×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Jérémie 33
Bible Annotée (interlinéaire) Bible annotée Bible annotée double colonne

Plan du commentaire biblique de Jérémie 33

Les promesses contenues dans ce chapitre ne présentent pas d’éléments nouveaux. Les versets 1, 19 et 23 nous y font distinguer trois morceaux différents qui, d’après le verset 1, ont dû être composés dans les derniers temps qui précédèrent la ruine de Jérusalem. L’idée saillante est celle de la perpétuité de la royauté davidique et du sacerdoce lévitique.

  • La situation actuelle, versets 1 à 5
  • la restauration du peuple et du pays, versets 6 à 13
  • celle de la royauté et du sacerdoce, versets 14 à 18
  • renouvellement des promesses précédentes en faveur de David et de Lévi, versets 19 à 22
  • et en faveur du peuple entier, versets 23 à 26
1 La parole de l’Éternel fut adressée à Jérémie une seconde fois, quand il était encore enfermé dans la cour du corps de garde, en ces mots : 2 Ainsi parle l’Éternel, qui le fait, l’Éternel, qui le conçoit pour l’exécuter ; l’Éternel est son nom :

L’Éternel est son nom : comparez Jérémie 31.35 ; Jérémie 32.18.

Que tu ne sais pas. On peut s’étonner de ce préambule ; car cette prophétie ne nous apprend rien qui soit proprement nouveau. Mais le rétablissement d’Israël après l’exil demeurait pour le peuple un événement si inouï, si inaccessible à l’intelligence naturelle (comparez Ézéchiel chapitre 37), que, pour y croire, on était toujours obligé d’en revenir aux promesses solennelles de Dieu (Jérémie 32.25-27).

3 Appelle-moi et je te répondrai, je te manifesterai des choses grandes et inaccessibles que tu ne sais pas. 4 Car ainsi parle l’Éternel, Dieu d’Israël, au sujet des maisons de cette ville et des maisons des rois de Juda qui ont été renversées :

Les maisons qui ont été renversées. Plusieurs pensent qu’il s’agit ici des maisons situées en dedans de la ville, mais près des murs, et que les assiégés détruisaient déjà. Il nous paraît plus naturel d’admettre que le prophète, parle des faubourgs abattus par l’ennemi pour donner accès à ses machines de siège.

5 On est venu contre ces terrasses et contre l’épée pour combattre les Chaldéens, et pour remplir ces maisons des cadavres des hommes que j’ai frappés dans ma colère et dans mon indignation, parce que j’ai caché ma face à cette ville à cause de toute leur méchanceté.

Encore un passage difficile à expliquer, si même le texte n’est pas altéré. Dans la traduction que nous proposons, nous réunissons les derniers mots du verset 1 au verset 5. Le sens est : C’est en pure perte que vous vous défendez avec acharnement contre les Chaldéens ; vous ne réussissez qu’à remplir de cadavres vos maisons détruites.

6 Voici, je lui applique un pansement et un traitement ; je les guéris, et je leur fais voir abondance de paix et de vérité.

Le présent est voué à la ruine ; mais l’avenir apportera la guérison.

Abondance de paix et de vérité : tous les biens du salut divin, émanant constamment de la fidélité de Dieu à ses promesses.

7 Je ferai revenir les exilés de Juda et les exilés d’Israël, et je rebâtirai leurs maisons comme autrefois.

Spécialement les maisons dont la destruction avait été mentionnée au verset 4.

8 Je les purifierai de toute leur iniquité par laquelle ils ont péché contre moi ; je leur pardonnerai toutes leurs iniquités par lesquelles ils ont péché, par lesquelles ils se sont révoltés contre moi.

Je les purifierai. Ce terme renferme avec le pardon du péché sa destruction, condition de l’accomplissement de toutes les promesses de rétablissement.

9 Et son nom sera pour moi joie, louange et gloire devant toutes les nations de la terre qui entendront tout le bien que je vais leur faire, et elles trembleront et frémiront à propos de tout le bien et de toute la prospérité que je leur donne.

