×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Ezéchiel 17
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Ezéchiel 17

Chute et relèvement de la maison de David

Ce discours prononcé, comme les précédents, peu d’années avant la ruine de Jérusalem, décrit les projets de révolte du dernier roi de Juda, Sédécias, contre Babylone. Ces folles tentatives lui étaient inspirées par l’espoir du secours que lui promettait l’Égypte. Le prophète annonce l’insuccès de ces efforts et leurs résultats désastreux pour la maison de David ; mais il promet à celle-ci un glorieux relèvement et la domination finale sur le monde entier. Trois parties :

  1. Une énigme, sous forme de parabole, versets 1 à 10
  2. l’explication de l’énigme, versets 11 à 21
  3. la promesse du relèvement en la personne du Messie, versets 22 à 24.
1 Et la parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2 Fils d’homme, dis une énigme et raconte une parabole à la maison d’Israël,

Une énigme… une parabole. Le premier de ces termes se rapporte au sens caché que renferme le tableau suivant ; le second à la forme figurée sous laquelle, l’enseignement est donné.

3 et dis : Ainsi parle le Seigneur l’Éternel : Le grand aigle, aux grandes ailes et à la large envergure, chargé de plumage aux couleurs variées, vint au Liban et enleva la cime d’un cèdre.

Le grand aigle. Par cette image, Ézéchiel, aussi bien qu’Ésaïe (Ésaïe 46.11) et Jérémie (Jérémie 48.40), désigne la grande puissance politique contemporaine ; c’était l’empire babylonien, gouverné par Nébucadnetsar.

Les grandes ailes sont le symbole de la rapidité des mouvements et des conquêtes. La large envergure représente l’immensité de l’empire chaldéen ; et l’abondance du plumage aux couleurs variées, la multitude de races différentes et de peuples aux langues et aux mœurs multiples, rangés sous le sceptre de ce roi.

Vint au Liban. Les Juifs aimaient à faire de cette montagne magnifique l’emblème de Sion et de sa grandeur spirituelle. En Sion se trouvaient le temple de l’Éternel et le palais de David, et peut-être cette figure de langage se rapporte-t-elle à l’emploi qui avait été fait du bois des cèdres du Liban dans ces constructions royales ; comparez Jérémie 22.6 ; Zacharie 11.1.

La cime d’un cèdre. Le cèdre représente la famille royale issue de David ; et la cime du cèdre le roi Jehojachin (ou Jéchonias). Ce fut le dernier souverain de Juda qui jouit encore d’une sorte d’indépendance.

4 Après avoir arraché le plus élevé de ses rameaux, il l’emporta dans un pays de Canaan ; il le plaça dans une ville de marchands.

Dans un pays de Canaan. Ce terme, par une singulière ironie, désigne ici Babylone. Il est expliqué par l’expression parallèle : une ville de marchands. Les Cananéens paraissent avoir eu le génie du négoce. Les Phéniciens, qui appartenaient à cette race, faisaient le commerce, et le passage Proverbes 31.24, prouve que le terme kenaani désignait le petit marchand. La Babylonie où Nébucadnestar avait conduit Jehojachin prisonnier pouvait donc bien (voir plus bas) être appelée une terre de Canaan, mais une Canaan de punition, en opposition à la Canaan bénie assurée à David et à sa race. L’emploi de ces termes de Canaan et de Liban appartient au caractère énigmatique de ce discours.

Dans une ville de marchands. Ces mots servent à expliquer le mystère du mot Canaan. Babylone était alors en vertu de sa position géographique (entre l’Arménie au nord et l’Arabie au sud, l’Inde et la Perse à l’est, l’Asie occidentale, l’Afrique et l’Europe à l’ouest), le grand centre de commerce international pour le monde entier.

5 Puis il prit du plant du pays et le confia à un sol fertile ; il le mit près d’une eau abondante et le planta comme un saule.

