les recouvre !

L’image qui se présente ainsi à l’esprit est frappante. On voit s’élever une tête orgueilleuse ; mais elle est aussitôt recouverte de l’ignominie que cet orgueilleux a désirée pour son ennemi. Il est seulement difficile de se représenter comment une phrase aussi claire aurait pu être et rester mutilée, de manière à revêtir la forme qu’elle a dans nos manuscrits.

L’iniquité de leurs lèvres : le mal qu’ils ont souhaité et préparé pour d’autres. Sur le double sens du mot que nous traduisons ici par iniquité (hébreu, amal : malice et malheur), voir Psaumes 7.15, note.

11 Que l’on jette sur eux des charbons ardents,
Qu’on les précipite dans le feu,
Dans des gouffres d’eau d’où ils ne se relèvent pas ! 12 La langue méchante ne subsistera pas sur la terre.
Quant à l’homme violent,
Le mal s’attachera sans relâche à sa poursuite.

La langue méchante, littéralement : l’homme de langue, qui se sert, méchamment de sa langue.

S’attachera à sa poursuite. L’hébreu tsoud est un terme de chasse : suivre à la piste ; chercher par tous les moyens à s’emparer du gibier.

13 Je sais que l’Éternel fera justice à l’affligé
Et droit au misérable ;

13 et 14 Ferme confiance de l’affligé

14 Certainement les justes loueront ton nom,
Les hommes droits habiteront devant ta face.