×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Ezéchiel 44
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Ezéchiel 44

L’autel une fois rétabli et inauguré, le culte peut être célébré dans le sanctuaire. Mais ici se pose la question : Qui a accès au sanctuaire, et qui sera chargé des fonctions du culte ? C’est là le sujet du chapitre.

  • Le prince, verset 13
  • les étrangers et le peuple, versets 4 à 9
  • les lévites, versets 10 à 14
  • les sacrificateurs, versets 15 à 31.
1 Puis il me fit revenir du côté du portique extérieur du sanctuaire tourné vers l’orient. Il était fermé.

Il me fit revenir… Le conducteur d’Ézéchiel qui parle au nom de l’Éternel (Ézéchiel 43.7) et s’appelle aussi l’Éternel (verset 2), ramène le prophète du parvis intérieur au portique oriental du parvis extérieur, qui a été décrit, Ézéchiel 40.6-16 (Figure 2 et Figure 1, B).

2 Et l’Éternel me dit : Ce portique sera fermé, il ne s’ouvrira point et personne n’entrera par ce portique, car l’Éternel, le Dieu d’Israël est entré par ce portique. Il restera donc fermé.

Ce portique sera fermé. Personne ne doit plus désormais entrer dans le sanctuaire par ce portique ; car la gloire de l’Éternel y a passé (Ézéchiel 43.1 et suivants), et ce serait le profaner que de s’en servir comme lieu de passage. Le prince, il est vrai, en sa qualité de prince, pourra s’y asseoir, mais en y pénétrant par l’intérieur, du côté du vestibule (G) donnant sur le parvis. Il se retirera également par le même chemin, la porte extérieure du portique (au seuil B) restant toujours fermée.

Pour manger devant l’Éternel ; littéralement manger du pain, le pain étant pris dans le sens de nourriture en général (voyez verset 7). Il s’agit ici des repas sacrés qui suivaient les sacrifices de reconnaissance (Exode 18.12 ; comparez Ézéchiel 24.11 ; Lévitique 7.15-21 ; comparez Luc 14.15). Tandis que le peuple prenait de tels repas dans une localité indéterminée du parvis (probablement dans les chambres (Figure 1, C, C, C, C, voir chapitre 40), c’est la prérogative du prince de les faire dans le portique consacré par l’entrée de l’Éternel. Dans quelle partie de ce portique ? Les mots : devant l’Éternel, font penser au vestibule qui regarde du côté du temple, en même temps que c’est la partie de l’édifice qui se prête le mieux à cette destination. On comprend ainsi le motif pour lequel, à l’exception des autres, le portique extérieur oriental avait son vestibule dirigé vers l’intérieur. Il eût été sans cela impossible de pénétrer de l’intérieur dans ce vestibule sans ouvrir le portique.

Le prince (en hébreu nasi). Dans les chapitres suivants, ce personnage reparaît à plusieurs reprises. Il aura son domaine ou possession particulière aux côtés de la portion sainte (Ézéchiel 45.7-8). Ce devra être un prince juste, s’abstenant d’exactions et veillant à ce que les mesures et les monnaies en Israël soient exactes (versets 9 à 12). En revanche, Israël devra prélever, pour la lui remettre, une dîme avec laquelle il sera chargé de fournir aux sacrifices (versets 13 à 17), dont le détail est noté minutieusement Ézéchiel 45.22-24 et Ézéchiel 46.1-7.

Le jour du sabbat, il aura, outre le droit déjà mentionné (Ézéchiel 44.1-3) de prendre son repas sous le portique oriental extérieur, celui de se tenir pendant le sacrifice près des poteaux du portique oriental intérieur, tandis que le peuple doit rester à l’entrée (Ézéchiel 46.1-3). Si dans le cours de la semaine il offre un sacrifice volontaire et extra-officiel, on devra lui ouvrir le même portique intérieur, et il se retirera par le portique par lequel il est entré ; mais quand il viendra au temple un jour de grande fête, il devra se confondre dans les rangs du peuple et, entrant par le portique septentrional, sortir par le portique méridional, ou vice versa (Ézéchiel 46.8-12). Enfin, il lui est interdit de prendre pour lui la possession de qui que ce soit en Israël, et il ne pourra pas davantage aliéner son propre domaine (Ézéchiel 46.16-18).

