×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Proverbes 3
Bible Annotée (interlinéaire)

1 Mon fils, n’oublie pas mes leçons, Et que ton cœur garde mes préceptes.
1 à 20 Quatrième discours

Écouter l’Éternel, accepter ses corrections, lui rendre ce qui lui est dû : confiance, amour, crainte, honneur, voilà la source du vrai bonheur. Deux parties : versets 1 à 12, préceptes divers formant six doublets dont chaque premier verset renferme une exhortation, tandis que chaque second verset renferme une promesse ; versets 13 à 20, valeur unique de la sagesse : elle est la source de tous les biens que peut désirer l’homme, un arbre de vie, une force qui a agi dès avant les siècles et qui a travaillé avec Dieu même dans l’œuvre de la création.

Exhortation

Mes leçons, … mes préceptes, qui vont suivre. L’Ancien Testament ne recherche pas la sagesse ; il la présente comme quelque chose d’objectif à qui la recherche.

2 Car ils te procureront de longs jours et des années de vie, Et ils te donneront le bonheur.
Promesse

Triple bénédiction : longévité, vie qui mérite ce nom et bien-être absolu.

3 Que l’amour et la fidélité ne te quittent pas Attache-les à ton cou, Inscris-les sur la table de ton cœur !
Exhortation

L’amour… Le mot que nous rendons ainsi (chésed), désigne, comme le grec agapé, l’amour de Dieu pour les hommes, de l’homme pour Dieu et des hommes les uns pour les autres. Ici, il a le second de ces trois sens.

La fidélité : la confiance, la foi, la constance, la droiture. L’amour et la fidélité, c’est un amour sincère et durable.

Ne te quittent pas : ne te quittent jamais par ta faute.

À ton cou, comme le plus beau des colliers (Proverbes 1.9) ; ou bien, dans le sens d’Exode 13.9 et Deutéronome 6.8 : penses-y toujours ! Voir notes à ces passages et la suite de notre verset. Dans ce dernier sens, la coutume de porter des phylactères serait la réalisation matérielle d’un ordre qui devait être pris dans un sens figuré.

4 Et tu obtiendras grâce et saine intelligence Aux yeux de Dieu et des hommes.

Et tu obtiendras, littéralement : et obtiens. Ici la promesse est présentée sous la forme d’un impératif : Et sur cette voie tu trouveras.

Grâce et saine intelligence : faveur et réputation d’homme sage.

Aux yeux de Dieu, qui ne se trompe pas, et des hommes, si facilement envieux et mal disposés.

5 Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ton propre sens.

Que la double faveur dont tu jouiras ainsi, ne te rende point présomptueux ; ne cesse pas pour cela de t’appuyer sur l’Éternel.

6 Dans toutes tes voies regarde à lui, Et il aplanira tes sentiers.

Regarde à lui, littéralement : Connais-le ! Cherche sa pensée.

7 Ne sois point sage à tes propres yeux ; Crains l’Éternel et garde-toi du mal.
7 et 8 Quatrième doublet

Trois conditions et deux promesses.

8 Ce sera la santé de ton corps Et le rafraîchissement de tes os.

De ton corps, littéralement : de ton nombril, considéré comme le centre de tout le corps et le siège de la vitalité.

9 Honore l’Éternel de tes biens Et des prémices de tout ton revenu ;

Honore… Ces offrandes n’ont de sens qu’accompagnées du vif sentiment de ce que l’homme doit à Dieu. Sur les dîmes et les prémices, voir Lévitique 27.30 et Nombres 18.21, et déjà Genèse 28.22 ; Genèse 4.4.

Se rempliront, bien loin de se vider. Comparez Matthieu 3.10-12.

10 Et tes greniers se rempliront d’abondance, Tes cuves déborderont de moût. 11 Ne repousse pas, ô mon fils, la correction de l’Éternel, Et ne te rebute pas de sa réprimande.
11 et 12

Après les conseils adressés à l’homme dont les affaires prospèrent, en voici qui regardent celui que visite l’adversité. Ces versets sont cités Hébreux 12.5, d’après les Septante, qui, au lieu de comme un père (oukeav), ont lu il châtie (jakeïv). Ils expriment l’idée qu’expose Élihu, dans les chapitres 32 à 37 de Job : les épreuves que Dieu envoie aux siens ont pour mobile l’amour, et pour but le perfectionnement du fidèle.

12 Car l’Éternel reprend celui qu’il aime, Comme un père l’enfant qu’il chérit. 13 Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, L’homme qui arrive à posséder l’intelligence !

À partir d’ici la pensée se généralise : valeur incomparable de la sagesse.

14 Car le trafic en est préférable au trafic de l’argent ; Ce qu’elle rapporte est meilleur que l’or fin.

Car. L’influence de ce car se fait sentir jusqu’à la fin du discours.

