×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Job 18
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Job 18

Chapitre 18 deuxième discours de Bildad

Job a traité ses amis de consolateurs fâcheux (Job 16.2), de moqueurs (Job 16.20 et Job 17.2), de traîtres (Job 17.5) ; il les a mis au défi de lui parler sensément (Job 17.10). Ils ne peuvent garder le silence. Bildad n’apporte pas de pensée nouvelle, mais il devient plus incisif ; il applique directement à Job les vérités énoncées déjà par Éliphaz. Par son caractère sentencieux ce discours rappelle celui du même interlocuteur au chapitre 8. Bildad commence par repousser les prétentions ironiques et présomptueuses de Job (versets 2 à 4), puis il aborde son sujet en décrivant le sort qui attend le méchant (versets 5 à 21) ; on sent dans ce morceau les allusions personnelles.

1 Bildad de Suach prit la parole et dit : 2 Jusqu’à quand ferez-vous la chasse aux mots ? Soyez raisonnables, ensuite nous parlerons.
2 à 4 prétentions de Job repoussées

Jusqu’à qrand… ? Les discours de Job devaient paraître tout particulièrement longs à celui de ses amis qui semble s’appliquer le plus à la brièveté. Voir déjà Job 8.2. Job aussi leur reproche leur prolixité ; mais de sa part l’impatience se comprend mieux que de la leur.

Ferez-vous… Bildad envisage Job comme le représentant d’une catégorie d’hommes qui souffrent pour leur faute. Job et ses amis sont regardés par l’auteur comme des types ; Bildad dépeint une situation et non seulement des individus. Les interlocuteurs personnifient pour lui des idées ayant cours de son temps.

La chasse aux mots, c’est-à-dire : prononcerez-vous des discours qui n’ont pas de fond, qui ne sont que des mots.

Ensuite nous parlerons : avec quelque espoir de nous entendre.

3 Pourquoi nous considère-t-on comme des bêtes ? Pourquoi sommes-nous stupides, à vos yeux ?

Job n’est pas allé aussi loin que cela (Job 17.4 ; Job 17.10). Bildad dénature sa pensée pour le mettre dans ses torts.

4 Il se déchire lui-même dans sa colère ! Est-ce qu’à cause de toi la terre sera abandonnée, Et le rocher transporté hors de sa place ?

Il parle ici de Job à la troisième personne, pour l’interpeller directement dans ce même verset.

Est-ce qu’à cause de toi… ? Te crois-tu si important que, pour te donner raison, les lois divines et naturelles doivent être changées ? Tu as beau dire et beau faire, la félicité des méchants finit toujours par s’éteindre (verset 5).

5 Oui, la lumière des méchants s’éteindra, La flamme de son feu ne brillera pas.
5 à 21 le sort des méchants
6 La lumière s’est obscurcie dans sa tente, Et sa lampe s’éteindra au-dessus de lui.

Sa lampe s’éteindra : la lampe suspendue au milieu de la tente et qui éclaire toute sa famille et toutes ses richesses.

7 Son allure si ferme devient embarrassée, Son propre conseil le fait tomber. 8 Car ses pieds s’engagent dans un filet, Il marche sur des rets. 9 Le piège le prend au talon, Le filet s’empare de lui. 10 Une corde est cachée pour lui dans la terre, Une trappe sur le sentier. 11 De toutes parts des terreurs l’épouvantent Et le poursuivent pas à pas. 12 Ses forces sont détruites par la faim, Et la ruine veille à son côté ! 13 Sa chair est dévorée morceau après morceau, Ses membres sont dévorés par le premier-né de la mort.

Le premier-né de la mort. Les maladies sont les enfants de la mort aux yeux des poètes orientaux ; la plus terrible, la lèpre, est l’aînée (Genèse 49.3).

14 Il est arraché de sa tente en laquelle il se confiait, Et traîné vers le roi des épouvantements.

Il : Job.

Il se confiait, comptait y vivre en paix.

15 Dans sa tente habiteront d’autres que les siens, Du soufre sera semé sur sa demeure.

Du soufre sera semé, du ciel. Ceci fait penser à Sodome (Genèse 19.2).

16 En bas, ses racines se dessèchent ; En haut, ses branches se fanent. 17 Sa mémoire a disparu de la terre, On ne parle plus de lui nulle part ; 18 On le repousse de la lumière dans les ténèbres, On l’expulse loin du monde. 19 Il n’a, parmi son peuple, ni rejeton, ni descendant, Ni survivant dans ses campements.

Il y a ici une allusion transparente à Job qui a perdu tous ses enfants.

20 Son jour remplit d’effroi les habitants de l’occident Et fait frissonner ceux de l’orient.

Son jour : son sort.

21 Il n’en va pas autrement aux demeures de l’impie, Au séjour de celui qui ne connaît pas Dieu.