×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 12
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Psaumes 12

L’homme trompeur et le Dieu de vérité

On a appelé ce psaume : la plainte de l’Église de tous les temps. À toutes les époques, en effet, les fidèles ont gémi sur la disparition de l’antique loyauté et sur la mauvaise foi régnante. Il y a là quelque chose de ce qu’éprouvait Élie, lorsqu’il croyait être le dernier des serviteurs de l’Éternel (1 Rois 19.14). On comprend un tel sentiment chez ceux qui, tout en constatant la séduction presque universelle du mensonge, voient disparaître une ancienne génération d’hommes de foi, sans pouvoir discerner encore dans la génération nouvelle ceux qui les remplaceront. Il est du reste des temps où le mal est plus apparent encore que de coutume.

Les circonstances auxquelles fait allusion ce psaume sont analogues à celles que révèlent les deux précédents.

Le psalmiste se tient ici à l’arrière-plan. Sa sollicitude se porte moins sur son sort à lui que sur celui de l’ensemble des fidèles qui, moins nombreux que jadis, décidés à ne pas recourir comme leurs adversaires aux armes de la fausseté et de la flatterie, semblent condamnés d’avance à être foulés aux pieds de gens sans scrupules.

Après une prière qui se transforme en une exécration à l’égard des méchants (versets 2 à 5), le psalmiste entend la déclaration solennelle de l’Éternel et la confiance renaît dans son cœur (versets 6 à 9).

1 Au maître chantre. Sur l’octave. Psaume de David.

Sur l’octave. Voir Psaumes 6.1, note.

2 Sauve, ô Éternel, car les hommes pieux ne sont plus ;
Les gens de bonne foi ont disparu d’entre les fils des hommes.

2 à 5 Appel à l’Éternel

3 Chacun parle faussement à son prochain, avec des lèvres flatteuses,
Ils parlent avec un cœur double.

Chacun… à son prochain. L’apôtre Paul prend la contrepartie de cette parole en exhortant chacun à parler selon la vérité à son prochain (Éphésiens 4.25).

4 Que l’Éternel retranche toutes les lèvres flatteuses,
La langue qui discourt avec arrogance,

Avec arrogance. Le flatteur sait tout le mal que peut faire sa langue (Jacques 3.5) ; il l’envisage comme une alliée toute puissante, qui lui assure l’impunité (verset 5) ; aussi sa bassesse se transforme-t-elle promptement en arrogance.

5 Ceux qui disent : nous faisons de nos langues une force,
Nous avons nos lèvres pour alliées ; qui dominera sur nous ? 6 À cause de la violence faite aux affligés, à cause du gémissement des pauvres,
Maintenant je me lève, dit l’Éternel,
Je vais mettre en sûreté celui qui soupire après le salut.

6 à 9

Réponse de l’Éternel et confiance du fidèle. Le style des versets 6 et 7 est plus ample que celui des autres strophes. Nous avons ici la déclaration divine qui change la face des choses (verset 6) et à laquelle le croyant ajoute son Amen ! (verset 7).

7 Les paroles de l’Éternel sont des paroles pures,
Un argent éprouvé qui du creuset coule sur le sol,
Purifié sept fois.

Paroles pures : sans aucune scorie de fausseté, par opposition aux paroles humaines dont il vient d’être parlé.

Qui du creuset coule sur le sol. L’extrême concision de l’expression hébraïque offre quelque obscurité. Le sens que nous avons admis dépeint l’argent liquide sortant du creuset dans toute sa pureté.

Sept fois. Le nombre sept désigne un développement arrivé à son terme et à sa perfection (comparez les jours de la création).

8 Toi, ô Éternel, tu les garderas,
Tu les protégeras contre cette génération à toujours,

Tu les garderas. Peut-être le psalmiste sent-il que lui-même, comme tant d’hommes pieux (verset 2), va bientôt, quitter la scène de ce monde. Sa prière, dans ce cas, offrirait une analogie avec celle du Seigneur (Jean 17.11, Jean 17.15).

Cette génération : les hommes dominés par l’esprit du siècle. Le Seigneur emploie souvent ce terme dans le même sens : Matthieu 11.16 ; Matthieu 12.39 ; Luc 11.32, etc.

9 Pendant que les méchants se démènent autour d’eux,
Alors que règne la bassesse parmi les fils de l’homme.