15 Elle a plus de prix que le corail, Et tout ce que tu as de précieux ne la vaut pas. 16 Dans sa main droite il y a de longs jours, Dans sa gauche, richesse et honneur.

La sagesse est représentée comme une personne tenant dans chacune de ses mains les plus grands biens imaginables, mentionnés aussi ensemble, 1 Rois 3.13, comme accompagnant naturellement la sagesse.

17 Ses voies sont des voies agréables, Tous ses sentiers mènent au bonheur. 18 Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent ; Qui la tient ferme est rendu bienheureux.

Un arbre de vie. Image empruntée à Genèse 2.9 ; Genèse 3.22. Voir encore Proverbes 11.30 ; Proverbes 13.12 ; Proverbes 15.4.

19 Par la sagesse l’Éternel a fondé la terre ; Il a établi les cieux par l’intelligence.
19 et 20

L’idée de la coopération de la Sagesse à l’œuvre créatrice sera développée Proverbes 8.22 et suivants. De quel prix ne doit pas être pour l’homme celle qui a été un auxiliaire précieux pour le Créateur ?

Se sont fendus : allusion à la formation des continents et des océans (Genèse 1.9-10 ; Job 38.8).

20 Par sa science les abîmes se sont fendus Et les nuages ont distillé la rosée. 21 Mon fils, ne les perds pas de vue ! Garde la prudence et la réflexion !
21 à 26 Cinquième discours

Plusieurs regardent ces versets comme faisant encore partie du discours précédent, dont ils seraient l’application.

Ne les perds pas de vue. Le mot les se rapporte aux vertus mentionnées en dernier lieu (sagesse, intelligence, science). Les versets 19 et 20 les considéraient en Dieu, mais Dieu en fait part aux hommes.

22 Elles seront la vie de ton âme, Une parure à ton cou.

Une parure à ton cou. Comparez Proverbes 1.9.

23 Alors tu iras ton chemin en sécurité, Et ton pied ne bronchera pas. 24 Quand tu te coucheras, tu n’auras pas de frayeur ; Couché, tu auras un sommeil agréable.

La nuit est le temps où, toute occupation cessant, l’âme inquiète est la proie de ses soucis.

25 Tu n’auras pas à craindre les terreurs soudaines, Ni l’orage qui fondra sur les méchants.

Les terreurs soudaines : qui hantent l’imagination de l’homme que la sagesse n’a pas gardé.

L’orage. Comparez Proverbes 1.27.

26 Car l’Éternel sera ton assurance ; Il préservera ton pied de tout piège. 27 Ne refuse pas un bienfait à celui qui y a droit, Quand tu as le pouvoir de l’accorder.
27 à 35 Sixième discours

Neuf préceptes, plus détachés les uns des autres que ce qui précède. Les cinq premiers, jusqu’au verset 31, ont une forme prohibitive et sont relatifs à l’amour du prochain. Depuis le verset 32, quatre versets recommandent d’éviter les méchants, à l’égard desquels Dieu lui-même adopte une attitude tout autre que celle qu’il prend dans ses relations avec les justes.

La traduction : Ne retiens pas le bien de ceux auxquels il appartient, encore qu’il fût en ta puissance de le faire, est possible, mais la pensée du verset suivant ne la favorise guère.

28 Ne dis pas à ton prochain : Va, et reviens ! Demain je donnerai, Quand tu as de quoi donner.

Demain je donnerai ! Refus qui prend les beaux dehors d’une promesse.

29 Ne machine pas du mal contre ton prochain, Quand il demeure en sécurité près de toi.

Ici aussi il y a une lâche duplicité.

30 N’entre pas sans cause en procès avec quelqu’un, Quand il n’a eu aucun tort envers toi.

Sans cause : le début du verset est expliqué par sa fin.

31 Ne porte pas envie à l’homme violent Et ne choisis aucune de ses voies.

Ne porte pas envie, quand même tu le verrais prospérer, à l’homme violent, qui pour atteindre son but ne recule pas devant la violation des lois et l’emploi des moyens déshonnêtes et criminels.

32 Car le pervers est en abomination à l’Éternel, Mais [il accorde] son intimité aux hommes droits.

Son intimité. Comparez Job 29.4.

33 La malédiction de l’Éternel est sur la maison du méchant ; Il bénit la demeure des justes.

Comparez Zacharie 5.3-4.

34 S’il se moque des moqueurs, Il accorde sa faveur aux humbles.

S’il se moque des moqueurs… Les Septante traduisent : Le Seigneur résiste aux orgueilleux. C’est sous cette forme-là que ce verset a passé dans Jacques 4.6 et 1 Pierre 5.5.

35 Les sages hériteront la gloire ; L’opprobre emportera les insensés.

Ce morceau aboutit, comme Proverbes 1.32-33 et Proverbes 2.21-22, à ce grand contraste entre bons et méchants que le Psaume 1 a placé en tête du recueil des cantiques.