Et son nom : le nom de la ville restaurée ; littéralement : elle sera pour moi un nom de joie… Le seul nom de Jérusalem prononcé au milieu de ces peuples sera pour Dieu un sujet de joie, en ce qu’il fera éclater sa louange et tournera ainsi à sa gloire.

Elles trembleront et frémiront. Le prophète veut parler d’une crainte salutaire qui saisira les nations païennes à la vue des bénédictions extraordinaires accordées à ce peuple d’Israël qu’elles ont si longtemps méprisé et opprimé. Cette crainte préparera leur pleine soumission à Jéhova.

10 Ainsi parle l’Éternel : Dans ce lieu-ci, duquel vous dites : C’est un désert, où il n’y a plus ni homme ni bête ; dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem, qui sont désolées, au point qu’il n’y a plus ni homme, ni habitant, ni bétail,

C’est un désert. Les habitants de Jérusalem, jadis si confiants, sont maintenant plongés dans un tel découragement, qu’ils parlent de la ruine prochaine de leur ville, comme si elle était déjà consommée.

11 on entendra encore la voix de réjouissance et la voix d’allégresse, la voix du marié et la voix de la mariée, la voix de ceux qui disent : Louez l’Éternel des armées, car l’Éternel est bon, et sa miséricorde est à toujours ; qui apportent la louange dans la maison de l’Éternel ; car je ferai revenir les exilés de ce pays, pour qu’ils soient comme autrefois, a dit l’Éternel.

Tableau familier à Jérémie : Jérémie 7.34 ; Jérémie 16.9 ; Jérémie 25.10.

Car l’Éternel est bon : comparez Psaumes 107.1 ; 2 Chroniques 5.13 ; Esdras 3.11. C’était une formule d’actions de grâces usitée dans le culte. Les chants des fêtes religieuses et ceux des fêtes nationales et domestiques se confondront pour célébrer l’auteur de si grands bienfaits.

12 Ainsi parle l’Éternel des armées : Dans cette contrée qui est déserte, au point qu’il n’y a plus ni homme ni bête, et dans toutes ses villes, il y aura encore des cabanes de bergers qui y feront reposer leurs troupeaux ;

Jérémie semble se complaire à ces tableaux de prospérité qui font contraste avec la lugubre réalité.

13 dans les villes des montagnes et dans les villes de la plaine, dans les villes du midi, dans le pays de Benjamin, dans les environs de Jérusalem et dans les villes de Juda ; et les troupeaux passeront encore sous la main de celui qui les compte, a dit l’Éternel.

Le berger compte ses brebis le matin à la sortie du bercail et le soir quand elles y rentrent.

La bonne parole : celle qu’avait prononcée Jérémie Jérémie 23.5-6, et qu’il répète ici (versets 15 et 16).

14 Voici, des jours viennent, dit l’Éternel, où j’exécuterai la bonne parole que j’ai proférée au sujet de la maison d’Israël et de la maison de Juda. 15 En ces jours-là et en ce temps-là, je ferai germer à David un germe juste, qui exercera le droit et la justice dans le pays. 16 En ces jours-là, Juda sera sauvé et Jérusalem habitera en assurance, et elle sera appelée l’Éternel notre justice. 17 Car ainsi parle l’Éternel : Il ne manquera jamais à David de descendant assis sur le trône de la maison d’Israël.
17 et 18

Ces deux promesses relatives à la race de David et au sacerdoce lévitique, pour être bien comprises, ne doivent pas être isolées d’autres paroles prophétiques qui les expliquent et les complètent. Au verset 22 il est dit que la famille de David et la tribu de Lévi deviendront aussi nombreuses que les étoiles des cieux et que le sable de la mer. C’est dans ces mêmes termes que la bénédiction divine avait été promise à la postérité d’Abraham tout entière (Genèse 22.17). Que signifie ce rapprochement, si ce n’est que la royauté et le sacerdoce participeront à l’accroissement merveilleux accordé à toute la nation ? Cet accroissement aura lieu par l’incorporation à Israël des païens qui auront reçu le Messie. Il en sera de même de celui de la royauté et du sacerdoce. Le Messie commencera par réaliser parfaitement ces deux charges en sa personne (Zacharie 6.9-13). Puis, il les communiquera en des mesures diverses aux membres de la communauté messianique, Juifs et païens (Ésaïe 61.6 ; Ésaïe 66.21 ; Malachie 1.11 ; Zacharie 12.8).