Sa position est donc celle-ci : D’un côté, il lui est fait une part prépondérante et honorifique en Israël ; mais, de l’autre côté, ses droits sont limités, et ses obligations très nettement déterminées, en particulier dans le domaine religieux.

Il reste à savoir qui le prophète a voulu désigner par cette expression : le prince. Dans l’Ancien Testament, ce terme, assez rare, est la désignation ordinaire des chefs de tribus (Nombres 4.31 ; Nombres 17.2 ; Nombres 17.6) et de maisons paternelles (Nombres 3.34), dont il ne peut naturellement être question ici.

Préoccupés de ce que le souverain sacrificateur n’était nulle part mentionné dans ces neuf chapitres, plusieurs ont pensé qu’Ézéchiel voulait le désigner par ce titre que nous ne voyons au reste nulle part attribué à cette charge. Mais l’absence du souverain sacrificateur est précisément l’un des traits particuliers du nouvel ordre de choses contemplé par Ézéchiel (voyez plus loin et conclusion). Du reste, aucun des caractères du souverain sacrificateur n’est attribué au prince, qui, au point de vue religieux et ecclésiastique, est au-dessous des simples sacrificateurs, ou plutôt qui n’est pas un personnage religieux, à proprement parler, bien qu’il ait des relations officielles et fréquentes avec le sanctuaire.

D’autres voient dans le nasi celui qui est appelé ailleurs mon serviteur David, et qui apparaît Ézéchiel 34.23-31 ; Ézéchiel 37.24-25, comme le représentant visible de l’Éternel, confondu parfois avec lui, et qui n’est autre que le Messie. Cette explication est encore moins admissible que la première ; il est impossible de voir dans ce prince, dont la place et le rôle dans le sanctuaire sont si restreints, et dont les empiétements sont prévenus si soigneusement, le chef spirituel d’Israël.

Nous sommes conduits à envisager le nasi comme un personnage civil, un magistrat temporel. Jusqu’à l’exil, Israël avait eu ses rois, mais ils se sont montrés au-dessous de leur tâche. Ils étaient appelés, selon le modèle de leur ancêtre David, à exercer une certaine autorité légitime et une initiative précieuse dans le domaine religieux (1 Rois 8.22 ; 1 Rois 8.54 ; 1 Rois 8.55 ; 2 Chroniques 34.1-35.27). Mais pour la plupart, leur position leur a été en piège et ils ont abusé du pouvoir et de l’influence qu’ils possédaient, pour exercer, en matière de culte, une fâcheuse action sur Israël (2 Rois 16.13-16) ; aussi avec l’indépendance politique d’Israël, ils sont tombés pour ne plus se relever. C’est pourquoi Ézéchiel évite à dessein le titre de roi, qui rappelle toujours le souvenir des anciens rois ou la notion de Messie et de conducteur spirituel. Désormais Israël n’aura plus qu’un roi, comme il n’aurait jamais dû en avoir qu’un, l’Éternel, régnant en la personne du Messie (chapitre 34). Pourtant, il aura un prince, un représentant et un chef de la société civile, nous dirions aujourd’hui de l’État. Ézéchiel choisit ce terme de nasi, absolument dans le sens vague où il est employé Exode 22.28, parce qu’il ne veut pas préciser.