Il prit du plan du pays : un fils de la terre d’Israël, non un étranger. Nébucadnetsar aurait pu imposer au pays de Juda, après la destitution de Jéhojachin, un gouverneur babylonien ; il préféra lui laisser un roi israélite descendant de David, Sédecias, dont il fit son vassal.

Près d’une eau abondante. Dans cette situation humble, le royaume pouvait pourtant encore jouir d’un certain bien-être.

Comme un saule. Cet arbre croît près des eaux, mais n’a aucune apparence, et n’atteint jamais qu’à une hauteur médiocre. Du reste, le sens du mot de l’original est incertain.

6 Le rejeton poussa et devint un cep de vigne, étendu, peu élevé, ses sarments tournés vers l’aigle et ses racines sous lui ; il devint un cep, donna des jets et poussa des rameaux.

On voit ici que le rejeton planté (verset 5) était celui d’un cep de vigne ; il n’avait été nommé saule que par comparaison. On pouvait donc s’attendre à le voir porter des fruits qui ne seraient point à mépriser.

Un cep de vigne étendu. : Si le territoire actuel de Juda ne pouvait, pour son étendue, être comparé à l’empire de David et de ses successeurs, il était cependant encore, respectable.

Ses serments tournés : en ce que Sédécias dépendait de Babylone et tirait de là son pouvoir.

Ses racines sous lui : en ce qu’il possédait encore en quelque mesure l’usage de sa liberté dans l’administration du pays qui lui était confié.

7 Et il y avait un autre grand aigle, aux grandes ailes et au plumage abondant ; et voici, ce cep tendit ses racines vers lui et des couches où il était planté, poussa vers lui ses sarments pour qu’il l’arrosât.

Un autre grand aigle. C’est le roi d’Égypte. Ézéchiel ne lui attribue pas, comme au précédent, un plumage bigarré ni une grande envergure ; car l’Égypte possédait un territoire moins vaste et peuplé de nations moins diverses que l’empire chaldéen.

Tendit ses racines vers lui : Sédécias fit un mauvais usage de ce qui lui restait de liberté (racines sous lui, verset 6) ; il rechercha l’alliance de Pharaon Hophra, qui régnait alors sur l’Égypte, Jérémie 44.30. Il y a un contraste intentionnel entre ses sarments (verset 6) et ses racines. Ostensiblement il était soumis au roi de Babylone ; mais en cachette il s’adressait à l’Égypte.

Pour qu’il l’arrosât : pour qu’il lui envoyât du secours contre Babylone.

8 Il était planté dans un bon terrain, près d’eaux abondantes, de manière à pousser du feuillage et à porter du fruit pour devenir un cep magnifique.

Et cependant Juda possédait chez lui tout ce qu’il fallait pour prospérer encore sous la domination babylonienne et devenir, sinon un cèdre magnifique, du moins un cep chargé de fruits excellents. Ce verset laisse entrevoir le vrai motif de la rébellion de Sédécias. Il n’avait nullement à se plaindre d’oppression ou de misère ; il se laissa aller a un mouvement d’orgueil, qui était une révolte contre Dieu lui-même ; c’est ce qui ressort également du passage 2 Chroniques 36.13.

9 Dis : Ainsi parle le Seigneur l’Éternel : Prospérera-t-il ? N’arrachera-t-on pas ses racines et n’abattra-t-on pas son fruit de sorte qu’il sèche ? Toutes les jeunes feuilles qu’il poussait sécheront. Et il ne faudra ni un bras fort ni beaucoup de gens pour l’enlever de ses racines.

Il était impossible qu’un parjure comme celui de Sédécias reussit. La sécurité et le bien-être dont Juda recommençait à jouir sous le sceptre de Nébucadnetsar, aboutiront à une ruine complète, et cela sans que le roi de Babylone eût besoin de rassembler de bien grandes forces pour en finir avec ce petit État rebelle.

10 Voici, il est planté, prospérera-t-il ? Dès que le vent d’orient le touchera, ne séchera-t-il pas entièrement ? Sur les couches où il a poussé, il séchera.

