×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Lévitique 9
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Lévitique 9

L’entrée en fonctions

La semaine de consécration est accomplie. Au premier jour de la nouvelle semaine, Aaron et ses fils entrent en fonctions par une cérémonie d’inauguration particulièrement solennelle, comprenant trois sacrifices pour Aaron, ses fils et le peuple et trois spécialement pour le peuple, mais de telle sorte que les troisièmes des deux séries sont confondus en un seul. Ce sont pour chaque série un sacrifice pour le péché, un holocauste et un sacrifice d’actions de grâces. Ce récit est précédé d’une introduction et aboutit à une manifestation divine qui met le sceau à l’inauguration du sacerdoce.

1 Le huitième jour, Moïse, ayant appelé Aaron et ses fils et les Anciens d’Israël,

1 à 7 Introduction

Il y a double convocation : celle d’Aaron et de ses fils, qui étaient dans le parvis (Lévitique 8.33) et celle des Anciens, comme représentants du peuple (Lévitique 8.3). Moïse transmet les ordres de Dieu aux premiers et par ceux-ci aux seconds.

2 dit à Aaron : Prends un jeune veau pour le sacrifice pour le péché, et un bélier pour l’holocauste, tous deux sans défaut, et offre-les à l’Éternel.

Ordres relatifs aux sacrifices pour Aaron et les sacrificateurs.

Un jeune veau : non plus un taureau, comme précédemment (Lévitique 8.14) ; car la propitiation essentielle est accomplie ; mais une victime rappelant pourtant le péché dont les sacrificateurs eux-mêmes ne cessent d’être entachés et la nécessité toujours nouvelle de l’expiation au moment de s’approcher du Dieu saint. Dans les cultes païens, tout tendait à relever l’ordre sacerdotal et à faire passer la barrière entre lui et le peuple. Dans le culte israélite, le sacerdoce est confondu avec le peuple dans une humiliation commune ; Dieu seul apparaît comme saint.

Comme c’est ici le seul cas où le veau serve de victime pour le péché, on a pensé, mais probablement sans raison, que cet ordre faisait allusion au péché du veau d’or, dont Aaron portait en partie la responsabilité.

Un bélier : comme dans les jours précédents (Lévitique 8.18).

3 Et tu parleras ainsi aux fils d’Israël : Prenez un bouc pour le sacrifice pour le péché ; un veau et un agneau âgés d’un an, sans défaut, pour l’holocauste ;

3 à 6 Ordres relatifs aux sacrifices pour le peuple

Aux fils d'Israël : aux Anciens et, en leur personne, à tout le peuple. C’étaient eux qui devaient fournir les victimes pour cette seconde série de sacrifices.

Un bouc : c’est la victime prescrite pour les sacrifices pour le péché offerts en faveur du peuple (Lévitique 4.23).

Un veau et un agneau : deux victimes pour l’holocauste, qui pourtant n’est pas considérable, en comparaison des holocaustes offerts par le peuple dans de grands jours de fête (Nombres 28.11 ; Nombres 29.2). C’est que ce jour n’a point le caractère d’un jour de réjouissance ; c’est pourquoi aussi (verset 4) le sacrifice d’actions de grâces ne se compose que d’un taureau et d’un bélier. Mais si les victimes sont peu abondantes, ces sacrifices n’en forment pas moins un cycle complet et constituent ainsi le culte plénier destiné à préparer l’éclatante manifestation du bon plaisir de l’Éternel qui doit le couronner (verset 6).

L’Éternel vous apparaîtra : voir versets 23 et 24.

4 un taureau et un bélier pour le sacrifice d’actions de grâces, pour les sacrifier devant l’Éternel, et une oblation pétrie à l’huile ; car aujourd’hui l’Éternel vous apparaîtra. 5 Et ils amenèrent devant la Tente d’assignation ce que Moïse avait commandé ; et toute l’assemblée s’approcha et se tint devant l’Éternel. 6 Et Moïse dit : Voici ce que l’Éternel vous ordonne ; faites-le, et la gloire de l’Éternel vous apparaîtra. 7 Et Moïse dit à Aaron : Approche-toi de l’autel ; offre ton sacrifice pour le péché et ton holocauste ; et fais propitiation pour toi et pour le peuple ; présente aussi l’offrande du peuple et fais propitiation pour eux, comme l’Éternel l’a commandé.

Bien que dûment installé, Aaron ne fait rien par lui-même ; il attend l’ordre de Moïse. Les Anciens doivent ainsi recevoir l’impression qu’il ne s’est pas arrogé lui-même les fonctions qu’il remplit.