3 Quant au prince, c’est le prince : Il s’y asseoira pour manger devant l’Éternel, il y entrera par le vestibule du portique et sortira par le même chemin. 4 Puis il me conduisit devant la Maison par le portique septentrional. Je vis, et voici la gloire de l’Éternel remplissait la Maison de l’Éternel, et je tombai sur ma face.
4 à 9 les étrangers et le peuple

Devant la Maison… C’est en face du temple que le prophète reçoit toutes les instructions qui vont suivre jusqu’à Ézéchiel 46.18. La présence de la gloire divine qui remplit le temple doit pénétrer le prophète du sentiment de la sainteté de ces prescriptions. C’est aussi le but des paroles du verset 5 qui invitent Ézéchiel à concentrer toute son attention sur ce qui va lui être dit (comparez Ézéchiel 40.4). Il faut que le désordre et les abus qui s’étaient introduits dans la célébration du culte ne se renouvellent plus.

Par le portique septentrional… Du portique oriental extérieur (Figure 1, B) le chemin le plus direct pour arriver dans le temple eût été de passer, non pas par ce portique septentrional du parvis intérieur (J), mais par le portique oriental du même parvis (I). Mais celui-ci, d’après Ézéchiel 46.4 et suivants, doit être habituellement fermé et ouvert seulement le jour du sabbat. Quoique cette règle n’ait pas encore été donnée, elle est sans doute appliquée ici à l’avance, à cause de l’analogie de la règle relative au portique extérieur, verset 12.

La gloire de l’Éternel… qui y était entrée Ézéchiel 43.4 (comparez Ézéchiel 10.4 ; Exode 40.34 ; 1 Rois 8.11).

À ce qui entre… c’est-à-dire quelles sont les personnes qui ont le droit d’entrer dans le sanctuaire (et d’y officier), par toutes les issues du sanctuaire, c’est-à-dire dans quelle extension elles peuvent le faire. C’est le thème ou tout au moins le cadre de ce qui suit jusqu’à la fin du chapitre 46. La prescription qui précède rentre déjà sous ce titre ; mais, comme il y est question du prince, elle avait une importance d’un ordre distinct par rapport aux questions du culte proprement dit.

5 Et l’Éternel me dit : Fils d’homme, fais bien attention, et regarde de tes yeux, et écoute de tes oreilles tout ce que je vais te dire au sujet de tous les règlements de la Maison de l’Éternel et de toutes ses lois. Fais bien attention à ce qui entre dans la maison de l’Éternel par toutes les issues du sanctuaire. 6 Et dis aux rebelles, à la maison d’Israël : Ainsi a dit le Seigneur l’Éternel : C’en est assez de toutes vos abominations, maison d’Israël,
6 à 9

Ce passage vise à la fois les étrangers et le peuple. Le reproche d’avoir introduit des étrangers dans le sanctuaire, est adressé au peuple et non aux Lévites, bien que ceux-ci aient aussi leur part de responsabilité dans cette transgression de l’alliance (voir verset 10).

Dis aux rebelles… La faute d’Israël dont il va être question, devait être très grave aux yeux de Dieu pour lui attirer une semblable épithète.

C’en est assez de toutes vos abominations, c’est-à-dire : Je vais moi-même y mettre fin. Ces abominations sont en particulier celles dont la mention suit.

7 d’avoir fait entrer des fils d’étrangers, incirconcis de cœur et incirconcis de chair, pour qu’ils fussent dans mon sanctuaire afin de profaner ma Maison, lorsque vous offriez les mets qui m’appartiennent, la graisse et le sang ; et ainsi ils ont rompu mon alliance pour toutes vos abominations.

Incirconcis de cœur et de chair… C’étaient donc de véritables païens. Il est à remarquer que l’incirconcision morale (Lévitique 26.41 ; Deutéronome 10.16 ; Jérémie 9.25 ; Romains 2.29) est nommée la première.

Pour qu’ils fussent dans mon sanctuaire… lorsque vous offriez… Il faut lier étroitement ces deux membres de phrase. Le crime d’Israël consistait en ce que des étrangers fussent dans le sanctuaire au moment de la célébration des sacrifices. Et la suite, verset 8, montre bien qu’ils n’y étaient pas en simples spectateurs.

