×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 114
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Psaumes 114

Tremble, ô terre, devant l’Éternel

Ce psaume, que l’on chantait à l’entrée du repas de la Pâque (voir introduction au Psaume 113), rappelle d’une façon aussi brève que pittoresque et saisissante les grands phénomènes de la nature qui accompagnèrent la sortie d’Israël d’Égypte et son entrée en Canaan. Le psalmiste, prêtant intelligence et conscience à la mer Rouge au Jourdain, au Sinaï, voit la mer s’enfuir, le Jourdain reculer, les montagnes tressaillir au passage d’Israël. Et pourquoi cela ? Parce que ce peuple est devenu le sanctuaire de l’Éternel. C’est devant Dieu que tremble toute la création. On comprend quel encouragement donnaient de telles paroles au peuple revenu de l’exil, si petit et si faible encore en face des puissances terrestres qui l’entouraient, et quelle exhortation se dégageait en même temps de ces souvenirs pour Israël. Absolument impuissant par lui-même, il est plus que vainqueur s’il est sur la terre le peuple de l’Éternel.

Le psaume comprend quatre strophes, de deux versets chacune.

1 Quand Israël sortit d’Égypte, La maison de Jacob du milieu d’un peuple au langage étranger,
1 et 2 Le sanctuaire de l’Éternel

Un peuple au langage étranger, littéralement : bégayant, balbutiant, que l’on ne comprend pas. Ce qui donne le plus vivement à un voyageur une impression d’isolement, dans un pays étranger, c’est le fait que la langue qu’on y parle lui fait l’effet d’un bredouillement inintelligible. Comparez Ésaïe 28.11, note. Cette impression n’était, il est vrai, pas celle des Hébreux qui avaient séjourné en Égypte, mais le psalmiste se sert néanmoins de cette image, pour faire sentir quelle barrière a toujours séparé son peuple des Égyptiens.

2 Juda devint son sanctuaire, Israël son empire.

Juda… Déjà au moment de la sortie d’Égypte, Dieu voyait en Juda le futur gardien du sanctuaire (Psaumes 78.68) tandis qu’Israël, dans son ensemble, constituait son empire (littéralement : ses empires). Cette expression d’empire, qui rappelle l’autorité de l’Éternel, sert de lien entre cette strophe et le reste du psaume.

3 La mer le vit et s’enfuit, Le Jourdain retourna en arrière.
3 et 4 Le saisissement de la création tout entière
4 Les montagnes sautèrent comme des béliers, Les collines comme des agneaux.

Comme des béliers : allusion à l’ébranlement du Sinaï et des montagnes avoisinantes, lors de la promulgation de la loi (Exode 19.18 ; Psaumes 68.9-9).

5 Qu’as-tu, mer, pour t’enfuir, Jourdain, pour retourner en arrière,
5 et 6

Comme s’il était spectateur de ces choses, le psalmiste s’étonne de ces phénomènes, incompréhensibles pour quiconque n’est pas au courant de l’œuvre divine qui s’accomplit dans le monde.

6 Vous, montagnes, pour sauter comme des béliers, Et vous, collines, comme des agneaux ? 7 Tremble, ô terre, devant le Seigneur, Devant le Dieu de Jacob,
7 et 8 Réponse triomphante de l’homme qui a compris que Dieu est là

Tremble… Tu as raison de trembler ainsi ; sache le faire encore à l’avenir !

8 Qui change le rocher en étangs d’eau, La pierre la plus dure en sources d’eau !

Qui change le rocher en étangs… Le même Dieu qui a ébranlé la terre a su aussi et saura de nouveau faire jaillir pour son peuple au sein du désert les eaux vives et salutaires, la vie même au sein de la mort. Comparez Ésaïe 35.6-7 ; Ésaïe 41.18.