Pour toi et pour le peuple. À proprement parler, ce premier sacrifice ne concerne qu’Aaron lui-même et sa maison. Mais le sacerdoce d’Aaron est au service du peuple et la propitiation accomplie pour lui-même est la condition de l’efficacité de la propitiation qu’il doit accomplir pour le peuple.

Présente aussi l’offrande du peuple. Ces mots se rapportent à la seconde série de sacrifices, offerts directement pour le peuple.

8 Aaron s’approcha de l’autel, et il égorgea le veau du sacrifice pour le péché offert pour lui.

8 à 11 Le sacrifice pour le péché en faveur d’Aaron et de ses fils

Aaron procède comme l’a fait Moïse Lévitique 8.14-17. L’imposition des mains est passée sous silence ; elle s’entend d’elle-même.

9 Et les fils d’Aaron lui présentèrent le sang ; il trempa son doigt dans le sang, en mit sur les cornes de l’autel, et répandit le sang sur le pied de l’autel.

Il répandit le sang. Il semble, d’après Lévitique 4.5-7, que le sang aurait dû être porté dans le sanctuaire pour servir à oindre les cornes de l’autel d’or et être répandu au pied de cet autel, près du Lieu très saint ; car il ne s’agit pas du péché d’un simple particulier. Mais nous voyons (verset 22) que ce n’est que plus tard, après la fin de la cérémonie, que Moïse introduisit pour la première fois Aaron dans le sanctuaire. C’est la raison qui empêcha Aaron d’offrir cette fois le sang devant l’autel d’or.

10 Et il fit fumer sur l’autel la graisse, les rognons et la taie du foie de la victime pour le péché, comme l’Éternel l’avait commandé à Moïse. 11 Et la chair et la peau, il les brûla hors du camp.

La chair et la peau sont brûlées hors du camp, conformément à Lévitique 4.12 et 21. Les sacrificateurs ne pouvaient manger une chair offerte pour leur propre péché.

12 Et il égorgea l’holocauste. Les fils d’Aaron lui présentèrent le sang, et il en arrosa l’autel tout autour.

12 à 14 L’holocauste pour Aaron et ses fils

Comparez Lévitique 8.18-21

Lui présentèrent, littéralement : lui firent passer le sang, c’est-à-dire le bassin même où il avait été recueilli ; car il s’agissait de le répandre immédiatement tout entier ; légère différence avec le verset 9.

13 Et ils lui présentèrent l’holocauste par pièces, et la tête, et il les fit fumer sur l’autel.

Par pièces : morceau après morceau (Lévitique 1.6).

14 Il lava les entrailles et les jambes, et il les fit fumer sur l’holocauste, à l’autel.

Les fit fumer. C’est le même acte de combustion que verset 13 : il se poursuit après que ces parties ont été nettoyées. Il n’est pas question d’une oblation accompagnant l’holocauste des sacrificateurs, sans doute à cause de celle qui avait déjà accompagné l’holocauste journalier.

15 Et il présenta l’offrande du peuple. Il prit le bouc du sacrifice pour le péché offert pour le peuple ; il l’égorgea et l’offrit pour le péché, comme la première victime.

15 à 17 Sacrifices pour le peuple

Sacrifice pour le péché en faveur du peuple. Pour offrir ce sacrifice, il faut d’abord que la propitiation ait été faite pour les sacrificateurs eux-mêmes. Le sang n’est pas offert dans le Lieu saint, devant l’autel d’or, comme cela eût dû se faire d’après Lévitique 4.16-18 ; c’est sans doute par la raison qui a été indiquée verset 9.

16 Et il offrit l’holocauste et le fit selon l’ordonnance.

16 à 17 - L’holocauste et l’oblation offerts pour le peuple (le veau et l’agneau du verset 3)

Une poignée : voir Lévitique 2.2 ; Lévitique 6.15. Tout ce qu’il y avait de plus revenait aux sacrificateurs (Lévitique 10.12-13).

L’holocauste du matin : l’holocauste perpétuel, qui avait été offert par Moïse durant la semaine de consécration. Ce matin-là, cet holocauste fut sans doute offert par Aaron, qui débuta par là dans l’exercice de ses fonctions.

17 Et il présenta l’oblation ; il en prit une poignée et la fit fumer sur l’autel, en sus de l’holocauste du matin. 18 Et il égorgea le taureau et le bélier en sacrifice d’actions de grâces pour le peuple. Les fils d’Aaron lui présentèrent le sang, et il en arrosa l’autel tout autour.

18 à 21 - Le sacrifice d’actions de grâces offert pour les sacrificateurs et pour le peuple réunis

19 Et ils lui présentèrent les graisses du taureau et du bélier, la queue, ce qui recouvre les entrailles, les rognons et la taie du foie ;

Sur les diverses parties de la victime indiquées, voir Lévitique 3.3.