Les mets qui m’appartiennent, proprement : mon pain ; expression hardie aussitôt expliquée par les mots suivants : la graisse et le sang, c’est-à-dire les sacrifices (comparez Lévitique 3.11 ; Lévitique 21.6).

Ils ont rompu mon alliance. Ces étrangers ont été (par la connivence d’Israël, il est vrai) les instruments de la rupture du pacte par lequel Dieu avait établi Israël pour son seul sacrificateur (Exode 19.6). L’alliance a été rompue d’une autre manière par le culte des idoles (Ézéchiel 16.59) dont il n’est pas question ici.

Pour toutes vos abominations. C’est-à-dire pour que vous puissiez les commettre. Le pacte rompu, Israël a été à l’aise pour pécher.

8 Vous ne vous êtes pas acquittés du service de mes choses saintes, et vous les avez chargés du service de mon sanctuaire, à votre profit.

Ce verset montre que si des païens avaient été introduits dans le temple lors de la célébration des sacrifices, c’était afin de participer à cette célébration, ou tout au moins à ses préparatifs en qualité d’officiants. Peut-être aussi étaient-ils invités aux repas qui suivaient les sacrifices, de même que les chrétiens de Corinthe l’étaient à ceux des païens (1 Corinthiens 8.1-13). La faute d’Israël est donc double : il s’est déchargé d’un service qui était l’expression de droits sacrés, et il en a chargé des êtres souillés de corps et d’âme que l’Éternel n’y avait point appelés.

À votre profit. Vous songiez à vos intérêts et à votre plaisir et non pas au service de Dieu.

À quels faits à nous connus faut-il songer ici ? Il faut se rappeler que des étrangers tels que les Gabaonites (Josué 9.27), les Néthiniens et les fils des serviteurs de Salomon (1 Chroniques 9.2 ; Esdras 2.43 ; Esdras 2.58), et plus tard les mercenaires païens, Crétois et Philistins, qui formaient la garde des rois de Juda, avaient été admis au service du temple. Et il est probable que de plus en plus les lévites et sacrificateurs leur avaient abandonné les services qui leur déplaisaient.

9 Ainsi a dit le Seigneur l’Éternel : Aucun fils d’étranger, incirconcis de cœur et incirconcis de chair, n’entrera dans mon sanctuaire ; oui, aucun des fils d’étrangers qui sont au milieu des enfants d’Israël.

Pour prévenir le retour d’une pareille profanation de l’office sacerdotal en Israël, tout étranger sera désormais exclu du sanctuaire. Cet ordre n’est point en contradiction avec ce qui est dit des étrangers dans la loi de Moïse, où le droit d’offrir des sacrifices leur est accordé (Nombres 15.14 ; Lévitique 17.8), ni avec la prière de Salomon pour les étrangers (1 Rois 8.41-43. Il s’accorde aussi parfaitement avec ces nombreux passages où il est question d’étrangers circoncis (comparez en particulier Exode 12.43-49). L’étranger circoncis a cessé par le fait d’être étranger ; l’Israélite doit le considérer et l’aimer comme un frère (Lévitique 19.34 ; Deutéronome 10.19). Rien ne le forçant à se faire circoncire on doit supposer que, s’il le fait, c’est qu’il a été gagné à la foi israélite, et qu’il est circoncis de cœur. C’est dans le même esprit qu’en Ézéchiel 47.22 de la vision d’Ézéchiel, l’étranger reçoit sa part de la terre d’Israël tout comme l’indigène, et qu’en revanche, dans notre passage l’étranger doublement incirconcis est exclu du sanctuaire.