Le vent d’orient est l’emblème de l’armée babylonienne ; le symbole est choisi avec d’autant plus d’à-propos qu’elle venait d’orient ; comparez Job 27.21 ; Ésaïe 27.8 ; Jonas 4.8, où l’on voit que le vent d’orient, qui a passé, sur les déserts d’Arabie, est le plus grand ennemi de la végétation en Palestine.

11 Et la parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots :
1 à 18

Ces versets donnent la solution des énigmes renfermées dans la parabole précédente. Il ne reste plus que quelques détails à éclaircir.

12 Dis, je te prie, à la maison rebelle : Ne savez-vous pas ce que cela signifie ? Dis : Voici, le roi de Babel, étant venu à Jérusalem, prit son roi et ses chefs et les fit venir vers lui à Babel. 13 Puis il prit un rejeton de la race royale ; il traita alliance avec lui et lui fit prêter serment ; il avait pris les hommes puissants du pays,

Sur le serment prêté par Sédécias à Nébucadnestar voir 2 Rois 24.17 et 2 Chroniques 36.13.

Les hommes puissants du pays ; comparez 2 Rois 24.14-16, où il est raconté que Nébucadnetsar emmena à Babylone avec le roi Jéhojachin les vaillants hommes de guerre, les forgerons, les maçons, les charpentiers, etc., en un mot tous ceux qui auraient pu être utiles à Sédécias en cas de révolte.

14 pour que le royaume fût tenu bas, ne pouvant s’élever, gardant son alliance pour subsister.

Nébucadnetsar laissait subsister le royaume afin d’en retirer le plus gros revenu possible, mais il le maintenait dans un état de faiblesse suffisant pour qu’il demeurât dans la soumission.

15 Mais il s’est révolté contre lui, en envoyant ses messagers en Égypte pour qu’on lui donnât des chevaux et beaucoup d’hommes. Réussira-t-il ? Celui qui fait de telles choses, échappera-t-il ? Il a rompu l’alliance et il échapperait !

Voir la note, verset 7.

Des chevaux. Les chevaux abondaient en Égypte. L’historien Diodore raconte que ce pays pouvait armer vingt mille chariots de guerre ; comparez Deutéronome 17.16 ; Ésaïe 26.9.

16 Je suis vivant, dit le Seigneur l’Éternel : c’est dans la résidence du roi qui l’a fait régner, envers qui il a violé le serment et dont il a rompu l’alliance, c’est chez lui, dans Babel, qu’il mourra.

Dans Babel. Voir à Ézéchiel 12.13.

17 Et Pharaon n’agira pas pour lui avec une grande armée et un peuple nombreux, en faisant la guerre quand on élèvera des terrasses et qu’on construira des tours pour faire périr beaucoup d’hommes.

Pharaon n’agira pas, du moins pas efficacement, pour la délivrance de Jérusalem ; voir Jérémie 27.5.

18 Il a méprisé le serment en rompant l’alliance, et pourtant il avait donné sa main ; il a fait tout cela, il n’échappera pas.

Le serment, même envers ce monarque païen, était sacré, car il avait été prêté par Sédécias au nom de Jéhova.

19 C’est pourquoi le Seigneur l’Éternel parle ainsi : Je suis vivant : c’est mon serment qu’il a méprisé, et mon alliance qu’il a rompue, et je ferai retomber cela sur sa tête.

Dieu appelle ce serment son serment, parce qu’il engageait Sédécias envers Lui aussi bien qu’envers le souverain babylonien. On trouve ici le même point de vue général que dans le passage Jérémie 27.6, où Dieu désigne Nébucadnestar, roi de Babylone, comme son serviteur. Le parjure contre celui-ci était ainsi un parjure contre Dieu même.

20 J’étendrai sur lui mon filet et il sera pris dans mes rets ; je le ferai venir à Babel, et là je le tirerai en cause pour la félonie dont il s’est rendu coupable à mon égard.

Dans mes rets. Comparez Ézéchiel 12.13.