Ce qui recouvre les entrailles : cette expression désigne les deux dernières pièces indiquées dans le verset cité.

20 et ils mirent les graisses sur les poitrines, et il fit fumer les graisses à l’autel ; 21 et les poitrines et la cuisse droite, Aaron les balança devant l’Éternel, en offrande balancée, comme Moïse l’avait commandé.

Sur le terme balancer, voir Lévitique 7.30.

Il n’est pas parlé non plus Lévitique 10.12-15 d’une oblation ayant accompagné ce sacrifice d’après la prescription Lévitique 7.12 et Lévitique 8.26 ; peut-être par la raison indiquée verset 14.

La cuisse droite, pour : les cuisses droites de chacune des deux victimes.

22 Et Aaron éleva les mains vers le peuple et le bénit ; et il descendit, après avoir offert le sacrifice pour le péché, l’holocauste et le sacrifice d’actions de grâces.

22 à 24 La bénédiction sacerdotale et la manifestation divine

Et le bénit. Ce culte d’inauguration terminé, Aaron prononce pour la première fois sur le peuple la bénédiction sacerdotale ; probablement celle dont la formule est donnée Nombres 6.22.

Et il descendit : de l’autel, où l’on montait par un terrassement en pente douce (Exode 20.26). Aaron s’était tenu au haut de cette rampe ou sur le rebord qui entourait l’autel à mi-hauteur.

23 Et Moïse et Aaron entrèrent dans la Tente d’assignation ; ils sortirent et bénirent le peuple ; et la gloire de l’Éternel apparut à tout le peuple.

Moïse et Aaron entrèrent. C’était la première fois qu’Aaron entrait dans le sanctuaire comme souverain sacrificateur. Il n’est pas dit, ainsi qu’on l’a pensé, qu’il y entra pour offrir l’encens. S’il en eût été ainsi, Moïse n’y serait pas entré avec lui. C’est comme si Aaron prenait possession, sous les auspices de Moïse, de la Demeure sainte où il va exercer désormais son sacerdoce. Et lorsqu’il en ressort sain et sauf, après cette première rencontre avec le Dieu qui habite invisiblement cette Demeure, le peuple peut comprendre qu’il a maintenant, en la personne d’Aaron, un médiateur agréé de Dieu et capable de s’approcher pour lui de cet Être parfaitement saint.

Ils bénirent. Ce n’est plus ici la bénédiction sacerdotale rituelle, comme au verset 22. Ce furent des allocutions et des prières spontanées, adressées successivement par les deux frères au peuple et à Dieu lui-même, analogues à la prière du roi Salomon dans une circonstance semblable (1 Rois 8.54).

La gloire de l’Éternel : sans doute un éclat extraordinaire, resplendissant tout à coup dans la nuée qui planait au-dessus du sanctuaire ; comparez Exode 16.10 ; Nombres 16.12.

24 Un feu sortit de devant l’Éternel et dévora sur l’autel l’holocauste et les graisses ; et tout le peuple le vit, et ils poussèrent des cris de joie et tombèrent sur leurs faces.

Un feu sortit… et dévora. Déjà l’holocauste et les pièces des autres sacrifices brûlaient sur l’autel d’airain. Mais cette flamme céleste qui apparut tout à coup consuma en un instant toutes ces offrandes.

Presque tous les anciens commentateurs chrétiens croient que ce fut ce feu céleste qui dut dès lors être entretenu sans interruption par les sacrificateurs (Lévitique 6.13). Les rabbins pensent même qu’il s’est conservé miraculeusement sur l’autel. Mais le feu brûlait déjà depuis longtemps tout naturellement (voir Lévitique 9.17) et il résulte de Lévitique 6.9-13 qu’il devait être entretenu par les moyens ordinaires. Cette manifestation était plutôt une sanction éclatante donnée par Dieu à tout le culte qui venait d’être inauguré. Il semble, en particulier, qu’en unissant le feu du ciel à celui qui brûlait déjà sur l’autel, Dieu voulût montrer qu’il envisageait celui-ci comme entièrement pur, malgré les souillures de ceux qui l’allumaient et l’entretenaient et de ceux pour qui il brûlait.

Cette manifestation est le pendant et le complément de celle qui avait en lieu lors de l’inauguration du sanctuaire (Exode 40.34-35). Par celle-ci, Dieu avait montré qu’il acceptait le Tabernacle érigé par Moïse pour sa demeure et qu’il y habiterait désormais au milieu de son peuple. Par cette manifestation nouvelle, le jour de l’entrée en fonctions des sacrificateurs, il témoigne qu’il agrée le culte qui lui sera rendu dans le Tabernacle et le sacerdoce aaronitique qui en est chargé.