10 Bien plus, les Lévites qui se sont éloignés de moi, quand s’égarait Israël qui s’est égaré loin de moi pour suivre ses dieux infâmes, porteront leur iniquité.
10 à 14 les Lévites

Les Lévites. Cette expression désigne ici, comme Josué 21.1 et ailleurs, les descendants de Lévi en général, à la seule exception des fils de Tsadok (verset 45). Soit les lévites (dans le sens restreint de ce mot), soit les sacrificateurs avaient été infidèles à leurs fonctions en les abandonnant, quand il leur convenait, à des étrangers incirconcis (versets 6 à 9). Eux aussi à plus forte raison doivent subir un châtiment. Il consistera d’abord dans la travail manuel auquel ils seront assujettis pour le service de la Maison (versets 10 et 11) ; puis, dans la privation de toute fonction d’un ordre supérieur qui les mettrait en relation directe avec Jéhova (versets 12 et 13).

11 Ils seront dans mon sanctuaire des serviteurs préposés aux portes de la Maison et au service de la Maison. Ce sont eux qui égorgeront pour le peuple les victimes d’holocauste et de sacrifices, et ce sont eux qui se tiendront devant le peuple pour le servir.

La peine est mise en relation avec le péché. Les Lévites, par un esprit de servilité envers le peuple, s’étaient livrés à l’idolâtrie avec lui sur les hauts lieux, et même dans le temple (2 Chroniques 36.14 ; comparez Ézéchiel 8.1-17). Pour leur punition, ils seront réduits au rôle de serviteurs du peuple en remplissant pour lui les offices subalternes du sanctuaire, qui incomberont désormais uniquement aux membres de la tribu de Lévi et à eux tous sans distinction (sauf l’exception du verset 15).

12 Parce qu’ils l’ont servi devant ses dieux infâmes et qu’ils ont fait tomber la maison d’Israël dans l’iniquité, pour cela j’ai levé ma droite sur eux, dit le Seigneur l’Éternel, jurant qu’ils porteraient leur iniquité.

Ayant officié pour le peuple devant les idoles, ils n’officieront pas devant le Dieu saint (verset 13).

Levé ma droite ; comparez Ézéchiel 20.5, note. Le serment divin est tantôt en faveur de l’homme, tantôt contre lui.

13 Ils n’approcheront pas de moi pour officier devant moi, ils n’approcheront point de toutes mes choses saintes dans les lieux très saints, ils porteront leur opprobre et la peine des abominations qu’ils ont commises.

Ils n’approcheront point… Ils n’auront à faire ni avec l’autel, ni avec le temple ; comparez Ézéchiel 40.45-46.

14 Je ferai d’eux les chargés de service de la Maison pour tout son ouvrage et pour tout ce qu’il y aura à y faire.

Résumé de ce qui précède : ils seront domestiques de la Maison et du peuple.

L’ouvrage de la Maison renferme, outre les fonctions mentionnées verset 11, tout ce qui se rapporte à l’ordre et à la propreté de ce vaste lieu du culte.

15 Mais les sacrificateurs Lévites, fils de Tsadok, qui ont gardé les observances de mon sanctuaire quand les fils d’Israël s’égaraient loin de moi, ce sont eux qui s’approcheront de moi pour faire mon service et qui se tiendront devant moi pour m’offrir la graisse et le sang, a dit le Seigneur l’Éternel.
15 à 31 les sacrificateurs

Seuls les descendants de Tsadok continueront à remplir les hautes fonctions de la sacrificature : officier à l’autel (verset 15) et dans le temple (verset 16).

Les sacrificateurs Lévites. Dans cette locution, qui se retrouve dans Josué, Deutéronome, Chroniques, etc., le terme de sacrificateurs distingue les descendants d’Aaron des autres membres de la tribu de Lévi ; et le terme de Lévites les oppose à tous les sacrificateurs d’autres tribus ou étrangers qui auraient pu tenter de s’emparer des fonctions du sacerdoce ; par exemple les sacrificateurs non Lévites que Jéroboam établit pour fonctionner devant les veaux d’or (1 Rois 12.31).