Il ne manquera pas à David (comparez verset 21). Par cette tournure le prophète exprime que c’est ici une grâce faite à David personnellement ; comparez Ésaïe 55.3.

18 Et d’entre les sacrificateurs lévites, il ne manquera jamais devant moi d’homme qui offre l’holocauste, qui fasse fumer l’offrande et qui fasse le sacrifice, à toujours.

Les sacrificateurs lévites (d’origine lévitique). Jérémie par cette expression veut exclure les mercenaires et les intrus, tels que les prêtres non lévites, que Jéroboam avait établis en fondant le culte des veaux d’or. Tous les membres du sacerdoce possèderont le sceau de la vocation divine. Au verset 21 le prophète emploie en échange l’expression de lévites sacrificateurs, voulant peut-être donner à entendre par là que l’ancienne distinction hiérarchique entre les deux ordres du sacerdoce, les lévites et les sacrificateurs, qui avait donné lieu à tant de rivalités, disparaîtra. Les sacrificateurs, se confondront avec les lévites et ceux-ci avec le peuple entier dans un commun et parfait sacerdoce spirituel.

19 La parole de l’Éternel fut adressée à Jéremie en ces mots : 20 Ainsi parle l’Éternel : Si vous pouvez rompre mon alliance avec le jour et mon alliance avec la nuit, et faire que le jour et la nuit ne soient plus en leur temps,

Mon alliance n’est pas moins immuable que les lois de la nature. Pas plus vous ne pouvez changer le cours des astres, pas plus vous ne sauriez, par votre infidélité même, empêcher l’exécution de mes décrets. Ce que l’homme peut modifier, ce n’est pas la promesse divine, c’est uniquement la manière dont elle s’accomplit.

21 alors aussi sera rompue mon alliance avec David mon serviteur en sorte qu’il n’ait plus de fils qui règne sur son trône, et avec les lévites sacrificateurs qui font mon service.

La perpétuité de la royauté et du sacerdoce dont parle le prophète.

22 Comme l’armée des cieux ne se compte pas et que le sable de la mer ne se mesure pas, c’est ainsi que je multiplierai la race de David mon serviteur et les lévites qui font mon service.

La multiplication de ceux qui participeront à ces dignités. Voir versets 17 et 18. Comparez Romains 4.16-18 et Galates 6.16.

23 La parole de l’Éternel fut adressée à Jérémie en ces mots :

Ce verset, séparé du précédent par un titre spécial, commence un nouveau morceau. Le prophète revient au peuple, d’Israël en général. Il annonce son retour de l’exil ; puis il proclame son indestrutibilité.

24 N’as-tu pas vu ce peuple dire : L’Éternel a rejeté les deux familles qu’il avait élues ? Ainsi ils méprisent mon peuple, en sorte que selon eux il n’est plus une nation.

Les deux familles. Après tout ce qui précède, cette expression s’applique non aux deux peuples de Juda et des dix tribus, mais aux deux postérités de David et de Lévi.

C’était ôter à Israël sa dignité de peuple de Dieu, que de s’imaginer que la royauté de David et le sacerdoce lévitique allaient cesser pour toujours avec l’exil.

25 Ainsi parle l’Éternel : Si je n’ai pas établi mon alliance avec le jour et la nuit, et si je n’ai pas établi les lois des cieux et de la terre, 26 je rejetterai aussi la postérité de Jacob et de David mon serviteur, pour ne plus prendre de sa race ceux qui domineront sur la race d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ; car je ferai revenir leurs exilés, et j’aurai compassion d’eux.

Israël, pour la punition de ses fautes, a dû passer de longs siècles sous la domination étrangère. La promesse de l’affranchissement final et complet n’en subsiste pas moins et s’accomplira au jour où la condition du salut sera remplie.