×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Ezéchiel 15
Bible Annotée (interlinéaire)

Plan du commentaire biblique de Ezéchiel 15

L’allégorie développée dans ce chapitre se rattache à l’image dont s’était servi Jérémie 2.21, comme celle-ci ne faisait que continuer le tableau Ésaïe 5.4 et suivants. Dans Ésaïe, Israël était une vigne stérile. Jérémie représentait cette vigne comme revenue à l’état de vigne sauvage (comparez Psaumes 80.9-17). Ézéchiel demande s’il reste encore à une vigne pareille quelque supériorité sur les autres arbres de la forêt ; et il trouve que par son bois elle n’est pas même leur égale en valeur, puisqu’il n’est pas propre, comme le leur, à être taillé. Ce qui fait la valeur de la vigne c’est son fruit ; dès que le fruit manque, la vigne est le dernier des arbres. L’application est poignante. Du moment ou Israël, en s’appropriant l’idolâtrie des peuples païens, s’assimile à eux, non seulement il cesse d’être le premier des peuples, le peuple de Dieu ; mais il devient le plus dégradé de tous.

1 La parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2 Fils d’homme, que vaut le bois de la vigne plus que tout autre bois, le sarment qui est parmi les arbres de la forêt ? 3 En prend-on du bois pour en fabriquer quelque ouvrage ? En tire-t-on une cheville pour y suspendre quelque objet ?

Le sarment est mince, courbe, cassant ; on n’en peut fabriquer quoi que ce soit, non pas même une cheville à suspendre les objets.

4 Voici, on le met au feu pour le consumer ; le feu en consume les deux bouts, et le milieu brûle. Servira-t-il à quelque usage ?

On le met au feu : c’est tout ce qu’il reste à en faire ; comparez Jean 15.6.

Les deux bouts. À supposer qu’après l’avoir mis au feu, on l’en retire à demi consumé, on pourra bien moins encore l’employer à quelque usage. Telle est Jérusalem. Déjà la Samarie au nord et Juda au sud sont dévastés. Jérusalem reste là outre les deux contrées désolées ; elle a même senti plus d’une fois l’atteinte du feu : à quoi Jéhova pourrait-il l’employer encore, puisqu’il n’a pu en tirer aucun parti dans le temps où elle était intacte ?

5 Voici, quand il était entier, on n’en fabriquait aucun ouvrage ; combien moins, quand le feu l’a consumé et brûlé, en fabriquerait-on quelque ouvrage ? 6 C’est pourquoi le Seigneur l’Éternel parle ainsi : Tel qu’est parmi les arbres de la forêt le bois de la vigne que je livre au feu pour le consumer, tels j’ai livré les habitants de Jérusalem. 7 Je tournerai ma face contre eux. Ils ont échappé au feu et le feu les consumera, et vous saurez que je suis l’Éternel quand je tournerai ma face contre eux.

Les habitants actuels de Jérusalem ont échappé, il est vrai, aux catastrophes précédentes ; mais ils n’en succomberont pas moins à la dernière, qui approche.

8 Et je ferai du pays un désert, parce qu’ils se sont montrés infidèles, dit le Seigneur l’Éternel.

Infidèles : proprement félons.