Les fils de Tsadok. Aaron avait deux fils, Eléasar et Ithamar, de qui descendaient tous les sacrificateurs, et aux familles desquels appartint successivement la grande sacrificature. À l’avènement de Salomon, Abiathar, de la ligne d’Ithamar, fut destitué parce qu’il avait pris parti pour Adonija (1 Rois 1.7 ; 1 Rois 1.25 ; 1 Rois 2.26 ; 1 Rois 2.27 ; 1 Rois 2.35), et ce fut Tsadok, de la ligne d’Eléasar, qui devint souverain sacrificateur, parce qu’il s’était montré fidèle à David et à Salomon dans les révoltes d’Absalom et d’Adonija (2 Samuel 15.24 et suivants ; 1 Rois 1.32 et suivants). D’après cette parole d’Ézéchiel, les descendants de Tsadok avaient persévéré dans la voie de leur père et résisté au courant de l’idolâtrie. Les livres historiques ne nous fournissent pas de renseignements sur ce sujet. En tout cas l’exception faite en leur faveur est due non pas tant à leur origine qu’à leur fidélité.

Ma table. Voir Ézéchiel 41.22, note.

17 à 27 obligations des sacrificateurs
17 et 18 leurs vêtements

Les prescriptions sont à peu de chose près celles d’Exode 28.39-43, et Lévitique 16.4.

Les Orientaux sont en général vêtus de laine. Mais le lin est préféré ici comme provoquant moins la sueur et plus facile à maintenir pur.

16 Ce sont eux qui entreront dans mon sanctuaire, eux qui s’approcheront de ma table pour faire mon service et ils garderont mes observances. 17 Lorsqu’ils entreront par les portes du parvis intérieur, ils se vêtiront d’habits de lin ; il n’y aura point de laine sur eux, quand ils feront le service dans les portiques du parvis intérieur et au-dedans. 18 Ils auront des mitres de lin sur la tête, des caleçons de lin sur les reins et ne se ceindront point de ce qui les ferait suer. 19 Mais quand ils sortiront au parvis extérieur, au parvis extérieur vers le peuple, ils se dépouilleront des habits dans lesquels ils ont fait le service, ils les déposeront dans les chambres du sanctuaire et se revêtiront d’autres habits et ne sanctifieront pas le peuple par leurs habits.

Comparez Lévitique 16.23.

Ne sanctifieront pas…. Sanctifier signifie ici : mettre en contact avec un objet sacré. Or pour le peuple qui n’est pas, comme le sacrificateur, en état de pureté lévitique, tout contact avec les vêtements sacrés attirerait une condamnation.

Les chambres du sanctuaire. Ézéchiel 42.1-12 (Figure 1, V’).

20 Ils ne se raseront pas la tête et ne laisseront pas croître leurs cheveux, ils se tondront la tête.

L’acte de raser la tête était un signe de deuil (Lévitique 21.5 ; Lévitique 21.10). Il en était de même de celui de laisser croître, et flotter les cheveux (Lévitique 10.6 ; Ézéchiel 24.17). C’est pourquoi les sacrificateurs devaient s’abstenir et de l’un et de l’autre.

21 Aucun sacrificateur ne boira du vin lorsqu’il entrera dans le parvis intérieur.

Comparez Lévitique 10.9, où cette interdiction est prononcée à l’occasion de la profanation de Nadab et d’Abihu.

22 Ils ne prendront pour femmes ni veuve, ni répudiée, mais seulement des vierges de la maison d’Israël ; toutefois la veuve qui sera veuve d’un sacrificateur, ils pourront la prendre.

Ni veuve, ni répudiée. Ce qui n’est interdit Lévitique 21.13 et suivants, qu’au seul souverain sacrificateur, l’est ici à tous les sacrificateurs. Ézéchiel ne fait nulle part mention d’un souverain sacrificateur ; il applique donc à l’ordre tout entier ce qui n’était précédemment interdit qu’au chef.