Dans les versets 22 à 24 s’ouvrent, en opposition à cet abaissement profond, les glorieuses perspectives du royaume messianique.

21 Et tous les fuyards de tous ses bataillons tomberont par l’épée, et ceux qui resteront seront dispersés à tout vent, et vous saurez que moi, l’Éternel, j’ai parlé. 22 Ainsi parle le Seigneur l’Éternel : Je prendrai, moi, le bout de la cime du cèdre élevé et je le placerai…, de l’extrémité de ses branches je prendrai un tendre rameau et je le planterai sur une montagne haute et élevée.

Je prendrai, moi. Dieu oppose ce qu’il fera, lui, à ce qu’a fait Nébucadnestar. Celui-ci a transplanté la cime du cèdre (le rejeton de la maison royale de Juda) en Babylonie. Dieu prendra de l’extrémité de l’une de ses branches un faible rameau, qu’il replantera dans le sol d’Israël et qui, devenant un cèdre plus grand que tous les autres arbres, abritera la terre entière. Il est évident qu’Ézéchiel ne peut penser ici qu’au Messie et à son règne universel. Déjà Ésaïe avait représenté, Ésaïe 12.1, le Messie comme un rejeton surgissant des racines du tronc d’Ésaïe (le père de David), et Ésaïe 53.2, comme un rejeton s’élevant d’une terre aride devant l’Éternel. Toutes ces images expriment l’état d’abaissement où se trouvera la maison royale au moment où en sortira le Messie.

23 Je le planterai sur la haute montagne d’Israël ; il poussera du feuillage et portera du fruit et il deviendra un cèdre majestueux ; tout passereau habitera sous son ombre ; tout oiseau habitera à l’ombre de ses rameaux ;

Un cèdre majestueux. Le Messie, né pauvre, grandira jusqu’à être couronné d’une gloire divine ; c’est ce qu’avait prédit Ésaïe 9.5-6 et ailleurs.

Tout passereau, tout oiseau : ces expressions désignent les divers peuples de la terre, petits et grands, venant successivement s’abriter sous la puissance du Messie ; comparez Ésaïe 2.2-4 ; Ésaïe 11.10 ; Ésaïe 49.6 et ailleurs ; Psaumes 2.8 ; Daniel 2.35 ; enfin l’application que fait le Seigneur de cette image dans la parabole du grain de sénevé, Matthieu 13.31-32.

24 et tous les arbres des champs sauront que moi, l’Éternel, j’ai abaissé l’arbre élevé et élevé celui qui était bas, que j’ai fait sécher l’arbre vert et fait pousser l’arbre sec. Moi l’Éternel, je l’ai dit et je le ferai.

Tous les arbres des champs : tous les rois de la terre (Juges 9.7 et suivants). Ils reconnaîtront dans le Messie le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs ; comparez Ésaïe 52.13-15.

L’arbre élevé n’est pas ici, comme on pourrait se le figurer, le roi de Babylone et la puissance païenne. D’après tout ce qui précède, Ézéchiel désigne par cette expression la maison royale de Juda si glorieuse autrefois et qui, en la personne de Sédécias, allait descendre au dernier degré de l’abaissement.

L’arbre bas est cette même maison royale qui, relevée dans la personne du Messie, atteindra en lui un degré de gloire et de puissance, non seulement égal, mais supérieur à son élévation passée.

L’arbre vert, que Dieu fait sécher, est cette même famille royale frappée de stérilité en la personne de Jéhojachin, resté sans fils qui pût lui succéder (Jérémie 22.30, note), et en celle de Sédécias, dont tous les fils furent égorgés à Ribla (2 Rois 25.7).

L’arbre sec qui verdit est le Messie qui, comme l’avait déjà prédit Ésaïe, aura une postérité, innombrable. Anne, la mère de Samuel, avait déjà proclamé, la loi du gouvernement divin dont Ézéchiel fait l’application dans ce passage (comparez 1 Samuel 2.4-8) et que Marie, la mère du Messie, célébrera de nouveau à l’occasion de sa naissance (Luc 1.51-53).