Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 128
Bible Annotée (interlinéaire)

Verset à verset  Double colonne 

Plan du commentaire biblique de Psaumes 128

L’Éternel bénit ceux qui le craignent

C’est ici vraisemblablement la réponse des hôtes étrangers aux paroles du père de famille qui leur offre l’hospitalité (voir introduction au Psaume 127).

1 Heureux quiconque craint l’Éternel
Et marche dans ses voies !

1 à 3 Bonheur d’une famille que Dieu bénit

2 Oui, tu mangeras le fruit du travail de tes mains,
Tu es heureux et prospère.

Tu mangeras le fruit du travail… Ce qui ne signifie pas, comme on pourrait le croire : vivre de son travail, sans être obligé de recourir à l’assistance d’autrui. Pour les Hébreux, le contraire de manger le fruit de son travail c’est le voir manger par d’autres et c’est là un malheur et une punition divine mentionnés très souvent dans l’Écriture (Lévitique 26.16 ; Deutéronome 28.33, etc., Bovet). Le Psaume 127 rappelait que Dieu peut combler de biens celui qu’il aime pendant son sommeil. L’hôte accueilli dans la maison rappelle à celui qui vient de parler ainsi que, dans le cas présent, il y a eu travail persévérant, dans la crainte de Dieu.

3 Ta femme est comme une vigne féconde
Dans l’intérieur de ta maison,
Tes fils comme des plants d’olivier
Autour de ta table.

Une vigne…, des plants d’oliviers. De tous les arbres, ceux qui occupent la place d’honneur dans le symbolisme des Hébreux, ce sont sans contredit la vigne et l’olivier, qui faisaient, avec le figuier, la gloire et la richesse du sol de la Palestine. Comme, d’après la loi, l’huile et le vin devaient accompagner la plus grande partie des offrandes faites à l’Éternel, les arbres qui les produisent étaient, en quelque sorte, considérés comme sacrés et, par conséquent, employés souvent pour représenter le peuple saint.

Bovet

4 Oui, voilà comment sera béni
Un homme craignant l’Éternel.

4 à 6

Le pèlerin, reconnaissant de l’hospitalité qui lui est accordée, bénit ceux à qui il la doit.

5 Que l’Éternel te bénisse de Sion,
Et puisses-tu voir le bien de Jérusalem
Tous les jours de ta vie

De Sion : de cette sainte montagne, sous la protection de laquelle l’habitant de Jérusalem a le privilège de vivre et d’habiter.

Le bien de Jérusalem. Le vœu patriotique et religieux se joint aux vœux de l’amitié.

6 Et voir des fils à tes fils !
Paix sur Israël !

Et voir des fils à tes fils. Comparez Proverbes 17.6.

Paix sur Israël ! Ce vœu, qui se trouve déjà Psaumes 125.5, ferme en quelque sorte la parenthèse formée, au sein de ce groupe de psaumes, par les Psaumes 127 et 128 ; après ce regard jeté sur le bonheur domestique des familles craignant Dieu, la pensée va être ramenée aux grandes préoccupations concernant les destinées du peuple de l’Éternel.