L’autorisation d’épouser une veuve de sacrificateur prouve également la sainteté supérieure qu’Ézéchiel attribue à toute la classe sacerdotale.

23 Ils instruiront mon peuple à distinguer entre le sacré et le profane, ils lui apprendront à distinguer entre ce qui est souillé et ce qui est pur.
23 et 24

Les devoirs des sacrificateurs en dehors des fonctions du culte proprement dit. Ce sont l’enseignement de la loi (verset 23) et le jugement d’après la loi (verset 23). Ces fonctions étaient déjà précédemment attribuées aux sacrificateurs (Deutéronome 17.8 ; Deutéronome 19.17 ; Deutéronome 21.1 et suivants) ; comparez aussi 2 Chroniques 17.8 ; 2 Chroniques 19.8 et suivants.

24 En cas de procès, c’est à eux qu’il appartiendra de juger ; ils jugeront selon le droit que j’ai établi, et ils maintiendront mes lois et mes règlements dans toutes mes fêtes et sanctifieront mes sabbats. 25 Aucun d’eux n’ira auprès du corps d’un mort pour se souiller ; ils ne pourront se souiller que pour un père ou pour une mère, ou pour un fils ou pour une fille, pour un frère ou pour une sœur qui n’ait point de mari.
25 à 27

Prescriptions relatives aux deuils. Comparez Lévitique 21.1-3. On s’est étonné de ne pas trouver la femme du sacrificateur mentionnée parmi les morts pour lesquels le sacrificateur peut contracter la souillure lévitique. La raison de ce fait est simple. On contractait la souillure en entrant dans la maison du mort. Le mari se trouvait donc tout naturellement souillé, en cas de mort de sa femme.

Une sœur qui n’ait point de mari. Dans le cas ou la sœur a un mari, la dispense accordée au sacrificateur en faveur de sa sœur non mariée n’est plus absolument nécessaire.

26 Après sa purification, on lui comptera sept jours.

Sept jours. D’après Nombres 19.11 et suivants, l’impureté légale durait sept jours pour chaque Israélite ; mais il n’était rien prescrit par rapport aux sacrificateurs. Ézéchiel établit pour ceux-ci un temps d’attente de sept jours après leur purification. Comparez une ordonnance semblable pour le lépreux guéri, Lévitique 14.8.

27 Et le jour où il entrera dans les lieux saints, au parvis intérieur, pour officier dans les lieux saints, il offrira son sacrifice pour le péché, dit le Seigneur l’Éternel. 28 Et ils auront une portion : je serai leur portion. Vous ne leur donnerez point de possession en Israël, c’est moi qui suis leur possession.
28 à 30 revenus des sacrificateurs

Ils auront pour portion… La part des sacrificateurs est celle que l’Éternel s’est réservée à lui-même (Deutéronome 18.2).

29 Ils se nourriront des oblations, des sacrifices pour le péché et des sacrifices pour le délit, et tout interdit en Israël sera pour eux.

Cette part est indiquée exactement : pour les oblations, Lévitique 2.1 et suivants ; pour les sacrifices, Lévitique 6.19 ; Lévitique 7.7 ; pour l’interdit, Lévitique 27.21.

30 Les prémices des premiers produits de toute sorte, toutes les offrandes de quoi que ce soit que vous offriez, seront pour les sacrificateurs ; vous donnerez aussi aux sacrificateurs les prémices de vos moutures, afin de faire reposer la bénédiction sur la maison.

Pour les prémices, Exode 23.19 ; Nombres 18.13.-15, etc.

Sur la maison : On pourrait entendre : Afin qu’il y ait abondance de biens dans les trésors du temple. Mais il est plus naturel de penser à la maison de chaque Israélite ; comparez Malachie 3.10.

31 Tout animal crevé ou déchiré, soit oiseau, soit autre bête, les sacrificateurs n’en mangeront pas.